Moments marquants de la saison de l’OL : la contre-proposition

EmULsyxW8AAExlH

DEMI-LOL. Il y a eu cette réouverture du Parc OL au public avec une jauge de 7000 personnes lors de la 32e journée contre Angers (bronca quand les visiteurs mènent au score à la pause), ce centre réussi par Léo Dubois contre Strasbourg début février, le succès de l’opération Saint-Valentin le 14 février contre Montpellier (une rose offerte pour tout achat d’un montant de 65 € sur le site de la boutique du club)… Si la saison 2020-21 a été riche en émotions, petite sélection de quatre faits marquants qui resteront, entre tous, gravés à jamais.

Note : cet article fait suite (et fait référence) à l’article « Les moments-clés du titre de champion 2021 de l’OL »,
qu’on vous invite donc à lire si ce n’est pas encore fait
(et on vous invite aussi à liker notre page Facebook pour ne pas trop rater d’articles)

Le match : PSG-OL, le rendez-vous manqué

Lorsque l’OL se présente au Parc des Princes ce dimanche 13 décembre 2020, les supporters lyonnais veulent rêver du titre mais ont encore du mal à y croire totalement. Les Gones ont deux points de retard sur le PSG au coup d’envoi, ils en auront cinq après le match (8-1). Porté par la confiance de ses derniers choix judicieux, Rudi Garcia tente un coup en alignant Karl Toko-Ekambi latéral droit pour contrer la vitesse des attaquants parisiens.

Le Camerounais, en pleine forme à ce moment de la saison, oublie Neymar sur les deux premiers buts et intervient en retard sur Kylian Mbappé (pénalty et carton rouge) juste avant la pause. Mais son but pour réduire le score à 1-3 une minute auparavant, après un beau dédoublement avec Tino Kadewere, convainc le technicien lyonnais qu’il a visé juste. Toko Ekambi ne quittera plus ce poste, Dubois est recyclé en ailier gauche où il prend l’ascendant sur Rayan Cherki (53 minutes de jeu cumulées par la suite). Malgré cette trouvaille, la défaite ralentit l’OL, quatrième à la trêve mais loin du trio PSG-LOSC-OM..

Le joueur : saison record pour la Toul’

Le 24 janvier, à Saint-Étienne, Robert Beric (prêté par Chicago à l’ASSE) pulvérise le genou de Bruno Guimaraes lors d’un 0-0 accroché. Cette blessure, couplé à la baisse de forme de Lucas Paqueta, à la vente d’Houssem Aouar à Everton le 31 janvier (17M€ plus incentives) le 31 janvier et à la reconversion de Jean Lucas (qui se lance dans une série de vidéos Instagram à succès sur la Bachata avant d’ouvrir une école de danse remportant un grand succès auprès des retraitées de la Presqu’île) oblige l’OL à s’activer pour réorganiser son milieu à quelques heures de la fin du mercato.

Ce sera fait grâce à deux bons coups : le prometteur milieu Lucas Tousart, titulaire chez un demi-finaliste de la Ligue des Champions l’an passé mais en situation d’échec dans un ambitieux club étranger, est rapatrié en France (12,5M€ et option d’achat obligatoire de la même somme), tandis que la signature de l’international Jérémy Toulalan (libre) prend par surprise le monde du foot, qui pensait unanimement que celui-ci avait déjà annoncé sa retraite. Maxence Caqueret (112 minutes de jeu par la suite) « apprendra plus vite à leurs côtés », assure Garcia, tandis qu’Aulas se félicite de ces deux choix pour lesquels « Juni a pesé fort », notamment en prêtant sa voiture pour aller chercher Tousart à Saint-Ex.

