Ce qu’il faut retenir d’OL-Bourg (5-1), premier match amical de l’ère Peter Bosz

OL

AMICAL. Même sous l’orage, ça fait plaisir de retrouver l’OL. D’autant plus quand un nouvel entraîneur arrive et qu’on apprend à le connaître. La patte Peter Bosz a déjà semblé là contre Bourg, avec un pressing et des redoublements de passes qui laissent espérer que l’OL pratique enfin un football moderne.

Il est toutefois bien évidemment trop tôt pour tirer des conclusions définitives, y compris concernant les compositions : l’effectif n’est pas encore au complet et le coach néerlandais avait équilibré ses deux compositions, même si la deuxième a peut-être profité de l’état de fatigue de l’équipe de National pour marquer un peu plus que la première (3 buts à 2).

Les 2003 brillent en première période

OL (première période) : Pollersbeck – Diop, Marcelo, Diomandé, Cornet – F. Da Silva, Guimaraes (cap.), Keita – Bossiwa, Dembélé, Cherki.

Si les deux buts de la première période ont été inscrits par Moussa Dembélé, ce sont surtout des joueurs nés en 2003 qui ont tapé dans l’œil. Rayan Cherki a montré qu’il était déjà en forme, avec des appuis explosifs sur les premiers pas pour servir une technique qu’on n’a plus besoin de présenter, même s’il n’est pas encore majeur. Florent Da Silva a sans doute marqué des points en tant que relayeur, avec une belle activité qui lui a notamment permis d’être souvent présent aux abords de la surface adverse.

Sur l’aile droite, Samuel Bossiwa a lui aussi semblé en jambes et a armé les premières frappes du match, deux tentatives enroulées sur le gardien en angle fermé (3e) et au-dessus de la barre transversale de l’extérieur de la surface (20e), avant d’offrir la passe décisive à Dembélé sur l’ouverture du score (30e). Il aurait sans doute pu la jouer plus rapidement, comme sur d’autres actions, mais c’est prometteur et son profil peut lui offrir un rôle à jouer avec Bosz.

Des petites confirmations en deuxième période

OL (deuxième période) : Pollersbeck – Gusto, D. Da Silva, Lukeba, Koné – Mendes, Caqueret (cap.), Jean Lucas – Toko Ekambi, Slimani, B. Barcola.

On retiendra de la deuxième période des petites confirmations de choses que vous avez pu lire sur Le Libéro Lyon. Comme lors de l’entraînement ouvert au public de jeudi dernier, Maxence Caqueret était ainsi placé au centre du milieu à trois, ce qui donne peut-être une première indication sur son utilisation à venir, au moins pendant que Bruno Guimaraes est aux jeux Olympiques.

Comme jeudi, Julian Pollersbeck a montré sa volonté de jouer très haut en s’insérant quasiment entre ses centraux, mais a parfois semblé avoir des ambitions plus élevées que sa technique. Une passe ratée de sa part est ainsi à l’origine du but burgien, marqué par Matthieu Ezikian dont la belle qualité de pied droit pour lober le gardien allemand n’a surpris aucun lecteur attentif du Libéro. De quoi donner encore plus de poids à la rumeur André Onana, dont on a bien vu à quel point il serait utile avec Bosz.

Et aussi

Le brassard est un petit enjeu, puisque le capitaine de la saison à venir n’a pas été annoncé. Ce samedi, il a été porté par Bruno Guimaraes en première période et Maxence Caqueret en deuxième. Là aussi, dur d’en tirer des constations trop rapides, même si on notera que Marcelo était titulaire pour le début de match et que son compatriote lui a donc été préféré.

Quand il ne jouait jamais, on avait popularisé la théorie du complot selon laquelle Pape Cheikh Diop n’était pas vraiment un joueur de football professionnel. Ses 45 minutes face à une équipe de National n’ont pas permis d’écarter cette hypothèse.

La deuxième période a elle aussi permis de voir quelques jeunes briller. Castello Lukeba et Bradley Barcola ont tous deux été buteurs, d’un coup de boule sur corner pour le défenseur central et après un joli dribble dans la surface pour l’ailier, très remuant par ailleurs. Malo Gusto a lui semblé en meilleur état physique et technique que le Léo Dubois des derniers mois dès le premier match de préparation. Mais il faut bien avouer que ce n’était pas forcément difficile.

Alors que l’OL entre dans une nouvelle ère, il peut quand même compter sur quelques certitudes construites match après match lors des précédentes saisons. Malheureusement, il s’agit du niveau de Maxwel Cornet et Karl Toko Ekambi.

Hugo Hélin

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>