Les notes de Lille-OL (1-0) : dogue ceinture

OL

LES NOTES. Face à un Christophe Galtier qui n’a jamais semblé aussi sexy dans son football, Rudi Garcia est parti avec une défense à cinq et zéro intention. La défaite 1-0 est bien payée, mais elle coûte cher : l’OL compte désormais neuf point de retard sur Lille et dix sur Rennes et le podium. La Ligue des champions était un fantasme, mais il restera inassouvi.

Votez pour le Jurynho
de Lille-OL (1-0) !

Dimanche 8 mars 2020, 28e journée de Lille 1

Au stade Pierre-Mauroy

Lille Olympique SC – Olympique Lyonnais 1-0 (1-0)

But : Rémi (33e).

Avertissements : Rémi (45e) pour le LOSC ; Toko Ekambi (57e), Traoré (69e), Tousart (78e) pour l’OL.

Lille : Maignan – Çelik, Fonte (cap.), Gabriel, Bradaric – Ikoné (B. Soumaré, 83e), Renato Sanches, B. André, J. Bamba (Reinildo, 90e) – Rémy (Gaitan, 79e), Osimhen. Entr. : Christophe Galtier.

OL : Lopes – Dubois, Andersen, Marcelo, Denayer (cap. ; B. Traoré, 68e), Cornet – Tousart, Guimaraes, Aouar (Terrier, 62e) – Toko Ekambi, Dembélé. Entr. : Rudi Garcia.

Anthony Lopes (4). Malgré la domination lilloise, l’OL a finalement peu eu besoin de ses miracles. Mais aurait par contre bien eu besoin d’un peu plus de qualité dans le jeu au pied, pas le domaine de prédilection de Lopes.

Léo Dubois (4). On l’a peu vu, ce qui passe presque pour une qualité dans ce genre de match. Son centre en retrait pour Toko Ekambi – qui envoie le ballon dans les nuages (44e) – a constitué la seule occasion de l’OL en première période (et à peu près la seule action construite dans le camp adverse dans ce laps de temps).

Joachim Andersen (3). Une intervention virile mais jugée correcte sur Rémy (14e), avant de faire tomber Tousart pour ouvrir le but au Lillois made in Lyon (1-0, 33e). À sa décharge, le Gattuso du Ruthénois était tellement transparent qu’il n’était pas évident de l’éviter. Pour le reste, il a systématiquement été pris dans son dos, et assez souvent de face.

Marcelo (3). Bien loin de Rémy sur une tête non-cadrée (7e), il découpe Osimhen qui n’a pas voulu tomber (14e) avant de le défoncer pour de bon (18e), sans rien coûter, pas même un jaune. A terminé dans une charnière à la vivacité de D2 de District aux côtés d’Andersen, mais sans l’excuse du bal des conscrits la veille.

Jason Denayer (4). Confiné dans l’axe gauche de la défense à trois, il n’était pas sur son pied pour lancer ses toniques montées balle au pied, qui plus est dans une zone parfaitement quadrillée par le triangle Rémy-Ikoné-Çelik.Il se fait enrhumer par Ikoné sur l’action du poteau de l’ancien Parisien (51e). Remplacé à la 68e par Bertrand Traoré, averti à la 69e, mais qui aurait pu voler l’égalisation sur sa spéciale, un slalom classieux mal conclu (90e+2).

Maxwel Cornet (3). Au repos forcé lors des deux matchs précédents, il a malheureusement été l’illustration de la faillite lyonnaise en première mi-temps, ne trouvant jamais le positionnement adéquat. Çelik et Ikoné ont ainsi bien exploité les faiblesses du côté gauche lyonnais. Souvent trop collé aux centraux, la fébrilité l’a gagné  peu à peu, comme en témoigne l’invraisemblable passe dans l’axe à Osimhen à l’entrée de la surface aux alentours de la demi-heure de jeu. Moins en difficulté en seconde après le réajustement tactique et face au pressing moindre des Dogues, mais sans pour autant peser sur les débats.

Lucas Tousart (3). Victime d’une faute de Joachim Andersen sur le but de Rémy. À part ça, il n’y a pas grand chose de bien comparable avec ses derniers matchs. Limité avec le ballon, mais c’est habituel. C’est surtout son manque de présence sur le plan défensif qui a été une vraie différence par rapport à ses récentes prestations. Il faut dire que le manque de pressing de l’OL, schéma où il est à l’aise, n’a pas aidé. Remplacé à la 78e minute par Maxence Caqueret, qui n’a pas vraiment eu le temps de peser sur le match, ce qui n’est pas une surprise vu son profil. Sa mise à l’écart récente est étonnante, mais on peut imaginer (espérer ?) qu’il sera titulaire vendredi prochain contre Reims.

Bruno Guimaraes (4). Les intentions du LOSC ont été claires dès le début de match avec lui : pas le moindre espace pour jouer, avec un marquage quasi individuel assuré à tour de rôle par Rémy, Osimhen, Sanches ou André. Avoir trois défenseurs lyonnais incapables de faire la différence balle au pied n’a sûrement pas incité le LOSC à faire autre chose et a créer des espaces pour le Brésilien. Pas forcément mieux ensuite lors du passage en 4-4-2. Clairement son moins bon match depuis son arrivée à l’OL.

Houssem Aouar (4). Complètement perdu en première mi-temps, à devoir aider à la relance en étant très bas ou tenter d’éliminer trois joueurs pour espérer trouver les isolés Toko Ekambi et Dembélé. Il a donné l’impression de ne plus avoir de gaz dès le début de deuxième mi-temps. Remplacé par Martin Terrier (61e), qui est notamment entré sur le terrain. Non sans avoir enfilé son maillot au préalable.

Karl Toko Ekambi (3). Auteur de la première frappe du match, trop molle, dès la deuxième minute. Sevré de ballons ensuite, il a canardé les pigeons sur la seule occasion construite lyonnaise de la première mi-temps, sur un centre en retrait de Dubois. Plus en vue en secon… Ah ben non en fait.

Moussa Dembélé (3). Totalement cramé après cet enchaînement de l’enfer et bien trop isolé devant, il a quelques excuses à sa prestation laborieuse. Qu’il profite de cette semaine pour faire la sieste tous les jours et bien recharger les batteries. Parce qu’a priori, tant qu’il y aura des matchs il jouera.

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>