Ça vaut quoi, le Fortuna Hjørring ? Preview tactique avant la confrontation contre l’OL

Fortuna Hjørring

FÉMININES. Centième match européen ce mercredi pour l’Olympique Lyonnais, en déplacement chez le Fortuna Hjørring en huitième de finale aller de Ligue des Champions (en direct sur Canal+ Sport à 19h00). L’occasion de faire un tour chez l’une des places fortes du championnat danois, afin d’essayer de déterminer si l’issue de la rencontre sera aussi favorable que lors de la précédente confrontation entre les deux équipes (victoires lyonnaises 0-1 et 5-0 au même stade de la compétition lors de l’édition 2009/10).

Les saisons précédentes

Si le Fortuna Hjørring se présente cette année sur la scène européenne en tant que vice-champion d’Elitedivisionen (mais néanmoins vainqueur de la coupe Sydbank Polaken), il faut néanmoins rappeler que cette équipe reste un des grands noms du football danois, confisquant avec le club rival de Brøndby les titres nationaux depuis de nombreuses années : il faut en effet remonter jusqu’en 2001 pour le championnat et en 2009 pour la coupe pour retrouver la trace d’une autre équipe que ces deux-là au palmarès d’une compétition danoise !

La saison 2018/19 restera pourtant frustrante pour les joueuses de Hjørring, qui se demanderont sans doute pendant longtemps comment elles ont fait pour ne pas conserver leur couronne nationale : parti avec deux points de retard sur Brøndby à l’entame de la seconde phase de championnat (mini-championnat aller-retour entre les 6 meilleurs équipes de la première phase, avec des bonifications en fonction du classement obtenu lors de la première phase), Hjørring gâche une incroyable opportunité de prendre l’ascendant sur Brøndby lors de la cinquième journée, malgré 80 minutes passées à jouer à 11 contre 10.

Avec, à partir de 17:02, une bascule du scénario parfait vers un scénario catastrophe : à la suite d’une passe en retrait mal assurée de Petersson, la contre-attaque de Frederikke Thørgesen va aboutir à l’expulsion de Rikke Sevecke dès la 10e minute. Le coup franc qui suit ne donnera rien, mais sur la phase de jeu suivante, la défense de Hjørring donne stupidement une occasion immanquable à Sørensen qui permet à Brøndby de mener au score en infériorité numérique. Hjørring égalisera en seconde période mais sera incapable de remporter le match (1-1), et ne réussira par la suite jamais à repasser devant leurs rivales au classement, malgré une victoire à l’extérieur lors de la dernière journée contre une équipe de Brøndby déjà sacrée.

La saison en cours

Malgré un effectif amoindri par le départ de plusieurs joueuses cadres et un début de championnat timide (une victoire et deux nuls sur les trois premières journées), Hjørring a pourtant semblé frapper un grand coup en battant Brøndby dès la quatrième journée, mais deux défaites bêtement concédées à domicile face à Odense (sixième) et Farum (huitième journée) font repasser le club à la troisième place du classement alors que la fin de première phase de championnat se profile. Malgré ces revers inattendus, Hjørring reste au contact (le leader Farum a trois points d’avance et Brøndby deux) et conserve toutes ses chances dans la course au titre final. À noter que si l’équipe est encore en lice sur les trois tableaux, l’entrée en matière a été timide en Ligue des Champions (deux victoires sans grande marge face à Vllaznia (0-1 en Albanie et 2-0 au Danemark).

Le système de jeu

Au cours de la saison 2018-2019, Hjørring a très régulièrement utilisé un 4-4-1-1 assez classique, utilisant principalement les débordements des ailières et le jeu complet de l’attaquante finlandaise Sanni Franssi (qui alterne entre décrochages, débordements et appels en profondeur) pour créer des déséquilibres dans la défense adverse.

Illustration parfaite de cette organisation de jeu à 27:36 : Sanni Franssi redescend dans sa moitié de terrain pour initier l’action, jouer deux relais avec ses coéquipières et finalement effectuer un débordement conclu par un centre au second poteau et une reprise victorieuse de Thrige.

