La Duchère – Créteil (3-2) : le spectacle sur un plateau

Duchère

NATIONAL. Grand spectacle ce vendredi à Balmont, où la Duchère a obtenu une pelletée d’occasions contre Créteil, a mené de trois buts, et en a concédé deux histoire d’offrir du suspense jusqu’au bout (3-2). Le club du plateau revient à la quatrième place, à deux points du podium.

Lyon Duchère AS : Kacou – J. Ndiaye, Bayal Sall ,Y. Ndiaye, Hachi – Ezikian (cap.), Fadhloun – Grain (Baouia, 86e), Kebbal (Dekoke, 94e), Bouderbal (Banor, 71e) – Rivas. Entr. : Laurent Roussey.

Jonathan Rivas, meilleur buteur… mais « un peu frustré »

On vous l’avoue, on avait prévu de publier un petit article sur Jonathan Rivas ce vendredi. Parce que l’avant-centre de la Duchère n’a jamais semblé aussi influent dans le jeu que cette saison et qu’il avait passé la semaine précédente la barre des dix buts pour la première fois de sa carrière en équipe première, à 27 ans.

On était même allé discuter avec Rivas et son entraîneur Laurent Roussey à la plaine des jeux de Gerland après le dernier entraînement la veille. Mais le soleil et l’appel des terrasses ont repoussé ce projet à la semaine prochaine. Pas si grave selon le créateur du Libéro Lyon, qui nous convainquait de rester pour un demi supplémentaire en prophétisant : « Bof, c’est trop près du match. Bon c’est sûr que s’il met un triplé, t’auras un peu la mort… »

Rivas n’en est pas passé si loin, après avoir ouvert le score en renard sur un centre de Joris Ndiaye, latéral droit de 21 ans monté de la réserve et qui disputait son premier match de National (1-0, 20e), puis profité d’une erreur d’appréciation d’un défenseur central cristolien pour filer au but (2-0, 48e). Mais le numéro 11 de la Duchère devra se contenter d’un doublé, malgré de nombreuses occasions de faire mieux.

Une frappe en angle fermé bien sorti par Stéphane Véron (21e), une autre trop croisée après un coup franc long de Moustapha Bayal Sall (31e), un tir du gauche sur le gardien après une percée (46e), un faux rebond fatal sur un centre à ras de terre de Mohamed Fadhloun (69e), un poteau suite à une percée sur toute la longueur du terrain d’Ilan Kebbal (70e), un face-à-face perdu dans les dernières minutes (89e) : Rivas aurait pu soigner ses stats dans une mesure encore plus impressionnante.

« Pour vous le dire franchement, je sors avec le doublé mais un peu frustré parce que j’aurais pu creuser l’écart », avouait ainsi Rivas après le match. La veille, il nous avait confié qu’il ne s’était pas fixé d’objectifs chiffrés en début de saison mais marchait par paliers de cinq buts. On lui fait donc remarquer qu’il aurait pu passer de celui des dix buts à celui des quinze en un match et il acquiesce en se marrant : « C’est vrai, j’aurais pu y arriver ce soir. » Avec douze buts inscrits en championnat, il est malgré tout le seul meilleur buteur du National devant trois joueurs à onze réalisations. « Je regarde un peu ce classement. Si je continue à marquer, on ne sera pas loin de l’objectif final. »

Maxi Kebbal

Ilan Kebbal a, comme les deux équipes, mis un bon quart d’heure à rentrer dans son match. Mais il en est sorti sous une salve d’applaudissements comme on en avait rarement entendue au stade de Balmont. Bon, ce n’était pas vraiment la Bombonera non plus (avec des affluences aussi faibles et une unique tribune, ce n’est pas évident), mais c’est un bon indicateur des débuts réussis du gaucher prêté par Reims à la Duchère.

Plutôt annoncé comme un ailier droit en faux pied, celui-ci avait cette fois été aligné en numéro 10 d’un 4-2-3-1 pour laisser Jérémy Grain et Rafik Bouderbal sur leurs côtés habituels. Et le minuscule Kebbal a d’emblée affiché une prometteuse entente avec Rivas, inscrit son premier but sous ses nouvelles couleurs d’une volée du gauche en reculant (3-0, 62e) et rendu fous les Cristoliens par ses accélérations et sa conduite de balle.

Fous, et puis totalement désemparés. À l’image de Fabio Pereira, victime d’un ultime dribble quelques secondes avant le remplacement de Kebbal au bout des arrêts de jeu et resté totalement pantois sur le terrain pendant de longues secondes. A priori, quelques autres joueurs de National devraient avoir la même réaction d’ici la fin de saison.

Stupre et tremblements

Si Ghislain Anselmini était envoyé en conférence de presse d’après-match, c’est que tout n’avait pas été parfait et que le coach Laurent Roussey était donc trop énervé pour débriefer lui-même le match devant les journalistes. « Énervé, ce n’est pas le terme. Comment voulez-vous être énervé après une victoire ? », rigolait l’adjoint au moment de s’asseoir. « Disons plutôt qu’en tant que professionnel, il aurait préféré avoir un peu plus de sérénité et de rigueur. »

Car l’entraîneur duchérois aura vu ses troupes concéder deux buts (64e et 77e) et s’offrir une fin de match sous tension. « On essaie d’amener cette rigueur défensive », explique Anselmini. « En menant 3-0, c’est à nous de les faire sortir en les baladant de gauche à droite et en gérant la profondeur. Le quatrième viendra tout seul. Au lieu de ça on tente des gestes parfois superflus et on fait moins les efforts dans les courses. » L’ancien défenseur de l’OL a toutefois noté, comme nous, la qualité offensive de la partie. « Peut-être notre meilleur match, surtout en nombre d’occasions. » Le 4-2-3-1 de ce vendredi, avec Matthieu Ezikian dans le double pivot et trois offensifs en soutien de Rivas, a-t-il donc une chance de survivre à ce dernier quart d’heure passés en tremblant ?

« Notre 4-3-3 ou 4-1-4-1 habituel n’était pas figé. Si vous regardez bien, quand Hamadi Ayari [suspendu contre Créteil] est là, Matt accompagne souvent Jo Rivas », détaille Anselmini. « Là c’était un 4-2-3-1 avec un vrai 10, Ilan, qui a été performant. Mais on pourrait aussi très bien jouer en 3-4-3 ou en 3-5-2. On a travaillé la défense à trois à l’entraînement la semaine dernière. » Notre question n’était en tout cas pas totalement innocente : on a beaucoup kiffé ce match et on espère voir une Duchère dans la même veine les prochaines semaines, mais on réfléchit aussi déjà à la meilleure façon d’intégrer Fares Bahlouli et de lui offrir un poste de numéro 10…

Hugo Hélin

(Photo Lyon Duchère AS)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>