Metz, Nantes, Clermont : contre quelle équipe de nullos l’OL perdra des points ?

_DLG6773

FRAUDE BOOK. L’OL vit l’une de ses périodes les plus fastes de la saison après avoir enchaîné deux (2) victoires d’affilée en Ligue 1, contre Montpellier et Marseille. Ces succès de prestige contre le champion de France 2012 et le vainqueur des EA Ligue 1 Games 2019 ne doivent pas cependant pas faire croire que l’OL est déjà sûr de découvrir Cliftonville, l’Etzella Ettelbruck, Ružomberok ou l’Ethnikos Achna en Ligue Europa Conférence l’année prochaine. Le plus dur reste en effet à faire : enchaîner, et contre les pires adversaires possibles. La preuve.

Metz – OL

36e journée de Ligue 1, dimanche 8 mai à 13h00

Pourquoi la France entière sera derrière eux. Parce que Frédéric Antonetti est un entraîneur que tout le monde apprécie. Un personnage cash, à la voix aussi haute que son verbe lorsqu’il s’emporte, mais malgré tout incroyablement touchant avec ses qualités humaines et des failles qui se dévoilent dans un long portrait So Foot.

Un portrait qui ne parle absolument pas de football ? Oui, c’est vrai, mais on n’en voit pas dans ses équipes et vous n’en avez pas marre de faire chier avec des détails qui intéressent juste les bobos gay-prideurs bouffeurs de quinoa vélotaffeurs ?

Le joueur qui va forcément faire mal à l’OL. Cheikh Cissé. On ne connaît aucun joueur du FC Metz, mais statistiquement ils doivent bien avoir un Sénégalais de Génération Foot qui s’appelle comme ça.

Probabilité qu’ils prennent des points à l’OL. 25%, comme leur nombre de points actuellement.

OL – Nantes

37e journée de Ligue 1, samedi 14 mai à 21h00

Pourquoi la France entière les adore. À chaque interview de Jean-Claude Suaudeau, c’est la même chose : tout le monde s’emballe « Wow, ça fait tellement plaisir de lire de nouveau ce vieux sage, ENFIN quelqu’un qui parle VRAIMENT de foot » en partageant une capture d’écran qui dit un truc genre « On me parlait de 4-4-2, de 4-5-1… Mais ce qui compte, ce n’est pas le système ! C’est l’animation ! »

Un enthousiasme légèrement démesuré qui vient du fait que Nantes était dans le passé une véritable école du jeu, à savoir que plusieurs de ses équipes n’avaient aucun lien entre elles dans le jeu (de la verticalité de Suaudeau à la possession de Denoueix) à part celui de faire des passes, de tirer et de tacler. Finalement les gens ont raison : on ne parle pas assez de foot en France.

Le joueur qui va forcément faire mal à l’OL. Samuel Moutoussamy, un ancien de la maison qui va donc marquer contre l’OL à coup sûr. Ça arrive à chaque fois. D’ailleurs, les supporters de tous les clubs du monde l’annoncent à chaque fois, en oubliant les fois où ça n’arrive pas, mais en affirmant que c’était sûr et certain que ça allait se passer comme ça quand ça arrive.

Probabilité qu’ils prennent des points à l’OL. 66%. « Dans un match, soit tu gagnes, soit tu perds, soit tu fais nul. Mais ça, les journalistes l’oublient souvent. » (Psaume 105, tome VII des Entretiens avec Jean-Claude Suaudeau)

Clermont – OL

38e journée de Ligue 1, samedi 21 mai à 21h00

Pourquoi la France entière les adore. Parce que Clermont est une vraie belle histoire, celle d’un club aux petits moyens qui lutte pour le maintien avec un jeu ambitieux. Enfin il paraît, puisque que, comme tout le monde, on ne les a vus jouer que contre notre club de cœur et 30 secondes par multiplex.

Le joueur qui va forcément faire mal à l’OL. Kévin Forquetin. Même principe que pour Metz, sauf que le Génération Foot de Clermont s’appelle Moulins-Yzeure et que leurs Sénégalais sont des joueurs défensifs campagnards de N2.

Probabilité qu’ils prennent des points à l’OL. 0% ou 100%. Tout dépendra de deux facteurs : si l’OL peut encore se qualifier dans une coupe d’Europe, et si une victoire de Clermont peut envoyer l’ASSE en barrages ou en Ligue 2.

Zénon Zadkine

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>