Les notes de Lyon-Nantes (3-0) : l’OL prend les rennes

DLG8125

LES NOTES. A la veille du réveillon, l’OL a pris la tête de la Ligue 1 sans que l’on sache vraiment s’il est champion d’automne ou si ce titre honorifique sera attribué après la 19e journée. Mais on s’en fout un peu : on a enfin un OL kiffant à suivre semaine après semaine, ce qui prouve que 2020 n’était pas une si mauvaise année après tout.

Les notes : Lopes 6 – Dubois 5, Marcelo 5, Denayer 7, Cornet 5 – Paqueta 6, Mendes 7, Aouar 8 – Kadewere 8, Memphis 5, Toko 6.

Votez pour le Jurynho
d’OL-Nantes (3-0) !

Le poncif journalistique dans une situation comme l’ouverture du score de Karl Toko-Ekambi (1-0, 4e) est de dire qu’il ne fallait surtout pas arriver en retard, une phrase déjà énervante en temps habituel mais qui est en plus moins efficace sans spectateurs (ou sans Ousmane Dembélé dans l’un des deux effectifs). Dommage, le poncif avait pourtant encore plus de sens après une nouvelle grosse occasion de Memphis Depay suite à une incompréhension entre les deux centraux nantais (7e) et un début de match entreprenant.

Cela se calmera par la suite, laissant presque craindre un endormissement lyonnais qui se finit mal après une expulsion de Marcelo ou une erreur de Maxwel Cornet (désolé les gars, je le dis comme je le ressentais). Un risque que Rudi Garcia a sans doute senti lui aussi et qui le pousse à hurler en temps réel les consignes aboutissant au deuxième but (2-0, 37e), par Tino Kadewere le meilleur joueur d’angle fermé au monde.

Et comme Lucas Paqueta a inscrit son premier but sous le maillot de l’OL juste avant la pause (3-0, 44e) et que le début de deuxième période n’a pas fait passer le frisson d’une remontada (avec des parades d’Alban Lafont à la 50e, 52e et 54e), on a pu passer après le poncif de début de match à une autre pratique journalistique répandue mais peu avouable : commencer à taper son compte-rendu à l’heure de jeu.

Les gestes

La défense nantaise a mis du sien pour que ce match ressemble à Vidéo Gag, mais les glissades lyonnaises de début de match y ont aussi participé. Après quelques-unes, Cornet a finalement changé de crampons, mais la plus marquante aura été celle de Marcelo, qui aura provoqué un carton jaune rapide pour une main qui nous semblait volontaire pour couper la contre-attaque (14e).

Les tests lyonnais sur corner, un domaine dans lequel l’OL n’a plus marqué depuis la première journée de la dernière saison de Ligue 1 (Moussa Dembélé pour ouvrir le score au bout de cinq minutes contre Monaco). Pour mettre fin à cette incroyable pénurie, l’OL a tenté pas mal de combinaisons qui auront au moins eu le mérite d’exister, comme on dit poliment : Denayer s’est par exemple retrouvé à frapper de 35 mètres après un coup de pied de coin joué à deux, et Dubois a tenté de tirer un corner à ras de terre mais a buté sur un Nantais au premier poteau. Ce n’est toujours pas efficace, mais au moins ça change.

La passe de Memphis sur le premier but, dans une position où il ne lâche pas toujours le ballon. Ou la montée de Denayer sur le deuxième, un exercice auquel il s’essaie de plus en plus souvent et qui constitue une arme supplémentaire pour un OL qui n’en manque pas. Ou la passe toute en intelligence de jeu et en simplicité de Kadewere pour offrir son premier but lyonnais à Paqueta. Ou une des nombreuses autres actions qui symbolisent parfaitement le plaisir que l’on prend avec cet OL cohérent et dont on attend les matchs avec impatience, ce qui ne nous était pas forcément arrivé depuis longtemps. De quoi donner envie de passer sous silence la litanie de grosses occasions manquées ce mercredi, qu’on mettra sur le compte d’une envie de préserver le suspense en Ligue 1.

Les perfs à retenir

Dur de tirer des enseignements face à un adversaire aussi faible et quand la deuxième mi temps ressemble plus à un entraînement qu’à un match de Ligue 1. Une fois n’est pas coutume, commençons par un adversaire. Une dégaine reconnaissable entre mille, un langage corporel particulier, faisant passer Toulalan ou Matuidi pour des modèles de coordination, Nicolas Pallois a livré une disaster class qui serait notable pour n’importe qui d’autre que lui : gêne avec un autre central pour donner une occasion énorme à Memphis, dégagements de district, main pas loin de valoir un péno, tout ça en 45 minutes. Une prestation plus proche de l’AS Mornantaise que de la Ligue 1, malgré une deuxième période moins catastrophique mais quand même marquée par un carton jaune pour une belle faute de sanglier alors que la situation ne présentait aucun danger pour lui.

Ah, on est là pour parler des Lyonnais ? La complémentarité des deux triangles au milieu et en attaque a encore assuré un match serein aux Gones. Les passes longues du début de match ont mis en grande difficulté les Canaris et l’OL en a un peu abusé par la suite. Mais dès que les Lyonnais sont revenus sur leur point fort et n’ont plus sauté le milieu, leur mainmise a été totale. Mendes, Aouar et Paqueta ont fait étalage à nouveau de leur complémentarité. On s’attardera en particulier sur Paqueta qui n’en finit plus de nous emballer (la blague, c’est cadeau). Malgré un déchet plus important qu’à l’accoutumée, quelques ouvertures lumineuses ont ravi les yeux des petits et des grands. Et il a été décisif, par sa frappe amenant le second et en scorant comme un grand le troisième. L’intégration est plus que réussie, en témoignent ces pas de funk pour célébrer son but.

Devant, Memphis a à peu près tout raté face au but. Mais avant cela, il a contribué à mettre l’OL sur les rails en décalant parfaitement Aouar sur l’ouverture du score. On aura besoin de toi, ça ne peut pas se finir là-dessus !  Tino et Toko ont sû être clutch avant de tomber un peu dans la facilité, comme le reste de l’équipe. Lopes et les deux centraux ont eu peu de choses à faire mais l’ont bien fait, chacun à leur façon. Avec un double arrêt sur corner pour Antho. Avec quelques belles ouvertures longues pour le Brésilien ou des chevauchées pleines d’allant pour le Diable Rouge.

HH et PMF

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>