N2 – Les perfs d’OL-Andrézieux (0-1) : Fuchs-Sports ne vous a pas fait rater grand-chose

Griffiths

NATIONAL 2. Après sa défaite à Grasse la semaine passé, l’OL recevait Andrézieux-Bouthéon pour la 9e journée du championnat de National 2. Un match sur le papier intéressant, avec le retour de Camilo après sa longue blessure à l’épaule, la première titularisation de Sofian Augarreau depuis sa blessure aux croisées, les recrues Abdoulaye Ndiaye et Habib Keita, et bien sur les jeunes talents lyonnais dont Malo Gusto qui retrouvait la réserve. Un match diffusé par Fuchs-Sports, autant dire que comme pour les matchs précédents, personne n’a pu le voir en direct à moins d’être au stade. Mais en replay on n’a pas tout vu non plus, le cameraman étant plus occupé à parler au téléphone qu’à suivre les actions.

OL : Bonnevie – Minolien (cap.), Pontet, Ndiaye (Anaba, 46e)- Gusto, Augarreau (Keita, 51e), Da Silva, Camilo (Ehling, 64e), Bossiwa – Griffiths, B.Barcola. Entr. : Gueïda Fofana et Jérémie Bréchet.

Le match commence mal pour l’OL avec l’ouverture du score d’Andrézieux sur la première occasion du match. Kayle Bonnevie avait pourtant gagné son face-à-face avec l’attaquant après un long ballon passé au-dessus d’Arthur Pontet, mais c’est Souleiman Djabour qui a suivi et qui n’a plus qu’à pousser le ballon au fond des filets (0-1, 5e). Les visiteurs passent même tout près du break sur un centre repris à bout portant au deuxième poteau qui ne fait que repasser devant le but.(26e).

Pourquoi l’OL n’a eu besoin que de 117 passes
pour mener 4-0 contre Monaco

La première situation chaude pour l’OL intervient sur un corner bien tiré de Florent Da Silva, Ndiaye est trop court de quelques centimètres et pas loin de marquer son premier but a l’OL. Ce sera la seule « situation » de la première mi-temps pour l’OL (37ème). Andrézieux a par deux fois l’occasion de doubler la mise avant la mi-temps mais Bonnevie en trois temps sauve l’OL (40ème), puis sur coup-franc indirect un joueur seul au six mètres ne cadre pas sa tête (45e).

Une occasion pour l’OL… à la 93e

Après cette première période très pauvre, Gueïda Fofana décide de changer de système, le 3-5-2 laisse sa place à un 4-4-2, avec Raphaël Anaba qui remplace Ndiaye dès le retour des vestiaires. L’OL attaque, presse, on voit même Da Silva proche de la surface adverse avec une belle louche sur laquelle Reo Griffiths est signalé hors jeu. On pense alors que le deuxième acte sera différent, mais il n’en sera rien.

Les minutes passent et pas grand-chose n’est à signaler, d’un côté comme de l’autre. Il faudra attendre la fin du match pour voir des occasions de 2-0 pour Andrézieux. Andy Minolien loupe sa passe en retrait et offre un face-à-face que gagne encore Bonnevie (83e). Deux minutes plus tard c’est l’attaquant qui ne cadre pas sa frappe alors qu’il était aussi seul contre le gardien lyonnais. La première « occasion » du match pour l’OL arrive à la 93e, sur un très bon centre de Keita (entré peu après la pause) mais Reo place une tête plein axe trop molle sur le gardien.

SC Lyon : Manu Da Costa,
grosse tête et tout petits résultats

Une défaite logique pour l’OL donc, qui aurait pu ou dû être plus sévère sans un grand Bonnevie et des attaquants adverses maladroits. A se demander comment en 90 minutes il peut se passer si peu de choses : aucune des deux équipes n’a pourtant posé le bus, Andrézieux n’a pas confisqué le ballon non plus, encore moins fait le siège de la surface lyonnaise. Le match s’est donc surtout joué au milieu de terrain, et la principale différence a été qu’Andrézieux a été très dangereux dès qu’ils se sont rapprochés de la surface lyonnaise. Certainement le moins bon match de la saison, et un des match avec le plus faible nombre de frappes et d’occasions pour la réserve de l’OL sur ces dernières années.

Les perfs : Bonnevie sollicité, Keita en bonne surprise

La tristesse du match n’a pas favorisé les performances individuelles. Malgré tout, les rares différences et changements de rythme sont venus de Malo Gusto qui a encore fait parler sa vitesse et sa technique, et de l’autre piston Samuel Bossiwa, qui même s’il n’a pas bien fini toutes ses actions a été le seul offensif à faire de grosses différences. Les deux attaquants Griffiths et Bradley Barcola ont eux dû toucher 10 ou 15 ballons en cumulé.

L’homme du match est donc incontestablement le portier Bonnevie qui continue son début de saison parfait (sous réserve des trois buts de la défaite à Grasse qu’on a pas vue, merci Fuchs-Sports). Derrière, Ndiaye a semblé avoir du mal à se situer dans cette défense à trois, en montant parfois à contretemps sur le porteur et en laissant de l’espace dans son dos. Minolien a raté beaucoup trop de relances, dont une qui a donné un face-à-face à Andrézieux, mais son replacement en charnière a été plutôt intéressant défensivement.

Pas grand-chose à ressortir du match d’Augarreau et Camilo au milieu, mais les deux étant en reprise dans un match si pauvre ce n’est pas vraiment une surprise. Da Silva a lui été beaucoup plus en vue, bien que moyen. Les ballons passent par lui, il a trouvé de belles passes – souvent longues pour Gusto – et a très bien tiré les coups de pied arrêtés. On regrette toutefois de le voir si bas, collé aux deux centraux, sans se projeter, loin des deux autres milieux. Surtout qu’il n’est défensivement pas un joueur de duel, et est éliminé trop facilement en un-contre-un. Même s’il réalise plutôt un bon début de saison à ce poste de numéro 6, et que l’expérience est sans doute formatrice pour lui, les rares fois où on l’a vu proche de la surface adverse depuis un an ont rappelé les différences qu’il pouvait faire.

La bonne surprise est venu de l’entrée de Habib Keita pour sa première en N2. Le milieu de terrain de 18 ans arrivé du club malien du Guidars FC (comme Sinaly Diomandé) a remplacé Augarreau poste pour poste et n’a mis que dix minutes pour séduire avec ses qualités de contrôles, de passes, et surtout une facilité technique évidente. Même s’il a été moins en vue par la suite, c’est lui qui centre pour la plus grosse occase du match côté OL dans les arrêts de jeu. On notera aussi l’expulsion de Thibault Ehling (88e) une dizaine de jours après la signature de son contrat pro, pour avoir pris deux jaunes en cinq minutes. Mais on n’a pas vu le premier, merci Fuchs-Sports.

Kevin G.

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>