Limassol – OL (1-1) : l’odieux du foot est tombé sur la tête

jeremy morel

LES NOTES. L’OL a ouvert de la pire des manières sa campagne européenne en perdant deux points dans les arrêts de jeu à Nicosie. Les fissures apparues dans le jeu lyonnais depuis le match de Nantes se précisent rencontre après rencontre.

 

Jeudi 14 septembre 2017, 1re journée de la Ligue Europa

Apollon Limassol – Olympique Lyonnais 1-1

Buts : Sardinero (90e+3) ; Memphis (53e sp) pour Lyon.

Avertissements : Joao Pedro (45+1) pour Limassol pour Limassol ; Marcelo (29e), Cornet (72e), Marçal (74e), Morel (88e) pour l’OL

 

Apollon Limassol : Vale – Joao Pedrp, Yuste, Roberge, Jander – Alef, Sachetti, Da Silva (Martinez, 76e) – Jakolis (Sardinero, 54e), Schembri (Zelaya, 85e) – Magica. Entr. : Sofronis Avgousti,

OL : Lopes – Rafael, Marcelo, Morel, Marçal – Ferri (Ndombélé, 78e), Tousart – Cornet, Fekir (cap), Memphis – Mariano (Traoré, 78e). Entr. : Bruno Genesio.

 

 Les notes : Lopes 6 – Rafael 5, Marcelo 3, Morel 4, Marçal 3 – Tousart 4, Ferri 3 – Cornet 3, Fekir 5, Memphis 3 – Mariano 5  

 

LE JEU. L’OL a rendu sa pire copie depuis le début de saison. Bruno Genesio avait fait le choix d’une composition type (à l’exception de Ferri et Cornet titulaires). Si l’on décide de faire abstraction du match se présentant dimanche face au PSG, on pouvait imaginer une volonté forte de l’entraîneur lyonnais d’aligner ses meilleurs joueurs pour emballer le match dès le début et s’assurer une soirée tranquille en se mettant rapidement à l’abri. Spoiler alert : il n’en fut rien. On a retrouvé l’OL sans idée de Nantes. Pas de pressing (Fekir en solo parfois), des latéraux bridés, un milieu insignifiant et un jeu sans aucune idée ni fil directeur. Se dire que l’OL n’a pas été capable de marquer dans le jeu face à cette équipe est un véritable camouflet pour le staff technique lyonnais.

Ndombélé, la mauvaise pioche (il sait jouer au foot)

LES JOUEURS. Anthony Lopes (6) a eu plus de travail qu’il ne l’imaginait avant le coup d’envoi. Alerte sur les nombreux coups de pieds arrêtés chypriotes, le portier portugais s’est incliné dans les arrêts de jeu. Difficile de lui en vouloir tant l’apathique défense lyonnaise sur cette phase est coupable.

Derrière justement, la charnière continue de poser question. Marcelo (3) a été souvent pris à défaut au duel. Sur le côté gauche Marçal (3) a été tellement fantomatique qu’on va finir par se demander si son transfert à Lyon n’est pas une énième peau de banane glissée par Bertrand Desplat à son « ami » Aulas.

Au milieu, Lucas Tousart (4) a semblé émoussé (un euphémisme) et Jordan Ferri (3) dépassé (un euphémisme aussi). Seul rayon de soleil, l’entrée de Tanguy Ndombélé. On ne va pas crier au génie de suite, mais les débuts de l’ancien Amiénois ne sont pas passés inaperçus. Le fait de voir un milieu trouver ces angles de passes et des diagonales inexploitées laisse espérer un renouveau au cœur de l’entre-jeu lyonnais.

Devant, Nabil Fekir (5), également dans le dur physiquement, a essayé par intermittence. On soulignera que le seul semblant d’action collective dans laquelle il a été impliquée, s’est soldée par le pénalty transformé par Memphis (3). Le Néerlandais a, lui, une nouvelle fois fait preuve d’indigence. Et le fait qu’il porte depuis plusieurs matches des chaussures vertes témoignent bien de la perte d’influence de Bernard Lacombe au sein du club.

 

Genesio, la bouteille à l’amer

LE COACH. Se déclarer candidat à la finale -qui aura lieu au Parc OL- et rendre cette copie interpelle. Bruno Genesio a-t-il pris de haut cette équipe de l’Apollon ? A-t-il cru que son équipe-type suffirait à empocher la décision ? Quand compte-t-il donner sa chance à ces jeunes qu’il encensait durant l’intersaison ? Pourquoi Maxwel Cornet ? Pourquoi attendre la 78e pour effectuer un premier changement ? La bouteille à la mer est jetée.

Monsieur Aymeric

(Photo Damien LG)

5 Comments

  1. descaves

    15 septembre 2017 at 9:22

    La photo en tête d’article c’est Morel ou Just de nino le cédéfiste ?

  2. Cyril

    15 septembre 2017 at 1:06

    Au moinsles jeux de mots ne suivent pas la médiocrité génésienne c’est déja ca:

    Un petit post pour (ré-)expliquer pourquoi génésio c’est le néant tactique.
    Il ne s’agira pas ici de dire 442 ou 433 mais de montrer que le 4 2 3 1, système pour lequel génésio a soit-disant construit son effectif est utilisé à l’envers.

