Lorient-OL : remous en interne, rebond à l’extérieur ?

Marcelo Guedes (Olympique Lyonnais) lors du déplacement de l'OL sur la pelouse du stade de la Mosson contre le Montpellier HSC en Ligue 1 2019 2020 (victoire 2-1 du MHSC) / Le Libéro Lyon

AVANT-MATCH. Après une semaine où les supporters ont passé plus de temps à tracer des flèches pour tenter de trouver les liens cachés entre les membres de l’organigramme de l’OL que pour imaginer un système mettant Moussa Dembélé dans les meilleures conditions pour marquer, il est temps de retrouver le terrain. Et peut-être de se mettre à gagner.

> Lorient-OL, ce dimanche à 17h00 (en direct sur Canal+)

Enjeu. Des soucis en interne ? Rudi Garcia a pris son meilleur ton ingénu pour les nier en conférence de presse. « Ça veut dire quoi des tensions au sein du club ? Moi je n’en vois pas du tout, je m’entends bien avec tout le monde, il n’y a pas de problèmes particuliers. C’est le propre de l’extérieur : quand vous gagnez il n’y a pas de problèmes et quand vous gagnez moins, ce qui est le cas sur nos derniers matchs, on invente toujours des choses qui n’existent pas. »

Une citation qui donne surtout envie de lui rappeler que gagner, il l’a assez peu fait avec l’OL, et même avant ce début de saison. Garcia en était en effet à neuf victoires en dix-neuf matchs la saison dernière en Ligue 1, un ratio déjà guère aphrodisiaque qui s’est encore ramolli depuis la reprise. L’OL n’a en effet remporté qu’un match sur les quatre disputés jusqu’ici, alors qu’un seul des adversaires rencontrés était en première partie de tableau lors de l’arrêt de la saison dernière.

De quoi inquiéter avant un programme copieux : au cours des six prochains matchs, l’OL affrontera en effet Marseille, Monaco, Lille et Sainté. Autant dire que Garcia serait bien inspiré de se mettre à vraiment gagner, en commençant par les matchs les plus abordables comme celui à Lorient. Et peut-être pas seulement pour s’éviter des ragots sur sa relation avec son directeur sportif. Son début de saison est en effet pour l’instant inférieur mathématiquement à celui de Sylvinho, qui comptait deux points de plus après quatre journées.

A lire aussi >>> « Ce qu’il se trame vraiment en interne à l’OL », un article aussi pondéré que son titre est putaclic

Compo. La première interrogation est de savoir si la défense à quatre de la semaine dernière sera reconduite, actant la fin de systèmes à trois derrière reposant un peu trop sur le duo de pistons Léo Dubois – Maxwel Cornet pour être vraiment efficaces.

L’autre interrogation est de savoir comment organiser le milieu en l’absence de Maxence Caqueret : une pointe basse avec Jean Lucas en relayeur, ou une pointe haute avec Rayan Cherki en numéro 10 (ou Memphis dans l’axe et l’ambidextre de 17 ans sur un côté).

La compo probable de l’OL : Lopes – Dubois, Marcelo, Denayer, Bard – Guimaraes, Aouar – Cornet, Cherki (ou Jean Lucas), Memphis – Dembélé.

Un an après, un mercato de l’OL
aux airs d’accident industriel

Le prono de la rédac. Caqueret n’est pas là, et avec lui disparaît le petit point positif noté au pressing ces dernières semaines, ce qui profite à Adrian Grbic qui ouvre le score sur un centre de Vincent Le Goff (1-0, 22e). Garcia a vanté le contenu offensif et le travail effectué sur l’animation cette semaine, et l’OL est donc cataclysmique dans ce domaine mais arrive malgré tout à égaliser sur un enchaînement de Memphis Depay (1-1, 51e). Mais on espère malgré tout être surpris, et pourquoi pas en bien pour une fois.

Hugo Hélin

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>