Bourg – OL : le match qu’on attendait depuis le début de la décennie

Aouar

AVANT-MATCH. L’année 2020 débute par un match entre l’OL et l’équipe de Karim Mokeddem, vieille connaissance du Libéro Lyon après avoir entraîné la Duchère pendant plus de cinq ans et qui a quitté notre juridiction rhodanienne pour rejoindre l’Ain, en 32e de finale de la Coupe de France.

> Bourg-OL, ce samedi à 20h55 (en direct sur Eurosport 2)

Enjeu. Après la décennie la plus faste de son histoire, l’OL a conclu les années 2010 avec une seule petite Coupe de France à se mettre sous la dent (car rappelons que : 1) malgré ce que disent les relous les plus bruyants de l’automne-hiver fin 2019 – début 2020, on ne parle pas de « 202e décennie », sous-entendu en commençant à compter depuis l’année 1 du calendrier, mais « des années 2010 », sous-entendu les années qui commençent par « 202x », et que la décennie ne finit donc pas le 31 décembre prochain ; 2) le Trophée des Champions compte à peu près autant dans un palmarès que l’Eusébio Cup ou l’Emirates Cup).

Armé de son nouveau stade et d’un EBITDA plus beau que jamais, l’OL tentera donc de faire mieux dans les années 2020. Ce qui ne semble pas très compliqué, même s’il faudra pour cela montrer des ambitions au niveau des moyens et réussir à profiter des rares défaillances d’un PSG qui vit dans un autre monde financier. Car on en profite pour un autre rappel : pour se plaindre du fait que la présence du PSG rend impossible l’obtention de nouveaux trophées, mieux vaut se faire éliminer par le PSG que par Strasbourg, Guingamp ou Caen.

Souvenirs de 32e de finale raté : 1993,
quand le fighting spiripontain achevait l’ère Domenech

Le groupe de l’OL : Lopes, Tatarusanu – Tete, Rafael, Marcelo, Denayer, Andersen, Marçal – Aouar, Tousart, Mendes, Caqueret, Jean Lucas – Terrier, Dembélé, Cornet, Gouiri, Cherki.

Compo. Rudi Garcia a laissé entendre en conférence de presse qu’il pourrait changer de dispositif tactique, notamment pour pallier les absences longue durée de Jeff Reine-Adélaïde et Memphis Depay.

Cela pourrait être un 3-4-1-2, qui aurait notamment pour but de mettre le néo-latéral Maxwel Cornet dans les meilleures conditions (ne rigolez pas), mais aussi de construire le système autour d’Houssem Aouar, l’un des derniers joueurs « différents » de l’effectif, pour ne pas dire le seul. Resterait alors à régler la question du turn-over, dur à anticiper avec un autre match de Coupe (cette fois de la Ligue) qui arrive mercredi prochain contre un adversaire plus prestigieux (Brest, club de Ligue 1, tandis que Bourg est en National).

La composition probable : Lopes – Andersen, Marcelo, Denayer – Rafael, Mendes, Tousart, Cornet – Aouar – Dembélé, Terrier.

Le prono de la rédac. Face à un technicien proactif, l’OL n’a pas la possession de balle en début de match. Mais l’effectif de Bourg est trop court, en nombre (et encore plus avec l’absence imposée de Théo Ndicka) comme en qualité (même pour le National sur ce que l’on en a vu), pour vraiment lutter. Moussa Dembélé impose sa puissance dans la surface (0-1, 17e), Cornet se retrouve au bon endroit dans la surface après un centre venu de la droite (0-2, 39e) et Amine Gouiri fait parler sa science du but (0-3, 66e) pour permettre à l’OL de passer une soirée tranquille. Malgré la réduction de l’écart de Sofiane Atik sur un bel enchaînement technique en fin de match #TeamDuchère (1-3, 79e).

Hugo Hélin

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>