Les notes d’OL-LOSC (2-2, 4 tab à 3) : on va au lit tard, mais on va au Lido

OL

LES NOTES. L’OL s’est qualifié pour sa première finale depuis 2014 et ira donc au Stade de France se faire dépecer par le PSG affronter le vainqueur de Reims-PSG le 4 avril prochain. Une qualification pour l’ultime rencontre de l’histoire de la Coupe de la Ligue (la classe) acquise après un match laborieux contre le LOSC et une série de tirs au but où les Lyonnais ont marqué toutes leurs tentatives (ce qui fait du six sur six avec les deux buts en deux tirs cadrés lors des 90 minutes de jeu).

Votez pour le Juryhno
d’OL-LOSC (2-2, 4 tab à 3)

Ciprian Tatarusanu (5). Son arrêt sur le premier tir au but lillois a sûrement donné confiance à ses coéquipiers. Nous, c’est quand Cornet a mis une lucarne parfaite qu’on a su que rien ne pouvait arriver à l’OL.

Rafael (3). N’a pas eu grand chose à faire tant le côté gauche lillois était faible, et surtout tant le côté droit lillois était fort. Sa faute qui enlève la victoire dans le temps réglementaire est discutable, mais évitable avec une meilleure lecture de la situation en amont (et en évitant de se jeter, mais on a compris qu’on ne changera pas ce péché mignon rafaelien à bientôt 30 ans).

Marcelo (5). Beau, puissant, élégant. Impérial tel Jules César. Marcelo guide la jeunesse lyonnaise jusqu’à la finale à Paris. Sinon, la bière du salon H est fraîche et fruitée.

Jason Denayer (5). Relativement bien placé tout le match (et absent de l’action sur le premier but lillois, on va espérer que c’est un point positif), il aurait quand même pu apporter un peu plus dans la relance, un de ses points forts dans lequel l’OL a eu des airs de séquence semi-humoristique de Julien Cazarre sur ce match.

Fernando Marçal (3). Un énorme sauvetage devant Osimhen, et c’est à peu près tout dans le positif. Il s’est souvent retrouvé enfermé dans des zones étroites, où sa faible qualité technique ne l’a pas aidé. L’impact physique de Renato Sanches l’a également mis en grande difficulté.

L’OL et la Coupe de la Ligue
en cinq dates

Le trio du milieu de terrain avait suscité l’enthousiasme à Bordeaux, il a refroidi tout le monde ce soir. La faute sans doute au pressing lillois mieux organisé que celui des Girondins, et qui a cruellement mis en valeur les lacunes de l’OL dans le jeu. Maxence Caqueret (4) s’en est le mieux sorti, avant que Garcia ne le remplace par Lucas Tousart (53e) pour gagner un peu de maîtrise technique (non, on déconne, c’était pour tenter d’aller gratter les seconds ballons après des relances balancées le plus loin possible – ce que Garcia réclamait dès la demi-heure). Un changement au statut (Caqueret étant le plus jeune des milieux) plutôt que sur la réalité du match.

Thiago Mendes (2) a en effet été catastrophique, et animé d’un tel manque d’enthousiasme qu’on a cru qu’il imitait (mal) Jean-Pierre Bacri. Et Houssem Aouar (4) n’a guère été plus brillant, mais son occasion créée tout seul en première période (pressing, dribble, centre du gauche pour Traoré) et son but sublime en toute fin de match lui valent quand même deux points de plus. Et rappellent qu’il est capable de faire des différences même quand lui et l’OL sont dans un mauvais soir. Remplacé par Joachim Andersen à la 90e, parce que c’est toujours une bonne idée de faire entrer un défenseur pour un milieu quand on mène au score, pas vrai ?

Bertrand Traoré (5). Dans le froid du Parc OL et malgré sa propension à être transparent quand le mercure chute sous le 0, il aura été l’un des seuls à nous donner quelques coups de chaud. Remplacé par Martin Terrier (68e) qui aura eu le mérite de marquer son tir au but.

Maxwel Cornet (3). Vu son niveau en tant qu’ailier, peut-être qu’il est vraiment devenu latéral. Disputait ce soir son 200e match avec l’OL. Si vous pouvez en citer plus de cinq intéressants, merci de nous contacter.

Moussa Dembélé (4). Hormis son pénalty (très bien tiré), il n’a pas vu un bon ballon de la mi-temps. Il a été en difficulté dos au jeu, où les défenseurs lillois l’ont dominé sur les ballons casse-croûte qu’il a eu à jouer. Il aurait pu faire mieux, mais difficile d’être plus sévère avec lui.

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>