Ligue des Champions féminine : l’analyse des chapeaux avant le tirage au sort

UEFA

FÉMININES. Après sa victoire face à Levante lors du second tour préliminaire du nouveau format de la Ligue des Champions féminine, l’OL est qualifié pour la nouvelle phase de groupes, où 16 équipes vont être réparties en quatre poules pour tenter de poursuivre l’aventure vers les quarts de finale. Avant le tirage au sort des groupes ce lundi, petit état des lieux rapide des forces en présence pour les Lyonnaises, qui seront dans le chapeau en tant que non-championnes.

Chapeau 1

Au vu des noms des quatre équipes du chapeau 1, il faudra de toute façon s’attendre à une grosse confrontation face à des clubs ayant suffisamment de talent et de profondeur d’effectif pour contrôler le milieu, savoir attaquer de manière variée et efficace mais également résister défensivement si nécessaire. La principale incertitude concerne du coup le renouvellement du secteur défensif au PSG, et notamment son aptitude à pouvoir tenir le choc dans les matches face aux autres cadors européens. Mais cela ne concerne pas l’OL, qui ne pourra pas rencontrer l’autre club français.

Si le Barça, tenant du titre en Ligue des Champions, et le Bayern ont réussi des débuts fracassants dans leur championnat respectif, Chelsea a en revanche entamé le sien par une défaite face à Arsenal dans une rencontre où les Blues ont semblé manquer de constance défensive à certains moments. Une problématique potentiellement liée au manque de rythme du début de saison, mais qui pourrait enclencher une mauvaise dynamique à l’approche des premiers gros matches et qui devra être surveillée en conséquence au cours des prochains rencontres.

La difficulté estimée du tirage pour l’OL :

1) Barcelone
2) Bayern
3) Chelsea
4) (mais impossible) PSG

Chapeau 2

Trois autres clubs accompagnent l’OL dans ce chapeau 2, chapeau finalement assez hétérogène à cause de la présence de l’équipe islandaise de Breidabilk qui, avec un niveau bien inférieur aux trois autres équipes, sera considéré comme le tirage le plus abordable. L’OL reste le tirage le moins évident du quatuor, même si Arsenal et Wolfsburg seront loin d’être des équipes faciles à battre.

La dynamique de début de saison semble néanmoins être à l’avantage des Anglaises, qui ont réussi à s’imposer devant Chelsea en première journée de FAWSL avec une Viviane Miedema toujours aussi affûtée, tandis que Wolfsburg, malgré un début de championnat parfait, a du batailler jusqu’aux tirs au but pour se défaire de Bordeaux et rejoindre les phases de poules de la Ligue des Champions.

La difficulté estimée du tirage pour les autres équipes :

1) OL
2) Arsenal
3) Wolfsburg
4) Breidablik

Chapeau 3

Aucun tirage facile en revanche dans ce chapeau, avec quatre équipes possédant des effectifs pouvant poser des problèmes à tous leurs adversaires, même si la Juventus et le Real Madrid semblent mieux dotés que leurs adversaires sur ce point. Les Italiennes ont correctement géré leurs deux départs importants (Laura Giuliani et Aurora Galli étant respectivement remplacées par Pauline Peyraud-Magnin et Agnese Bonfantini, ce qui devrait amener Valentina Cernoia à évoluer plus fréquemment dans l’axe qu’auparavant) tandis que le club espagnol a enregistré un nombre important de nouvelles recrues, notamment la buteuse Esther Gonzalez (30 buts la saison dernière en Primera Iberdrola) et la milieu de terrain Claudia Zornoza (précédemment à Levante).

Des recrues qui n’ont pas empêché le Real Madrid d’exploser face à Levante (0-4) lors de la première journée de championnat espagnol, à cause d’un milieu de terrain incapable d’organiser un schéma défensif cohérent et de résister à la pression très haute imposée par leurs adversaires. Un problème que ne semblent pas avoir les joueuses d’Hoffenheim, dont la tactique semble beaucoup mieux rodée et appliquée sur le terrain malgré des départs de joueuses majeures lors de l’intersaison (Lena Lattwein et Tabea Wassmuth notamment, et dans une moindre mesure Maximiliane Rall).

L’équipe finalement la plus impactée par l’intersaison semble être Häcken, avec énormément de départs de joueuses depuis le titre de Damallsvenskan 2020 : outre Vilde Boe Risa partie à Manchester United, le club suédois devra également composer sans Natalia Kuikka, Julia Roddar, Rebecca Blomqvist, Emma Koivisto et Emma Berglund ! Une situation compliquée à gérer pour une équipe déjà distancée de 9 points par Rosengard à 6 journées de la fin du championnat (avec néanmoins un match à retard à jouer), et qui semble être du coup l’équipe la plus prenable du groupe.

La difficulté estimée du tirage pour l’OL :

1) Juventus
2) Real Madrid
3) Hoffenheim
4) Häcken

Chapeau 4

On retrouve dans ce chapeau quatre clubs qui semblent à première vue en retrait face aux autres équipes qualifiées, mais qui auront quelques armes à faire valoir pour tenter de grappiller quelques points dans cette phase de groupe. Benfica paraît avoir le meilleur effectif pour tirer son épingle du jeu, porté par son attaquante canado-islandaise Cloé Lacasse, dans la lignée de ses performances de dernière saison de Liga BPI, le championnat portugais.

En D2 danoise il y a deux saisons, Køge continue son ascension fantastique et misera sur ses deux joueuses-clés (Kyra Carusa en attaque et Maddie Pokorny au milieu de terrain) pour déstabiliser les défenses adverses et continuer sa belle histoire européenne. Une dynamique que cherchera à retrouver le Servette Chênois, qui avait écrasé le championnat suisse la saison dernière mais qui a été défait d’entrée par ses rivales de Zurich. Enfin, Kharkiv semble encore plus en retrait et devrait avoir plus de difficultés que les autres membres du chapeau à tenir le choc.

La difficulté estimée du tirage pour l’OL :

1)Benfica
2) Servette Chênois
3) Køge
4) Kharkiv

Julien Perrier

(Photo UEFA)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>