Les deux OL

AulasJuninho

HUMEUR. Ils portaient tous les deux un costume avec un logo de l’OL ce jeudi lors de la conférence de présentation de Bruno Guimaraes, mais Jean-Michel Aulas et Juninho ont semblé incarner deux visions totalement différentes de l’Institution.

Extraits choisis (et un peu condensés). Juninho, en évoquant ce que l’autre Bruno G. pouvait apporter à l’OL : « Je pense qu’on doit progresser encore dans le contrôle du jeu. On a la qualité pour maîtriser, pour jouer haut dans le camp adverse et pour récupérer haut le ballon quand on le perd. On doit aussi être capables de mieux ressortir le ballon sous pression. » Jean-Michel Aulas, après s’être astiqué l’EBITDA : « Je voudrais revenir sur ce que j’appelle la note artistique. Le foot est un jeu et ce n’est pas la guerre. Il faut pondérer tout ça, parce que c’est pénalisant si au regard d’une appréciation artistique et virtuelle on en vient à mettre les joueurs dans de mauvaise conditions. Pour que tout le monde soit au plus haut niveau il faut un enthousiasme permanent autour de l’équipe. C’est paradoxal, on fait une des meilleures saisons de l’histoire de l’OL et un certain nombre de gens pleurnichent autour de la qualité de jeu, donc ne comptez pas sur moi pour les mettre dans les meilleures conditions de liberté d’expression. »

Le jeu contre la comptabilité, la caricature est évidemment facile et reflète surtout les fonctions des deux dirigeants. Mais les tirades respectives donnaient tout de même envie de s’interroger : Juninho fait-il partie des gens qui « pleurnichent » lorsqu’il trouve à redire sur la qualité de jeu ? Ou a-t-il une dérogation en tant que directeur sportif ? Et même si l’on adopte une vision purement comptable en traitant les supporters comme des clients, ceux-ci ne sont-ils pas censés être rois ? N’ont-ils pas le droit de donner leur avis et de penser que l’expérience stade qui leur est proposée va au-delà du fait de pouvoir se faire servir des nachos à leur place, et concerne aussi ce qu’il se passe sur le terrain ?

« Vous croyez que Klopp ferait mieux ? » contre « #SignDarder »

Mais il serait sans doute réducteur de limiter ce schisme aux deux hommes forts de l’OL. Deux franges de supporters semblent en effet s’opposer et notre proximité avec l’une d’elles rendra forcément notre description plus sévère pour l’une que pour l’autre. Disons donc que l’on a d’un côté des fans qui partagent avec Bernard Lacombe (ancien bras droit d’Aulas, pas un hasard) l’idée que les supporters sont uniquement là pour supporter, que les critiques envers l’Institution doivent être les plus rares possibles et que les choses ne sont pas si pires que ça puisque l’OL jouait en D2 il y a à peine 30 ans. De l’autre, des supporters qui se font traiter d’enfants gâtés même s’ils n’ont pas vu l’OL remporter un trophée depuis leurs années collège, qui regardent trop de vidéos tactiques avec des arrêts sur image et des cercles rajoutés sur Windows Movie Maker, et qui pensent que l’OL devrait avoir des ambitions sportives à la hauteur de ses résultats comptables.

Facebook contre Twitter, « Vous croyez que Klopp ferait mieux ? » contre « #SignDarder », et donc Jean-Michel Aulas contre Juninho. La frontière théorique semble claire, la réalité est évidemment plus complexe et nuancée, mais ce contexte existe bien. Tout comme les différences de commentaires entre les deux réseaux sociaux sur une large variété de sujets lyonnais, qui illustrent bien ce contexte. Une situation qu’il est difficile d’attribuer à une raison unique : la crise de croissance rapide de l’OL avec l’entrée dans le grand stade en est sans doute une, certains suiveurs ayant du mal à se faire à l’idée qu’un club au budget semblable à celui de l’Atlético Madrid ait du mal à faire le jeu à domicile en Ligue 1, quand d’autres se disent qu’au moins l’OL finit devant Sainté et Bordeaux et que ce n’est déjà pas si mal. Mais l’on pourrait aussi citer une éducation tactique plus consistante aujourd’hui qu’il y a une décennie ou deux, et qui explique que tous les supporters n’aient pas les mêmes attentes et grilles de lecture, rendant le dialogue difficile.

Un contexte propice aux affrontements les plus vifs, y compris entre supporters de l’OL. D’autant que l’Institution elle-même n’a pas toujours semblé vouloir se réconcilier avec ses enfants les plus turbulents, se bouchant les oreilles quand elle ne se foutait pas ouvertement de leur gueule. Et un contexte qui a donc poussé à la radicalisation sur certains débats, Sylvinho semblant incarner par exemple pour certains une idée du jeu que son équipe n’a que rarement montré et que ses discours (coucou les latéraux interdits de monter) n’indiquaient pas non plus. Comme un écho à la défense tout crin de Bruno Genesio même après trois ans et demi d’un bilan au mieux neutre (quelle surperformance notable par rapport à l’effectif ?) à la tête d’un des 20 plus gros budgets européens.

La réconciliation entre les deux OL serait pourtant une bonne chose. Pas pour les raisons invoquées par Aulas, qui souhaite faire taire les critiques parce qu’elles perturberaient une Insititution qui vit pourtant grâce au public et devrait donc tenter de le comprendre un peu mieux. Mais plutôt car cela signifierait que les performance sportives de l’OL de Juninho sont enfin à la hauteur des performances comptables de l’OL d’Aulas. Et il est vrai que le premier aura forcément besoin du second pour être plus grand, quand le deuxième peut très bien prospérer sans titre depuis 2012 en multipliant les concerts de hard-rock au Formidable Outil et en construisant des piscines à vagues à côté. Mais on est sûrs que même le plus hardcore des supporters du FC EBITDA serait content de prendre son voisin au maillot Mammana par les épaules pour un « Qui ne saute pas n’est pas Lyonnais » si l’Institution offrait à Memphis Depay, Houssem Aouar et Rayan Cherki le cadre pour proposer un jeu à la hauteur de leurs talents et se poser en vrais outsiders pour les titres. Et pas juste un tremplin vers un grand d’Europe et la ligne « Produits de la cession de contrats joueurs ».

Hugo Hélin

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>