Les notes d’OL-OM (1-1) : encore plus nul que prévu

OL

LES NOTES. On s’attendait à un match pourri entre deux équipes dépressives, et l’exclusion rapide de Dimitri Payet a rendu ce scénario annoncé encore plus implacable. Et si l’OL a manqué de réussite sur certaines actions-clés, il manque toujours d’idées pour profiter de sa supériorité numérique.

Votez pour le
Jurynho d’OL-OM !

Anthony Lopes (5). Ne peut rien sur le but marseillais sur la première incursion adverse. Ses relances rapides à la main ont permis de lancer quelques transitions intéressantes, sa sortie musclée devant Alvaro a amené de l’électricité dans l’air. On a donc envie de lui donner la moyenne dans un match difficile à noter, comme souvent depuis le début de la saison.

Léo Dubois (4). Dans un autre match, on aurait pu louer son énorme volume de jeu, mais là il lui suffisait d’attendre le long de sa ligne que les Marseillais le laissent démarqué pour être servi. Et évidemment, même si on peut le féliciter d’avoir envoyé 192 centres, on ne peut que regretter qu’aucun n’ait servi à grand-chose. Il a ressuscité le temps d’une soirée le signature move de Christophe Jallet : feinte de centre et crochet un peu moyen, mais qui marche quand même.

Jason Denayer (5). On ne l’a pas vu, dans un match où Marseille n’avait de toute façon pas plus envie que ça d’attaquer.

Marcelo (5). Dito Jason. A ceci près que sa prise de risque plus importante à la relance pour toucher un relayeur ou un ailier a été plutôt bienvenue, et plutôt réussie. Mais ce n’est sans doute pas suffisant pour craquer notre slip en lui mettant un 6 qui serait sans doute très généreux.

Melvin Bard (7). Il ne devait vraisemblablement sa présence dans le onze qu’au positionnement de Cornet ailier. On ne va pas dire qu’on a envie de voir Cornet ailier à nouveau pour autant, mais le constat s’impose match après match : Bard est le meilleur latéral gauche de l’OL. Au-delà de ses bons retours défensifs, sa technique sûre balle au pied, on retient surtout le fait qu’il ne centre pas comme un sourd dès qu’il est en position de le faire, et qu’il sait aussi dédoubler ou rentrer balle au pied dans la surface. Le penalty est obtenu comme ça, dans une action où il était pourtant mal embarqué. Si quelqu’un a du réseau en Bundesliga, c’est le moment de mettre une offre panic buy sur Cornet et d’offrir une saison en or à tous les amateurs de couloir gauche à Lyon.

Thiago Mendes (5). Avec ses changements d’ailes et son bandeau blanc il a ressemblé à Andrea Pirlo, mais après trépanation. Un peu trop neutre et scolaire pour un match qui a rapidement tourné à l’attaque-défense caricaturale, mais une certaine propreté dont on se contentera vu dont il vient. Il a raté la lol-occasion du match, en collaboration avec Moussa Dembélé qui dévie légèrement le ballon devant lui et le but vide. Pas au niveau du csc de Marçal contre le PSG, mais pas loin.

Maxence Caqueret (6). Que ferait l’OL si Caqueret ne s’était pas imposé (par hasard et par la grâce d’Allemands inflexibles comme le sont les Allemands) ? Sans doute pas grand-chose, vu qu’il ne fait déjà pas grand-chose malgré l’activité et la justesse dans les lancements de jeu de son numéro 25. Il a raté la grrrrr-occasion du match, en prenant un poil trop de temps dans son enchaînement sur un centre en retrait malin de Toko-Ekambi (oui).

Houssem Aouar (6). Que ferait l’OL si Aouar n’était pas resté ? Sans doute pas grand-chose, vu qu’il ne fait déjà pas grand-chose malgré la qualité technique dans le demi-espace gauche de son numéro 8. Il a transformé le penalty sans trembler, mais raté la aaaargh-occasion du match en croisant un peu trop sa reprise du gauche.

Maxwel Cornet (3). Il a montré ses habituelles bonne volonté et débauche d’énergie, à gauche comme à droite. Paradoxalement presque plus à l’aise dans ses centres du droit que sur son bon pied. Mais il garde, précisément, le réflexe du centre (quasi) systématique, rarement efficace car effectué les yeux calés sur ses chaussures. Memphis Depay l’a remplacé (65e), initiant parfois le danger (notamment sur le but refusé d’Aouar et le poteau de Mendes), mais charriant aussi pas mal de déchet.

Karl Toko-Ekambi (3). On peut lui reconnaître d’avoir les idées un peu plus variées que son homologue de l’autre aile. C’est lui par exemple qui lance Bard sur l’occasion du pénalty et sert Caqueret en retrait à l’heure de jeu. Trop souvent laborieux dans l’exécution malgré tout, de manière parfois criante (le rédacteur a renoncé à lister les occurrences vers la 55e minute). Remplacé par personne (70e), il a alors disparu jusqu’à sa vraie sortie pour Rayan Cherki (85e), qu’on s’attendait à voir plus tôt dans un match qui n’attendait qu’un exploit individuel pour qu’il se passe quelque chose.

Tino Kadewere (4). Il a joué ce match avec une certaine fraîcheur qui aurait sans doute mérité un peu mieux… mais il est privé de très peu de son premier but pour un hors-jeu. Il n’a pas été très heureux sur sa tentative d’exploiter la sortie ratée de Mandanda, et plus globalement dans son jeu de tête. Ses trois tentatives (hors cadre) attestent toutefois d’une capacité à se placer qui devrait plaire à Garcia et sa stratégie centro-centrée. Moussa Dembélé l’a-t-il réellement remplacé (77e) ? Prouvez-le.

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>