Les notes d’OL-Toulouse (3-0) : six sur sieste

TokoEkambi

LES NOTES. L’OL a aligné une sixième victoire en six matchs en 2020 (à condition de compter ainsi la qualification contre Lille en Coupe de la Ligue, mais le jeu de mots du titre ne marche pas sinon, donc on est prêts à la compromission intellectuelle), au terme d’un match soporifique contre la lanterne rouge. Mais conclu par trois buts d’écart sans briller ni trembler.

Votez pour le Jurynho
d’OL-Toulouse (3-0) !

Ciprian Tatarusanu (5). Il ne donne pas toujours l’impression d’être 100 % serein, mais il a répondu présent sur l’ensemble des actions (oui bon… disons « situations ») où il a été sollicité.

Jason Denayer (6). Dans une défense si peu embêtée, il a réussi à donner l’impression de tout bien faire (à l’exception d’une montée balle au pied hasardeuse sur la fin si on veut être pointilleux). Il a notamment devancé à chaque fois les Toulousains qui tentaient de partir en profondeur.

Marcelo (5). A lui surtout su être solide au duel et s’est montré utile en surgissant parfaitement sur l’un des seuls moments de flottement dans la surface. Il est aussi en cause sur l’unique « vraie occasion » toulousaine (mettons quand même des guillemets) en faisant un pas vers l’arrière qui couvre Leya Iseka du hors jeu.

Rafael (5) s’est appliqué à proposer une solution écartée sur l’aile droite, sans qu’il n’y ait grand-chose de plus à dire sur ses centres ou ses dribbles ensuite (il aurait peut-être pu obtenir un penalty en se faisant marcher sur le talon dans la surface adverse alors qu’il semblait avoir perdu le ballon).

Fernando Marçal (6) a semblé plus timide dans son placement que son compatriote en première période, avant de se lâcher en constatant sans doute que la menace toulousaine était assez limitée. Il a été très en vue en deuxième période, notamment sur le deuxième but qu’il offre tout seul à Dembélé : belle frappe de l’entrée de la surface, puis présence au rebond pour offrir un centre à ras de terre décisif après l’arrêt du gardien (2-0, 71e). Il semble de retour en forme en 2020, pas une mauvaise nouvelle pour l’OL.

Thiago Mendes (4). Sa première mi-temps nous a rappelé une phrase de Bernard Lacombe décrivant un milieu récupérateur : “Il a récupéré les ballons qu’il a perdu”. Pas vraiment la limite qu’on imaginait lorsqu’il a débarqué à l’OL, et une impression tenace d’un joueur en dépression chronique. Un peu mieux en deuxième mi-temps, avec notamment une belle passe décisive en une touche pour Toko Ekambi.

Maxence Caqueret (4). Ce n’était clairement pas son meilleur match depuis ses débuts en pro. Il a donné l’impression de beaucoup souffrir contre l’impact physique des milieux toulousains, lui qui montrait une qualité certaine au duel. A noter une très belle ouverture en première mi-temps pour Cornet, histoire de rappeler que c’est un footballeur délicieux.

Houssem Aouar (4). Dans la lignée de son match contre Lille, sans son exploit individuel sur son but et en un peu mieux dans le jeu. On dérive rapidement de son match un peu insipide pour évoquer un point que la section « Mets les corners dans la boîte » du comité de rédaction souhaite évoquer : on aimerait qu’il arrête les combinaisons avec des joueurs proches qui ne marchent quasiment jamais et donnent une impression d’improvisation non-travaillée (la section « En fait les stats disent que les corners dans la boîte payent assez peu » du comité de rédaction est plus mesurée). Remplacé par Rayan Cherki pour le dernier quart d’heure.

Maxwel Cornet (3). « Encore un excellent match de Cornet », a commenté Daniel Bravo à son remplacement par Bertrand Traoré (79e). On a eu envie de se foutre de sa gueule, puis on s’est rappelé que ce type de performances lui a permis d’en compter 200 sous le maillot de l’OL (oui, on avait dit ce même chiffre la dernière fois, mais on ne savait pas au moment du calcul que Footballdatabase prenait en compte les matchs en cours). Une prestation hommage à cet anniversaire, entre centres dans le vide sur des contres dangereux, choix régulièrement mauvais, et contrôle aléatoire qui permet de déséquilibrer le défenseur, de lui coller un grand pont et de marquer un but superbe pour sauver son match. On célèbre donc ce chiffre rond en lui mettant la pire note d’un match où il débloque magnifiquement la situation, un hommage incongru qui résume au final parfaitement Cornet.

Victime d’un malaise vagal qu’on espère sans gravité, Martin Terrier a été remplacé à la 26e par Karl Toko Ekambi (4) pour des débuts anticipés sous le maillot de l’OL. Pas dans le rythme la plupart du temps, peu à l’aise collé à la ligne, le Camerounais n’a pas vraiment levé l’un des doutes de son recrutement, celui de savoir s’il était vraiment à sa place sur l’aile. Et ce n’est pas son but d’avant-centre sur un rare ballon dans l’axe qui réglera le débat.

Moussa Dembélé (6). Il a passé son temps à attendre des ballons qui ne venaient pas (ou les a peu demandés, il y a des deux), mais a marqué lorsqu’il a enfin reçu une bonne passe dans la surface et s’est arraché pour offrir un but à la nouvelle recrue. Bon pour l’EBITDA si un Anglais a besoin d’un panic-buy dans les prochains jours.

La Duchère – Villefranche (2-2) :
un derby, un vrai, avec une polémique !

(Photo Damien LG / OL)

One Comment

  1. ArmaGueïda

    26 janvier 2020 at 9:48

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>