Leipzig – OL (0-2) : I just had Saxe

Terrier

LES NOTES. Après une longue période d’abstinence (sept matchs sans victoire), l’OL a fait le plein d’énergie en allant s’imposer à Leipzig (0-2) et en prenant la tête de son groupe de Ligue des Champions (4 points, à égalité avec le Zénith Saint-Pétersbourg, vainqueur ce mercredi du Benfica).

Deuxième journée du groupe G de la Ligue des Champions, mercredi 2 octobre 2019

RasenBallsport Leipzig – Olympique Lyonnais 0-2

Buts : Memphis (11e) et Terrier (65e).

Avertissements : Haidara (43e), Upamecano (54e) et Orban (55e).

Leipzig : Gulácsi – Konaté (Mukiele, 23e), Upamecano (Nkunku, 66e), Orban (cap.) – Klostermann, Haidara (Forsberg, 58e), Laimer, Sabitzer, Halstenberg – Poulsen, Werner. Entr. : Julian Nagelsmann.

OL : Lopes – Marcelo, Andersen, Marçal – Dubois (cap.), Mendes, Tousart, Aouar (Jean Lucas, 87e), Koné – Terrier (Traoré, 69e), Memphis (Dembélé, 79e). Entr. : Sylvinho.

Les notes : Lopes 7 – Marcelo 6, Andersen 6, Marçal 5 – Dubois 5, Mendes 6, Tousart 5, Aouar 7, Koné 6 – Terrier 7, Memphis 7.

Votez pour 
le Jurynho !

Après un mois et demi, l’OL a retrouvé la recette et remporté sa première victoire depuis le 16 août. Il n’y avait pas besoin d’aller chercher très loin : les ingrédients étaient les mêmes que ceux qui avaient permis à l’OL de démarrer en trombe sa saison.

Un pressing plus synchronisé que l’année dernière d’abord, même si on ne l’avait plus vraiment revu depuis Monaco et Angers et qu’il n’est pas encore capable d’être tenu assez longtemps pour empêcher Leipzig d’étouffer l’OL pendant de longues séquences. Mais il aura tout de même permis aux Lyonnais de faire la différence, en poussant la défense centrale allemande à deux pertes de balles converties par Memphis (11e) et Terrier (65e).

Teuch Qualität

Mais l’OL aura aussi compté sur une certaine réussite. Lors des deux premiers matchs de la saison, elle avait été symbolisée par des ouvertures du score rapides qui avaient mis les Lyonnais dans un fauteuil. Cette fois, elle aura été incarnée par les souffrances du jeune Werner devant le but (5e, 23e), un sauvetage en aile de pigeon de Marcelo sur sa ligne (33e) ou une parade parfaite de Lopes sur une frappe de loin d’Halstenberg (51e).

Reste donc à savoir à quel point ce match est une référence (dans la mentalité si chère à Sylvinho, déjà, et dans l’envie de toujours faire mal à l’adversaire à la récupération, peut-être) et à quel point cette performance est reproductible, surtout que l’OL n’affrontera pas tous les trois jours une équipe avec les mêmes intentions dans le jeu que Leipzig. D’autant que les hésitations sur le système de jeu ont continué, avec un cinquième match d’affilée sans le même dispositif qu’au précédent, et avec elles les interrogations sur les idées de Sylvinho pour permettre à l’OL de faire le jeu. Mais après une série noire et avant un Derby qui ne se joue pas mais se gagne (©Poncifs, Inc), pas sûr que quelqu’un à Lyon crache sur ces trois points. « Still counts », comme le chantait le célèbre philosophe Akon dans son opus déjà cité en début d’article.

Hugo Hélin

(Photo UEFA)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>