Houssem Aouar : à gauche, caviar ?

Aouar

TACTIQUE. Une accélération pour se faufiler entre deux défenseurs, un crochet pour en mettre un troisième dans le vent, un tir repoussé par Walter Benitez sur Karl Toko Ekambi présent au rebond : le but de l’OL lors de sa défaite à Nice dimanche (2-1) est certes inscrit par le Camerounais, mais doit surtout à Houssem Aouar.

Une action qui a d’ailleurs rappelé d’autres buts, cette fois magnifiquement inscrits par ce dernier et lors desquels Aouar avait déjà montré une certaine facilité à partir depuis le flanc gauche. Comme en demi-finale de la Coupe de la Ligue contre Lille ou lors de l’ultime match de poule de Ligue des Champions contre Leipzig. Des buts dont même les défenseurs adverses se souviennent, puisqu’on a vu Christophe Hérelle bloquer à Aouar l’angle de frappe vers le petit filet opposé, quitte à lui laisser le premier poteau grand ouvert (pour un tir malheureusement trop écrasé et pas cadré du Lyonnais).

01

Une qualité de frappe qui n’est pas la seule raison pour laquelle Aouar brille plus à gauche que certains profils plus typiques d’ailiers plus rapides, mais moins capables d’éliminer. Car l’art d’Aouar se base plutôt sur sa conduite de balle et son positionnement du corps, qui lui permettent de changer de direction rapidement et empêchent l’adversaire d’intervenir. D’autant que le milieu lyonnais n’est pas si lent et possède notamment la capacité de changer de rythme et de redémarrer brusquement après avoir ralenti. Un premier pas tout en vivacité qui peut éliminer un défenseur qui se serait trop engagé.

Et qui rappelle Andrés Iniesta. une référence assumée par Aouar et qui a lui aussi parfois évolué sur la gauche en tant que meneur excentré. Un rôle que Rudi Garcia avait confié à son numéro 8 dans un 4-4-2 sans véritable ailier. Dont l’idée était non seulement de recentrer Memphis Depay aux côtés de Moussa Dembélé, mais aussi de se dire qu’Aouar et Jeff Reine-Adélaïde pouvaient animer le système depuis les côtés. Un choix tactique qui n’a pas survécu aux blessures du Néerlandais et de l’ancien Angevin, qui ont remis Aouar dans l’axe. Pas dit pourtant qu’il ne soit pas le meilleur ailier de l’effectif à l’heure actuelle. Et aussi l’un des trois meilleurs milieux de terrain centraux (pour taper large), ce qui complique forcément un peu la tâche de Garcia.

Hugo Hélin

(Photo Damien LG  / OL)

One Comment

  1. Mik Mortsllak

    4 février 2020 at 7:15

    Il y a un poste qui lui permettrait de rester majoritairement dans l’axe et de montrer parfois ses qualités de dribble sur les côtés (ou dans l’axe aussi mais un cran plus haut), c’est meneur de jeu dans un losange.

    Mais ça veut dire se priver de nos ailiers et du tandem Tousart-Mendes, ce qui serait un crève-coeur.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>