Les notes de Nantes-OL (1-2) : Paqueta, emballé c’est pesé

Paqueta

LES NOTES. Deux offrandes de Lucas Paqueta, pour un but de Memphis Depay et un penalty obtenu par Karl Toko Ekambi et converti par ce même Memphis, ont permis à l’OL de s’imposer à Nantes malgré une deuxième période moins maîtrisée. Les Lyonnais ont maintenant deux chocs, contre Lille et à Monaco, pour nous enthousiasmer un peu plus et, surtout, savoir s’il y a vraiment moy en Ligue 1.

Votez pour le Jurynho
de Nantes-OL (1-2) !

Anthony Lopes (5) n’a littéralement eu qu’une occasion sérieuse à se mettre sous la dent, sur laquelle il sort une parade réflexe sympa, mais se fait fusiller dans la foulée.

A ce stade de la saison, on a bien de la peine à garder un référentiel rationnel pour le poste de latéral. Concernant Maxwel Cornet (2), on a désormais basculé du côté de la compassion. De son premier duel au corner concédé pour le 1-2, l’Ivorien a proposé un match totalement raté (et ce n’est pas une façon de parler). Pourtant pas parti de si haut, il régresse à ce poste. Garcia l’enchaine à la feuille de match par principe, et se rend coupable d’un choix dangereux pour son équipe et horrible pour son joueur, à qui on donne deux points pour sa résilience exceptionnelle, pour le coup (encore aucun geste de lassitude ou de résignation ce soir alors qu’il doit en avoir plein le cul – en tout cas, c’est le cas pour nous). Léo Dubois (3) profite indirectement de ce fiasco pour paraître moins pire. Pourtant, pas sûr qu’il ait raté beaucoup moins ce soir (mais sur un temps de jeu plus long, certes). Les deux remplaçants, De Sciglio et Diomandé, ne sont pas rentrés à leur poste de prédilection, mais ont généré un ralentissement du rythme des soupirs, toujours ça de pris.

La défense centrale a été en difficulté en première mi-temps sur les ballons en profondeur nantais. Le bloc lyonnais beaucoup plus (trop) bas en seconde mi temps a ensuite permis de cacher l’habituel défaut de mobilité de Marcelo (4). Dans un deuxième acte où les Gones avaient inexpliquablement décidé de sauter le milieu de terrain, il aura toutefois eu le mérite d’être relativement propre dans ses relances. Un peu moins flippant que son acolyte, mais aussi moins tranchant et utile dans les sorties de balles après la pause, Jason Denayer (4) a lui aussi livré une prestation mitigée. L’arrière garde n’était pas impénétrable. Heureusement, on ne peut pas dire que les attaquants nantais soient les couteaux les plus aiguisés du tiroir.

Superleague : et si l’OL participait aux défis de la mi-temps de ses clubs amis ?

Maxence Caqueret (5). Il a fourni dans les premières minutes ce combo de contre-pressing en sprint et de dribbles dans les petits espaces qu’on aime tant, un de ces matchs où c’est un plaisir de le noter. Pourtant il a lentement décliné au fil du temps : peut-être que c’est une montée d’exigence de notre part tant il nous a fait plaisir par le passé, mais on a aussi l’impression que ses pressions où il se jette droit dans les pieds sont de mieux en mieux lues par les adversaires, qui le dribblent parfois trop facilement.

Bruno Guimaraes (5). On conseillerait difficilement à un dépressif d’aller passer un dimanche à Nantes, mais le football est décidément plein de surprises. Il a longtemps été un peu plus en retrait que Caqueret, mais alors que le petit Gone déclinait, il s’est affirmé dans un registre un peu moins visible, un peu plus bas sur le terrain, mais il a lui aussi réussi des belles récupérations suivies de relances maîtrisées. On n’a pas trop compris son remplacement assez tôt par Mendes, d’autant que ce dernier a tout fait en moins bien.

Lucas Paqueta (8). Il faut se souvenir avec émotion de son début de saison où il était excellent mais pas décisif : ce soir, ce sont Memphis et lui qui gagnent le match. Même si on voit moins son impact défensif dans cette position, on se régale encore plus de sa justesse de passe quand elles deviennent décisives. On l’aime trop pour lui enlever un point pour une tentative de lob à 50 mètres alors qu’il y avait un 3 contre 2 à jouer pour se mettre à l’abri, mais si ça avait été Cornet qui avait fait ça on aurait évidemment écrit un article entier dessus.

Karl Toko Ekambi (4). A mangé le Ballon d’or de Paqueta à force de gâcher ses offrandes, à cause d’un mauvais contrôle (56e) ou d’une frappe encore plus moche (86e). Pourtant Lafont ne demandait qu’à prendre plein de pions, alors il l’a aidé à être décisif en le fauchant pour le péno de Memphis (0-2, 37e). Mais brouillon sur chaque initiative et pas si actif que ça en phase défensive, préférant généralement faire une faute pour abréger l’effort. Remplacé par Yaya Soumaré (90e+3).

Islam Slimani (4). Une débauche d’énergie incroyable, et de lui on ne peut pas dire qu’il « pèse sur les défenses » juste parce qu’on n’a rien d’autre à dire. Le problème, c’est que sa volonté de jouer vite ressemble parfois à une manière de se débarrasser du ballon, et ne va pas sans de nombreuses imprécisions. Sans compter qu’il ne marque pas, pire, il se crée peu d’occasions. Slimani est donc un irréprochable à qui on a suffisamment de choses à reprocher pour continuer à croire que l’OL est dans une meilleure configuration avec Memphis dans l’axe. Et Aouar à gauche ?

Memphis Depay (7). Fausse compagnie a Fabio avant de placer un exter puissant pour l’ouverture du score (0-1, 5e), trouve Slimani (hors jeu) d’une belle inspiration sur coup franc (25e), auteur d’un joli contre-pied sur péno (37e), d’une frappe repoussée à la zeub par Lafont (54e) avant de mettre à nouveau le gardien nantais dans l’embarras sur un corner vicieux obligeant Fabio à un sauvetage sur sa ligne (71e). Il est le joueur qui permet de (presque) toujours s’en sortir face aux plus faibles, ce qui est nouveau à l’OL. Mais c’est sur ses performances face à Monaco et Lille qu’on pourra juger la trace qu’il va vraiment laisser à Lyon. Remplacé – à sa grande surprise – par Houssem Aouar (77e) qui a tellement de flow dans ce maillot noir « Final 8 » qu’on s’est repassé Y A cher Moy à la fin du match.

(Photo archive Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>