Les notes de PSG-OL (4-2) : l’amour est dans le presque

Dembélé

LES NOTES. Une fois de plus, Rudi Garcia a « presque » résisté face à un gros, et une fois de plus, il a perdu. Ses joueurs ont pourtant marqué deux buts sur trois occasions, auquelles on rajoutera une reprise du dos à l’aveugle de Lucas Tousart. Mais le PSG était trop fort. Et l’OL trop faible, surtout.

Votez pour le Jurynho
de PSG-OL (4-2) !

Dimanche 9 février 2020, 23e journée de Ligue 1

Paris Saint-Germain – Olympique Lyonnais 4-2 (2-0)

Buts : Di Maria (22e), Mbappé (38e), Marçal (csc, 47e), Cavani (79e) pour le PSG ; Terrier (52e), Dembélé (59e) pour l’OL.

Avertissements : Kimpembe (45e) pour le PSG ; Toko Ekambi (90e), Marcelo (90e+2) pour l’OL.

PSG : Navas – Meunier, Kehrer, Kimpembe (cap.), Kurzawa – Di Maria (Paredes, 85e), Gana Gueye, Verratti, Draxler (Sarabia, 65e) – Icardi (Cavani, 76e), Mbappé. Entr. : Thomas Tuchel.

OL : Lopes – Rafael, Marcelo, Denayer (cap.), Marçal (Tete, 56e) – Thiago Mendes, Tousart, Aouar – Cherki (Toko Ekambi, 56e), Dembélé, Terrier (Traoré, 77e). Entr. Rudi Garcia.

 

Anthony Lopes (3). À une époque, on débutait ce genre de matchs en ayant la certitude que Lopes serait chaud bouillant et sauverait les miches de l’OL une bonne demi-douzaine de fois minimum. Aujourd’hui, on les finit en se disant que sa saison est décidément bien fade et en s’interrogeant sur sa responsabilité sur certains buts. Et si la concurrence de Mathieu Gorgelin lui était en fait indispensable ?
Rafael (4). Pour un mec qui a eu Cristiano devant lui en début de carrière, il était sur du velours avec Cherki dans sa zone, chaque Lyonnais sachant que le gamin des Buers est plus complet que le Portugais à son prime. Sinon, il a réussi à ne jamais péter les plombs et sa faute sur Sarabia n’a pas été sifflée. Une bonne soirée vu les critères maison.

Marcelo (3). Son début de match est vraiment solide. Autoritaire dans les duels, il a même réussi à jouer proprement vers l’avant une paire de fois. Mais il s’est montré dépassé dès la première accélération de Mbappé (même s’il se colle astucieusement et très vite à un autre Parisien pour ne pas avoir l’air trop à la rue). On a vu ensuite un Marcelo trop court, notamment sur les deuxième et troisième buts, qui envoie de grandes saucisses devant, et teubé en cas de friction.

Jason Denayer (4). Même si ça ne semble pas très compliqué dans cette défense, il se dégage vraiment comme un patron de l’arrière-garde. Globalement propre et soucieux d’avancer, il faut un contre défavorable pour qu’il soit impliqué sur un but parisien, en l’occurrence le deuxième. À 24 ans et entouré de trentenaires, il est très au-dessus des trois autres défenseurs aussi dans l’attitude (là encore, ce n’est pas bien dur).

Fernando Marçal (2). En souffrance dans la grande majorité des situations. Placements, mouvements, duels, etc., il a pêché dans un peu tous les registres, avec un beau condensé de tout ça sur l’action du premier but. Un csc magique pour couronner le tout (3-0, 47e). Remplacé par Kenny Tete (56e), dont la discrétion est plutôt positive, dans le sens où elle est synonyme d’absence de grosse erreur, son action la plus marquante étant un tacle pour lancer l’action du but de Dembélé (64e).

Thiago Mendes (2). Des ballons grattés au début. Une certaine volonté de presser haut, mais comme cela s’est assez vite arrêté à la notion de volonté, puis qu’il y en a eu de moins en moins, de volonté, il a participé à ouvrir l’équipe en deux. Puis une balle en profondeur pour Draxler sur le but Vidéo gag de Marçal (3-0, 47e).

Lucas Tousart (3). A fait la première faute du match (1re), classique, et a failli égaliser du dos (77e), plus cocasse. Beaucoup d’abnégation entre les deux, comme on dit pudiquement.

Houssem Aouar (3). Il a participé activement au pressing extrêmement agressif, pour ne pas dire suicidaire, de l’OL en début de match. Il est également à l’origine de l’action de contre gâchée par une mauvaise conduite de balle de Dembélé trente secondes avant l’ouverture du score du PSG. Sinon il a été assez effacé. Mais comme ça lui est souvent arrivé dans ce genre de mauvais matchs cette saison, il a trouvé le moyen de peser sur le match en servant magnifiquement Toko Ekambi en profondeur. Cependant, ça reste insuffisant vu les attentes envers Aouar.

Rayan Cherki (4). Il avait sans doute la charge d’assumer une grande partie de la création du jeu offensif. Difficile de lui en vouloir d’avoir plutôt échoué dans ce registre à 16 ans au Parc des Princes. Ça ne l’a pas empêché d’être auteur de la passe décisive en une touche pour le but de Martin Terrier . Il a été remplacé par Toko Ekambi (56e) quatre minutes plus tard (56e), dont les appels en profondeur ont suffi à presque renverser le match. On soulignera sa lucidité et son intelligence de jeu pour servir Dembélé devant le but, plutôt que de tenter une frappe sur le 2-3 (59e).

Martin Terrier (5). On a remarqué Martin Terrier avant une sortie sur changement ! Sa discipline défensive, dans le pressing ou le replacement, a été exemplaire. On l’a même vu tenter une frappe enroulée du droit ! Son premier but en L1 cette saison (!!) a déclenché un improbable début de presque remontée. Merci Navas, mais merci aussi à sa qualité d’appel vers le but (3-1, 52e). Vas-y Martin, ose un peu ! Remplacé à la 76e par Bertrand Traoré.

Moussa Dembélé (3). Il a marqué, mais peut filer (au moins) la moitié de sa prime de but à KTE. Pour le reste, il a été relativement catastrophique. Une conduite de balle ratée, alors qu’il avait de l’avance sur la défense parisienne sur le chemin du but et l’option Cherki à droite, a abouti au premier but parisien. Et il a manqué l’égalisation en ne trouvant pas le cadre sur une occasion qui aurait pu conclure à la perfection les dix minutes de folie de l’OL, ou de panique du PSG (63e). Il serait peut-être bon de le faire souffler pour éviter de trop tirer sur la corde, même si ça implique de ne plus pouvoir allonger le jeu et qu’on sait que c’est compliqué.

 

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>