Ligue 1 : l’OL condamné par défaut(s) ?

Dubois

BAROMÈTRE DU TITRE. L’OL a été l’un des deux membres du quatuor de tête à perdre des points ce week-end. Tout ce beau monde se tient désormais en quatre points.

On n’a pas forcément appris grand-chose ce week-end. Le déplacement du PSG (0-4) a surtout rappelé que le DFCO était loin d’avoir le niveau du haut de la Ligue 1, pour ne pas dire de la Ligue 1 tout court. Et la réception de Brest par Monaco (2-0) a elle confirmé que les Bretons n’avaient pas la même volonté d’imposer leur jeu à l’extérieur qu’à domicile, ou pas la même capacité. On notera tout de même que ce match aura peut-être le mérite de prouver aux supporters lyonnais (puisque ce sont a priori ceux qui nous lisent) pensant que le gardien adverse fait toujours le match de sa vie contre leur équipe que cette impression est fausse : Gautier Larsonneur a longtemps tenu la baraque tout seul à Louis-II, quand Sébastien Cibois avait quasiment offert le match contre le même adversaire à l’OL une semaine plus tôt.

En ce moment, on voit plus les défauts de l’OL que ses qualités

Et même les deux contre-performances du quatuor de tête n’ont pas eu des airs de surprises. Le Fraude Book, seule présentation de la Ligue 1 digne de foi, attribuait d’ailleurs avant le week-end ses plus grandes chances de plantage au LOSC et à l’OL. Les Dogues ont confirmé contre Strasbourg (1-1) qu’ils étaient moins tranchants offensivement et qu’ils devaient même parfois leur salut à l’excellent Mike Maignan. Un gardien décisif sur lequel l’OL ne semble pas pouvoir compter en ce moment, même si les stats avancées ne montrent pourtant pas de grosse différence sur la saison en ce qui concerne les tirs repoussés.

Le match chez l’OM (1-1) aura d’ailleurs validé d’autres mauvaises impressions de début 2021 : celles d’un OL qui n’est pas si loin de celui assez enthousiasmant de fin 2020, qu’on a revu pendant la première demi-heure, mais qui est aussi trop souvent plombé par des défauts qu’on avait plus ou moins vu venir. La faiblesse des côtés, un certain retour à la norme d’individualités en surchauffe, la difficulté de trouver des solutions quand le plan A et le onze-type ne tournent pas rond, la sous-exploitation de remplaçants pourtant pas forcément en-dessous des titulaires…

Un jour après, le nul au Vélodrome fait un peu moins mal à la tête que dimanche au coup de sifflet final. L’OL est après tout toujours dans la course au titre, avec des qualités qui n’ont pas disparues, un milieu de terrain qui est l’un des mieux fournis de Ligue 1 et qui a déjà montré qu’il pouvait s’articuler avec les décrochages de Memphis Depay, comme sur le but à Marseille. Mais la tendance n’est clairement pas la bonne : au bout de 19 journées, l’OL était en tête avec 7 points d’avance sur Monaco. Il n’en a désormais plus qu’un et le baromètre du titre pourrait rapidement se transformer en baromètre du podium.

Hugo Hélin

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>