Les notes d’OL-Strasbourg (1-1) : un gros Djiku de bol

OL

LES NOTES. L’OL a bien failli perdre un cinquième match sur douze à domicile en Ligue 1, mais a finalement arraché le point du match nul grâce notamment à un raté d’Alexander Djiku dans les arrêts de jeu. Avant ça, les Lyonnais avaient été drôles (en défense) puis en manque total de créativité (en attaque). Trois centres, seule idée de jeu de Rudi Garcia sur les dernières saisons, avaient pourtant failli sauver les apparences, mais Bertrand Traoré a raté l’une de ses deux têtes et Cornet son plat du pied.

Votez pour le Jurynho
d’OL-Strasbourg (1-1) !

Anthony Lopes (4). Il a dû s’employer dès les cinq premières minutes sur une tête de l’extérieur de la surface de Thiago Mendes et une frappe depuis le camp adverse de Fernando Marçal. Pas aidé par ses coéquipiers donc, qui l’ont aussi laissé seul face à Kevin Zohi grâce à un magnifique alignement sur le but de l’égalisation (1-1, 42e), mais toujours également moins décisif que les saisons précédentes, comme sur le coup franc en angle très fermé de Dimitri Liénard qui finit sur son poteau avant d’arriver sur Djiku (90e+2).

Rafael a rendu une copie propre, sans faire la moindre connerie. Remplacé à la 8e minute par Kenny Tete (2). Homme-clé dans le dispositif de Garcia (centrer après un dédoublement avec l’ailier), il s’est surtout illustré par sa médiocrité. Sa première mi temps a été une suite d’approximations techniques et de remplacements hasardeux conclus par la couverture du hors jeu sur le but strasbourgeois. Sa deuxième mi-temps a été moins catastrophique, il a même été à l’origine du seul tir cadré de l’OL lors de cette deuxième période (72eme). Mais Lala a battu Tete dans le duel direct des Kenny.

De l’autre côté, Fernando Marçal (4) a manqué d’entrée un contre-son-camp encore plus cocasse que contre Paris. Par la suite, il a été assez tranquille sur son côté. D’aucuns diront que sa sérénité tient aussi au fait que sur une des seules actions de Strasbourg, en l’occurrence le but, il se replie en trottinant, restant très loin du ballon… Il a quand même contribué au jeu vers l’avant de manière assez positive, à l’origine de plusieurs demi-opportunités de l’OL.

Le début de match de Joachim Andersen (4) a laissé craindre le pire, puisque ses deux premiers ballons ont été une ouverture en touche et une chandelle ratée. Et chaque situation défensive, quel que soit le niveau de difficulté, semble être une belle panique pour lui. Vu le marasme mental dans lequel il doit être et compte tenu du manque de solutions, son souci de jouer vers l’avant, avec quelques beaux ballons à la clé, est donc méritoire.

Marcelo (4) a contribué à la fébrilité ambiante des cinq premières minutes avec une passe en touche d’entrée. Vacciné, il a ensuite joué la sécurité en optant très largement pour les bonnes vieilles passes latérales, sauf quelques rares long ballons le plus souvent perdus. Défensivement, rien à redire il a fait le job sur les rares occasions dans sa zone.

Thiago Mendes (4). Il a plutôt bien réussi à contenir la furia strasbourgeoise avec de belles interceptions quelques ballons récupérés. Malheureusement ce n’est toujours pas ça dans la construction du jeu, où il s’est plus souvent contenté de donner le ballon à Aouar ou Caqueret le plus vite possible. Son air-défense sur l’ankle breaker de Kenny Lala a la fin du match aurait pu causer un but.

Houssem Aouar (3). Pour rayonner, il a besoin de coéquipiers qui font des appels, proposent des redoublements, et comprennent le jeu. Bref, rien qui n’existe à l’OL. Ça, c’est pour ce qui n’est pas de sa faute. Pour le reste, on l’a vu mettre une non-intensité très impressionnante sans ballon, et faire des choix plutôt lambda avec. Houssem est comme le comptable de l’OL : il attend juste la semaine avec Juve/PSG/Sainté à la maison.

Maxence Caqueret (5). Comme Aouar, il a besoin d’une équipe cohérente et en mouvement pour que ses qualités s’expriment le mieux. Mais contrairement à Aouar, il a réussi à faire du bien à l’équipe, notamment en déclenchant plusieurs pressings cohérents ou en accélérant le jeu vers l’avant en une touche. Du déchet, bien sûr, mais comment lui en vouloir, alors qu’il est l’un des seuls à prendre des risques ?

Bertrand Traoré (5). Docteur Berto et mister Traoré. Capable de belles actions offensives il a été buteur suite à une belle tête plongeante (21e) et aurait pu doubler la mise quelques minutes plus tard. En contrepartie il a aussi gâché un grand nombre d’opportunités en prenant de très mauvaises décisions. Remplacé par Moussa Dembélé (61e) qui n’a malheureusement pas eu l’occasion de toucher beaucoup de ballons et de peser sur le match.

Karl Toko Ekambi (4). Vu ce qu’il avait montré lors de ses quelques recentrages dans l’axe sur les derniers matchs, on avait hâte de le voir en position d’avant-centre. Il a beaucoup participé au jeu et s’est montré intéressant dans ses appels et sa disponibilité. Mais comme avec la plupart des joueurs de l’OL, toujours un mauvais contrôle ou une faible protection de balle quand le but adverse approche. Une activité intéressante après l’entrée de Dembélé et son retour sur la droite, avec un centre dangereux pour Cornet. Presque décisif sur l’aile, donc, de quoi plaire à Garcia.

Maxwel Cornet (3). A fait fermer des bouches avec un centre parfait sur le but de Traoré. A fait ouvrir des bouches avec un raté énorme sur un centre à ras de terre de KTE. A fait un match globalement très neutre à part ça, qui interroge toujours sur le fait qu’il a pu disputer plus de 200 rencontres dans un club du standing de l’OL et avec une Formidable Académie qui ne manque pas de réserves offensives. Remplacé par Martin Terrier (75e), auteur d’une entrée en jeu.

(Photo Damien LG / OL)

One Comment

  1. Patrice

    17 février 2020 at 11:34

    Et donc en tout point CATASTROPHIQUE !

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>