Les notes de Bordeaux-OL (2-2) : c’est pas l’enfer, c’est la parodie

paqueta bordeaux

LES NOTES. L’OL a livré à Bordeaux son match du moment, en se faisant trouer une bonne douzaine de fois par des Girondins qui n’ont pourtant rien fait d’autre offensivement que d’attendre ses cadeaux. La seule bonne nouvelle, c’est que ce match auto-parodique s’est fini par un nouveau cliché, Anthony Lopes qui empêche les Gones de couler encore plus. Même si ce que ça révèle n’est pas du tout une bonne nouvelle.

Votez pour le Jurynho
de Bordeaux-OL (2-2) !

Anthony Lopes, +2

Il est le leader d’une des pires défenses de France, mais il est certainement le seul à qui on ne peut pas reprocher grand chose. La phrase est d’autant plus forte à écrire 4 jours après un match contre Reims où son erreur coûte un point : ce soir, il sauve un point par son sauvetage miraculeux à la 92e minute. On a été nombreux à regretter le dénouement du feuilleton Onana cet été, mais force est de constater que le portier lyonnais l’a géré de la meilleure manière possible.

Alors certes, on peut regretter que sa rage, sa capacité à être décisif et plus globalement son niveau ne soit pas communicatifs auprès de ses collègues. Mais si on se demande souvent comment la saison pourrait être pire pour l’OL, il existe une réponse très simple : si on avait pas Lopes, on pousserait encore plus loin l’absurde. Il ne peut pas nous remonter à lui tout seul, on espère qu’il n’aura bientôt plus besoin de nous empêcher de descendre.

Lucas Paqueta, -2

Il a été le guide lyonnais en début de saison, et on sent encore que beaucoup de choses reposent sur lui, mais cela fait désormais trop longtemps que son impact est trop limité. On ne sait pas trop à quoi attribuer cette période : son replacement en 9 forcé par les blessures, où son influence a beaucoup baissé ? Le départ annoncé de Juninho, pour un joueur dont on sait qu’il marche à l’émotionnel ? Difficile à dire, mais l’OL a besoin de retrouver son numéro 10 pour remonter. Sa perte de balle dans les arrêts de jeu a failli offrir la victoire à Bordeaux et être terriblement symbolique, mais Anthony Lopes a sauvé la patrie, et son coéquipier du feu des critiques.

Xherdan Shaqiri, -3

Le pendant d’Aouar (qui a récupéré un peu de l’influence perdue par Paqueta) à droite du Brésilien a été tristement inexistant. On a compris que le rôle d’ailier l’excentrait trop du jeu à son goût, mais ce match plus proche du centre du terrain n’a vraiment pas joué en sa faveur. Vu l’abondance de joueurs capables de jouer en numéro 10, il va falloir que Shaqiri trouve un rôle où apporter autrement que dans cette position, car sa place dans le onze est désormais en sérieux danger. A noter, quelques corners très bien tirés, dont celui qui donne le premier but à Denayer, mais c’est trop peu.

Castello Lukeba, +1

Oui, il est pris dans le dos sur le premier but de façon coupable. Mais en dehors de cette erreur qui coûte cher, il a livré une bonne copie, avec une mention spéciale pour ses avancées balle au pied. Lukeba s’affirme comme un défenseur terriblement Bosz : il aime jouer haut, n’a pas peur du ballon et de bien le donner. Mais il laisse des grands espaces dans son dos, et ses erreurs coûtent cher.

Au moment où Jason Denayer quitte les feuilles de match pour au moins quelques semaines, il devrait logiquement avoir du temps de jeu, voire des titularisations. Dans une équipe dont on sait de moins en moins si elle a des idées, sa présence pourra accentuer le style de jeu, mais aussi ses failles.

Malo Gusto, -3

Lui aussi est piégé sur le premier but, et lui aussi a fait un match intéressant balle au pied. Le problème : il est coupable sur le deuxième but, et pas qu’un peu. Avec une approximation incompréhensible, il remet Bordeaux dans le match au moment même où ils étaient en asphyxie complète. On ne reprochera pas sa frappe sur le poteau quand Costil se rate, en se disant qu’il avait bien joué le coup et qu’elle n’est pas si facile à prendre. Mais son match de ce soir témoigne d’une fébrilité terrible.

Gusto, Boateng, Denayer, Emerson, Lukeba, peut-être même Diomande : autant de défenseurs dont on a reconnu des qualités à différents moments de la saison, certains plus que d’autres. Tout le paradoxe est là : les individualités ne sont pas énormément en cause (surtout dans un secteur où beaucoup ont été ciblés nommément dans les années récentes), mais la défense de l’OL est factuellement désastreuse.

Le spectateur mal informé signalerait que cette défense va bientôt récupérer son capitaine, le spectateur averti en connaît l’identité. Le match de Gusto enterre encore un peu plus ses chances de concurrencer Dubois : on le regrette un peu, car le joueur paraît très prometteur, surtout du haut de ses 18 ans. Mais des matchs comme celui-ci ne peuvent plus exister.

Nicolas Schweisguth

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>