Les notes d’OL-Reims (3-0) : sans souci, à la frontière du huitième

OL

LES NOTES. Convaincant par instants et efficace quand il a fallu, l’OL a sereinement disposé du Stade de Reims (3-0) pour un neuvième match consécutif sans défaite. Revenu à deux points du PSG, il pourrait même aller chercher le champion en titre dans deux semaines au Parc.

Votez pour le Jurynho
d’OL-Reims (3-0)

Anthony Lopes (6). Après une semaine de débats au ras des pâquerettes, c’est lui a obtenu une faute en se faisant percuter en l’air sur une sortie aérienne. A part ça, il lui a fallu être solide sur ses appuis sur une frappe de Boulaye Dia en angle fermé (45e) et c’est à peu près tout.

Marcelo (4). Le rédacteur qui l’a noté n’a pas eu grand-chose à faire, si ce n’est être attentif sur les rares occasions rémoises. Il a pourtant réussi à ne pas l’être à ce moment-là, et a compté sur un coéquipier pour que ça se passe bien. Exactement comme Marcelo. 4 pour les deux. Remplacé par Sinaly Diomandé (71e) parce que quitte à payer des mecs au chômage technique, autant que ce soit un jeune. Le reste à charge pour l’employeur est moins élevé. #TeamEBITDA

Jason Denayer (5). Il lui a fallu surveiller l’alignement de Marcelo (on notera ce bras levé avant de se rendre compte que le Brésilien couvrait les adversaires), mais un match globalement cohérent avec sa coiffure : à la cool.

Dans un début d’après-midi plaisant, Léo Dubois (5) et Maxwel Cornet (4) auront été parmi les plus discrets, confirmant que le poste de latéral est moins riche (ou moins bien géré ?) que d’autres. Peu embêté derrière, Dubois s’est montré disponible pour faire avancer les actions, mais sa qualité de centre l’a de nouveau desservi. Cornet a quant à lui réussi un très bon centre pour Paqueta (mais le fait que ce soit fait notable n’est finalement pas très bon signe), dans un match assez neutre par ailleurs. Mattia De Sciglio, qui l’a remplacé à la 72e, a réussi son entrée dans une fin de match très tranquille.

Thiago Mendes (5) a été le moins en vue du trio brésilien du milieu, avec une anticipation d’un centre en retrait qui a ouvert la voie à Dia sur son occasion en fin de première période. Devant lui, Bruno Guimaraes (7) a été dans la lignée de son entrée à Angers, et de ses premiers mois à l’OL : disponible et très juste dans la passe. On ne sait pas s’il faut signaler son premier but sous le maillot lyonnais ou si l’on préfère que la LFP le compte comme csc pour en avoir un plus beau à célébrer. Remplacé par Maxence Caqueret (82e). Lucas Paqueta (7) a lui aussi été dispo, y compris dans la surface adverse où il n’a pas été récompensé (un retourné, une reprise du genou suite à une déviation du bout des gants de Pregrad Rajkovic, une volée du droit à l’équilibre corporel matuidiesque). On n’est pas encore totalement convaincus, en se demandant si ce n’est pas un mec plutôt plaisant à voir jouer mais « simplement » correct dans tous les domaines sans être exceptionnel. Mais il continue de donner envie d’en voir plus.

>>> On a noté tous les csc du Derby OL-ASSE (enfin, ceux qu’on a trouvés en vidé)

Memphis Depay (6). On a eu peur d’un match particulièrement inefficace de Memphis, mais à l’occasion du premier but, on a eu l’occasion de se poser une question à la réponse bien simple : qui d’autre que lui dans l’effectif de l’OL aurait pu donner ce centre millimétré ? (le fait que Dubois ait foiré un centre en position idéale et sans opposition quelques instants auparavant avait sans doute un lien avec cette interrogation) Ses décrochages incessants auraient pu enlever du corps à l’attaque lyonnaise, mais ils sont certainement en lien avec le bon niveau de jeu affiché, et les beaux mouvements vus devant. Remplacé par Rayan Cherki, qui a eu 20 minutes pour faire exactement ce qu’on attendait de lui : de la conduite de balle collée au pied, des gestes techniques bien sentis, et deux frappes enroulées dont on aurait adoré qu’elles rentrent. Mine de rien, dans une fin de match assez amorphe, toutes les occasions sont passées par lui.

Tino Kadewere (6). Difficile de laisser une impression plus positive en n’ayant été décisif sur aucun but. Ce n’est pas faute d’avoir essayé : on a d’abord eu peur qu’il fasse un peu trop de décrochages et qu’il se retrouve trop souvent dans le même rôle que Memphis, mais il arrivait très bien à être à la fois présent dans le jeu et impliqué dans les occasions. Sa frappe sur le poteau aurait pu récompenser un gros match, et donner à Cornet une des pires passes décisives de sa carrière. Remplacé par Moussa Dembélé (qui a certes moins participé au jeu, mais parfaitement géré son duel pour le 3-0. Pour un joueur qui a tout pour être en crise de confiance, sa lucidité a été impressionnante sur le coup.

Avec sa première occasion, la boite à ironie était ouverte… Après un nouveau poteau sur une action qu’il a décidé de jouer solo, Karl Toko-Ekambi (8) n’a manifestement pas gambergé. Son but est très réussi dans la gestuelle et vient récompenser une action qu’il a bien initiée et suivi. Il est ensuite au service pour les buts de Bruno et Dembélé, sur deux passes bien senties. Au-delà des stats, il n’a lésiné sur les efforts dans un match où il aurait pu être tentant de se ménager. De loin sa performance la plus inspirée de la saison.

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>