Pour son premier match, Toulalan inscrit le but de la victoire contre Bordeaux dans les arrêts de jeu (1-0). Egalement décisif contre Angers début avril, il sauve le nul (1-1, but d’Angelo Fulgini pendant que Romain Thomas et Loïs Diony tabassent Anthony Lopes – un carton jaune pour le premier, rappel à l’ordre pour le second) et les espoirs d’Europe pour un OL alors en difficulté. « La Toul’ » incarne le nouvel esprit lyonnais et marque même un troisième but lors de la victoire à Nîmes à l’avant-dernière journée. Ce record de buts en une saison est l’élément principal d’un storytelling savamment orchestré par le club, qui propose notamment un reportage inside au Flunch de Dardilly et une gamme de bermudas cargo siglés.

 

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

 

Une publication partagée par Jean Lucas (@jeanlucas8_)

La perf : le retour en Europe

Monaco est assuré d’être quatrième, mais l’OL dispute à Nice la cinquième place, qualificative pour la Ligue Europa suite à la suppression de la coupe de France, dans un final échevelé et conclu par un duel entre les deux clubs. Dans cette 38e journée aux airs de finale, l’OL est de nouveau convaincant offensivement (avec un Guillaume Hoarau qui fait enfin oublier Memphis Depay, cédé à Osasuna à la trêve pour 14M€ plus des incentives) mais trop friable défensivement (une constante depuis janvier, malgré le rapatriement du solide capitaine cottager Joachim Andersen pour remplacer Marcelo, l’un des nombreux vendus du mercato hivernal suite au fiasco de Mediapro et à la concurrence du miel Bleu Blanc Ruche d’Arnaud Montebourg, deux facteurs qui privent l’OL de solides sources de revenus) (le défenseur central brésilien part au Real pour 21M, met Raphaël Varane sur le banc et devient un des acteurs-clés de La Quatorcima, la 14e Ligue des Champions de la Maison Blanche).

Déjà buteur à l’aller, Amine Gouiri inscrit un triplé, quelques jours avant d’être vendu à Chelsea dans la foulée (à la grande satisfaction de Jean-Michel Aulas, qui souligne la stratégie payante de l’OL, bénéficiaire de 4M€ d’incentives liés à sa session à Nice en 2020). L’OL reste donc un point derrière les Aiglons, mais se qualifie pour la Ligue Europa Conférence, nouvellement créée. « La gagner serait un rêve, mais aussi un objectif écrit en lettres d’or pour l’an prochain. Mon petit doigt me dit qu’on pourrait retrouver quelques vieilles connaissances et prendre notre revanche. » Trabzonspor, Maribor et Astra Giurgiu font notamment partie du casting relevé de la compétition.

L’avenir : Garcia et le nouvel organigramme

Qui d’autre que le service communication de l’OL pouvait trouver un slogan aussi bon que « R24di » pour célébrer l’extension de trois ans du contrat de Rudi Garcia? L’identité du successeur de l’entraîneur lyonnais a pourtant agité les dernières semaines de la saison. Alors que les rumeurs font état de candidatures de Gérald Baticle, Jocelyn Gourvennec, Claudio Caçapa ou Noël Tosi, la prolongation de Garcia prend tout le monde de court. La signature a eu lieu début décembre, après la victoire à Metz. « On a tenu compte du passé en réglant cette question tôt, et en toute discrétion, y compris en interne », se félicite Jean-Michel Aulas.

Le Jiangsu Suning, qui s’était positionné sur le technicien (en envoyant notamment une offre de 65M€ – refusée par l’OL – pour Maxwel Cornet), doit se trouver un plan B. La démission de Juninho « valide la fin d’une mission de deux ans, comme on l’a toujours dit, dans la fierté du devoir accompli », affirme Aulas. « Il a posé les bases du nouveau projet et préparé le changement d’échelle du club », commente Gérard Houiller, officiellement engagé au poste de responsable méta-stratégique d’OL Groupe. « Les dernières semaines ont démontré un vrai savoir-faire français qu’on sera ravis de mettre en valeur », ébauche le nouveau directeur sportif Raymond Domenech lors de la présentation de Mamadou Sakho et Clément Chantôme.

Eloi Paillol (avec HH)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>