Lens-OL : on n’a qu’à dire que le sprint final commence en fait maintenant

Marcelo

AVANT-MATCH. Journée chargée jusqu’au match contre Lens en prime-time, avec des étapes à 15h pour le résultat de Monaco-Metz et 19h pour celui de PSG-Lille (et encore une autre à 20 heures pour l’annonce de la compo de l’OL).

> Lens-OL, ce samedi à 21h00 (en direct sur Canal+)

Enjeu. L’avantage d’un concept aussi peu défini que « le sprint final d’un championnat », c’est qu’on peut le faire démarrer quand on veut. La punchline « 10 matchs, 10 victoires » ayant fait long feu (zéro victoire sur les deux premières rencontres), on peut désormais considérer que le sprint final commence en fait après la dernière trêve internationale de la saison. Le stade Bollaert est donc la première étape ce sprint, et Lens un client relativement sérieux, surtout pour une équipe aussi hésitante que l’OL actuel.

Pour aborder ce match et les suivant, l’OL ne semble pouvoir compter ni sur une belle dynamique (5 points sur les 4 derniers matchs), ni sur de réelles certitudes (des perfs qui s’effritent depuis trois mois). Mais tout amateur de foot le sait bien : la dynamique et les certitudes de la 30e journée sont rarement celles de la 38e journée. Et l’OL peut au moins compter sur un allié objectif : les mathématiques. Avec trois points de retard sur le leader bicéphale Lille-Paris, et un match entre ces deux concurrents lors de cette 31e journée, impossible de ne pas y croire, au moins un peu. Évidemment, on parle (encore) du titre.

Le groupe de l’OL : Lopes, Pollersbeck – Bard, Cornet, Denayer, Diomandé, Marcelo, Ndiaye, De Sciglio, Dubois – Guimaraes, Caqueret, Paqueta, Mendes – Cherki, Kadewere, Memphis, Slimani, Soumaré, Toko Ekambi.

Compo. Et si une grande partie de cette fin de saison se jouait une heure avant le match, au moment de l’annonce des compositions ?

Avec deux hypothèses : si Garcia apporte du changement, rien ne garantit un rebond de l’OL, mais on aura au moins l’impression que le staff a mesuré l’importance de renouveler sa stratégie. Et on sera curieux de voir une alternative attendue depuis de longues semaines. Attention, par changement, on ne parle pas de simplement remplacer un latéral par De Sciglio et Aouar, absent, par Caqueret ou Guimaraes.

En revanche, si Garcia maintient envers et contre tout son 4-3-3, on peut craindre que cette formule soit reconduite jusqu’au bout. Léo Dubois sera alors sans doute exaucé et terminer sur le podium pourrait vite devenir l’objectif, cette option paraissant avoir déjà donné tout ce qu’elle pouvait. Par facilité et fatalité, on part malgré tout là-dessus.

La compo probable de l’OL : Lopes – Dubois, Marcelo, Denayer, Cornet – Caqueret, Thiago Mendes, Paqueta – Kadewere, Memphis, Toko Ekambi.

Le prono de la rédac. Puisqu’on est parti sur la compo habituelle, on part sur une trame habituelle. En première mi-temps, l’OL est très brouillon, malgré un penalty de Memphis rapidement converti (0-1, 5e). Logiquement, les Lensois égalisent par Kakuta (1-1, 27e) et manquent plusieurs occasions de break. Deux changements simultanés avant l’heure de jeu relancent quelque peu l’OL, qui reprend la main par Slimani (1-2, 69e). Une grosse vingtaine de minutes et quelques changements défensifs plus tard, l’OL l’emporte au forceps. Le staff retient « l’apport des entrants » sans trop remettre en question le 11 de départ, et les rêves de place des Terreaux en fin de saison restent valables.

Eloi Pailloux

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>