Ce système, bien qu’efficace, ne confiait cependant aucune responsabilité créatrice à la seconde attaquante, qui devait se consacrer à la récupération des seconds ballons et à la coordination du premier pressing plutôt qu’à la construction des actions. Un rôle assez particulier (d’ailleurs souvent endossé par Tamires, latérale gauche de l’équipe du Brésil !) qui a souvent contribué à enfermer l’équipe de Hjørring dans des séquences offensives assez classiques et répétitives.

Le départ de certaines joueuses cadres à l’intersaison (Tamires aux Corinthians, Janelle Cordia et Frederikke Thørgesen à Florence, Florentina Olar-Spanu à Farum) conduit Hjørring à repenser son animation offensive pour tirer le meilleur parti des jeunes joueuses encore présentes au club. Une bascule symbolisée par un passage à un 4-4-2 très dynamique donnant beaucoup plus de liberté sur le terrain aux ailières (Caroline Møller Hansen et Sofie Lundgaard) qui peuvent créer des situations dangereuses en débordant sur leur aile ou en repiquant à l’intérieur du terrain, mais permettant également à la seconde attaquante Agnete Nielsen de faire valoir sa vivacité et son sens du jeu balle au pied.


A 45:33 : une action offensive victorieuse construite uniquement dans la moitié de terrain de Hjørring, avec un renversement de jeu suivi d’une passe longue directement dans la course de Franssi qui conclut l’action en une touche de balle


Un exemple classique d’attaque rapide de Hjørring à 1:35:49 : dos au jeu, Agnete Nielsen se débarrasse de sa défenseure puis accélère balle au pied pour finalement servir Sanni Franssi qui n’a plus qu’à gagner son face à face contre la gardienne adverse.

Avec un système de jeu optimisant au maximum les qualités de ses quatre meilleures joueuses offensives, Hjørring a complètement réussi sa métamorphose offensive et dispose désormais d’une large palette d’options pour peser sur les défenses, permettant ainsi au club de tenir son rang sur la scène nationale avec un effectif a priori moins expérimenté que l’année précédente.


Les options classiques de la saison dernière peuvent également être utilisées, notamment à 1:14:09 avec Sanni Franssi qui reste disponible entre les lignes adverses sur la première relance pour ensuite déborder et servir idéalement Sophie Lundgaard.

Après avoir su se réinventer rapidement et efficacement, l’équipe de Hjørring a désormais toutes les cartes en main pour envisager l’avenir sereinement et devenir une équipe qui pourrait aussi briller en Europe lors des prochaines années. À condition de gommer les grosses faiblesses de marquage et de relance de la défense, à l’origine de la perte de nombreux points, comme ce fut le cas lors de la défaite face à Farum cette saison.


Avec notamment à 23:02 une énorme faute de relance convertie par Camilla Kur Larsen après deux passes.

Les points forts

– Le talent des éléments offensifs, et notamment la complicité du duo Sanni Franssi et Agnete Nielsen.

– Une animation offensive très variée, pouvant être assez compliquée à anticiper et à défendre.

Les points faibles

– Des premières relances catastrophiques, qui tombent généralement dans les pieds des attaquantes adverses

– Une défense à l’agonie et des marquages qui explosent dès que l’adversaire joue un peu en mouvement

– Des milieux centrales un peu légères sous la pression adverse

Ce qu’il faut attendre de la double confrontation

Malgré les promesses offensives montrées par le Fortuna Hjørring, il paraît cependant difficile de penser que cette équipe saura résister convenablement à une équipe avec un pressing aussi maîtrisé et un secteur offensif aussi talentueux que ceux de l’OL. Pas trop de problème pour les Lyonnaises en théorie. Et on met même une pièce sur la victoire par 5 buts d’écart ou plus, si la pluie qui a déjà accompagné les Fenotes lors de leur balade matinale ne les refroidit pas trop.

OL

Julien Perrier

(Photo Fortuna Hjørring)

One Comment

  1. MatteOL

    16 octobre 2019 at 8:59

    On est resté à 4-0 au final, relativement tranquillement semble-t-il.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>