Ce qu’il faut retenir d’Anvers-OL (2-3)

109099877_2097070983751002_2001657751456604150_o

AMICAL. La tentation est souvent grande d’écrire « Pas grand-chose » en réponse à la question de ce titre qu’on recycle tous les ans. La dure loi des amicaux estivaux, la dure loi des équipes sans grandes idées collectives. On ne le fera toutefois pas cette fois : pas parce que l’OL a enthousiasmé les âmes errantes perdues devant OLTV, mais parce que le contre son camp d’Abdoulaye Seck valait presque à lui seul les 90 minutes perdues.

OL : Lopes – Denayer, Marcelo, Marçal – Dubois, Mendes (Caqueret, 85e), Guimaraes, Aouar (Reine-Adélaïde, 85e), Cornet – Dembélé (Toko-Ekambi, 85e), Memphis.


Pour le reste, on retiendra surtout que l’on semble tenir le onze qui débutera contre le PSG la semaine dernière, celui de ce vendredi avec Ciprian Tatarasanu à la place d’Anthony Lopes comme depuis le début de la Coupe de la Ligue. Un 3-5-2 sur le papier dans lequel où Bruno Guimaraes et Houssem Aouar peuvent se projeter pour venir aider Memphis Depay en soutien de Moussa Dembélé.

Un déséquilibre vers l’avant assumé, pour permettre aux talents de briller. Cela n’a pas vraiment été le cas contre Anvers, où seul le troisième but est venu d’une belle inspiration de Memphis tandis que les deux autres ont été donnés par l’adversaire sur des centres ratés (ce qui convient très bien à l’OL, plutôt à l’aise dans ce domaine). Et la défense belge aura d’ailleurs cruellement exposé le manque d’imagination collective des Lyonnais, puisque qu’en se contentant de reculer le bloc et d’enlever tout espace exploitable à l’OL elle aura aussi fait resurgir le fameux U et les longues phases de possession sans réel but.

L’autre idée de ce système, c’est que rajouter des défenseurs suffit à augmenter l’imperméabilité de la défense. Une logique arithmétique qui ne résiste pas vraiment à l’épreuve de l’expérience : rajouter des Marcelo, Marçal ou Cornet semble en effet plutôt augmenter le risque d’oublis défensifs, de mauvaises lectures des trajectoires et de tacles dans le vide. Alors après ce dernier match amical, il faudra serrer les fesses et prier très fort pour que le profil différent des matchs officiels qu’il s’apprête à jouer profite à l’OL. Cette fois, les Lyonnais devraient en effet être dans la peau de l’équipe qui réduit les espaces et ses défenseurs auront donc moins d’espace à défendre. Mais face à Neymar et Cristiano Ronaldo plutôt que Dieumerci Mbokani et Simen Jukleröd, certes.

Hugo Hélin

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>