    1- La ligne de défense basse quand ton 10 est un 9 et 1/2 (fékir)

    la ligne de défense basse est devenu le nouveau leitmotiv du staff qui ne veut plus un jeu de possession mais des transitions rapides et générer des situations de contre-attaques.

    Or demander des transitions rapides peut être fait suivant deux principes.
    Soit en s’appuyant sur les milieux qui redescendent chercher les ballons et sont capables d’orienter le jeu par leur qualité de passe et ou jeu long (profil que l’on a pas dans l’effectif), soit avec un joeur box-to-box qui va remonter la balle par sa puissance (et sa technique) vers l’attaque.

    Soit en sautant le milieu et balancer vers les ailiers. C’est moche mais c’est cohérent (et efficace)

    Sauf que nous on ne fait ni l’un ni l’autre.
    On essaye de sortir le ballon comme si on allait s’appuyer sur nos milieux. Ceux ci n’ayant pas la capacité de servir de ralais, on se retrouve à abuser de passes aux gardiens ou de circuit en U sans prendre l’option qui s’imposerait balancer sur les ailiers.
    Le pire étant que le staff (ou les joueurs) a l’air d’ếtre conscient du problème.
    On voit fékir redescendre des fois derrière toussart pour chercher le ballon.
    Sauf que comme ca, il ne sert à rien car il récupére le ballon trop bas, suivant dos au jeu quand il y a du pressing, et si on sort du systéme en U. Sauf que fékir n’étant pas un 10, il ne va pas orienter le jeu d’une position aussi basse, ce n’est pas son registre.

    Vu notre effectif, le 4 2 3 1, si on utilise une ligne de défense basse et le profil de nos milieux demanderait plutot des relances du gardien ou des latéraux vers les ailiers et des milieux à la réception des seconds ballons.
    L’autre solution étant d’abandonner cette connerie de ligne basse qui est incompatible avec les qualités de fekir, joueur qu’on veut mettre au ceour de notre dispositif.
    En récupérant les ballons beaucoup plus haut, le profil de nos milieux défensifs serait plus adapté, sans avoir une équipe coupés en 2 et on trouverait fékir et traoré plus facilement et dans les zones où ils sont censés faire des différences.

    2- le problème de nos ailiers et latéraux et de la relation avec mariano
    La encore le problème n’est pas forcément le 4 2 3 1 mais la ligne de défense basse qui est totalement incohérente avec nos profils.

    On a des ailiers inversés et des défenseurs plutot à l’aise offensivement. De plus notre attaquant ne crée pas le jeu mais à au contraire besoin de centres.
    Si on regarde notre effectif, ca ne peut marcher qu’avec des latéraux qui jouent haut, dédoublent les ailiers, qui eux repiquent pour être sur leur bon pied.

    Clairement, à part d’être un croisement entre Mo Farah et usain bolt, nos latéraux ne peuvent à la fois récupérer le ballon très bas et se retrouver 6 secondes après au niveau du poteau de corner adverses. (je prend pas les 6 secondes au hasard, c’est le temps moyen d’une contre-attaque quand on joue bas en transition rapides, cf l’interview du directeur du centre).

    Le profil de mariano et de nos ailiers et défenseurs, imposent au contraire un block assez compact et surtout qui joue haut. Accesoirement ca permettrait aussi de mettre en valeur notre double pivot qui aurait une tache conforme à son registre. Coulisser sur les cotés pour couper les lignes de contre -attaque, servir de point d’appuis soit pour les défenseurs qui débordent ou les ailiers qui repiquent l’axe.
    Et ne plus se retrouver à contre emploi, faire le jeu.
    On aurait enfin les joueurs les plus techniques occupés à faire le jeu.

    Si on garde une ligne de défense basse, les ailiers inversés sont un non-sens.
    (Au passage l’indigence de Menphis est largement explicable à mon avis par des consignes totalement à contre-emploi pour lui, où on lui demande plutot de déborder sur son mauvais pieds et d’utiliser sa vitesse pour transpercer les lignes plûtot que de déstabiliser les adversaires en rentrant dans le jeu et en ouvrant son couloir à marçal)

    Je pourrai, poste par poste continuer à montrer que les raisons de bouillie de notre jeu n’est pas du à un problème de système, le 4 23 1 est en effet adapté à nos joueurs. En revanche nos joueurs ne sont pas adaptés dans un 4231 à une ligne de défense basse. Et tant qu’on voudra laisser la possession et jouer bas, on aura toujours un problème à sortir le ballon car nos milieux ne sont pas fait pour ca (même si ndombelé devrait peut-être pouvoir aider la dessus), ni nos défenseurs. Ou alors assumons la ligne de défense basse et go le kick’n’rush. Mais à rester le cul entre 2 chaises, on n’en sortira pas.

    Ou alors, utilisons les qualités de nos joueurs et jouons haut !

  3. fortiche

    15 septembre 2017 at 1:35

    rien à rajouter !

  4. Le Mulet de Tony_V

    15 septembre 2017 at 5:18

    eheh, l’adresse internet de la page est :

    « http://www.leliberolyon.fr/limassol-ol-0-1/77835″

    aie aie aie

    • Le Libéro Lyon

      15 septembre 2017 at 10:45

      Ouais, WordPress garde l’URL du premier enregistrement et on a oublié de changer… Ça fera un bon souvenir.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>