Avertissement comportement dès la rentrée pour le Sporting Club de Lyon

IMG_3473

NATIONAL. Le Sporting Club de Lyon n’a toujours pas gagné un match de National : après un nul 2-2 en ayant mené contre Villefranche lors de la première journée, une défaite 3-1 après avoir mené, dominé la première période et pris un carton rouge à Sète, l’ex-Duchère a perdu 2-1 contre Concarneau ce mardi sur la nouvelle pelouse du stade de Balmont, sur deux coups de pied arrêtés et malgré une belle réaction et deux grosses occasions suite notamment à l’entrée de la recrue Alexis Araujo.

Sporting Club de Lyon : Hautbois (Kacou, 46e) – Ngwabije, Bong (cap.), Jacob, Pierre-Charles – Ayari, Fadhloun, Gbellé (Ghezali, 74e)– Botella (Araujo, 60e), Rivas, Tounkara. Entr. : Emmanuel Da Costa.

De quoi savourer encore plus pour Stéphane Le Mignan, entraîneur de Concarneau. « On a souffert contre une équipe qui a des arguments offensifs. Elle jouera le haut de tableau, je ne m’inquiète pas pour elle. » Pas une consolation pour son homologue lyonnais Manu Da Costa. « Ça, c’est le discours que je n’ai pas envie d’entendre. Alors c’est flatteur, ça veut dire qu’on ne travaille pas dans le vide et qu’on est sur le bon chemin. Mais malgré tout, je préférerais être à sa place en terme de points. »

Alors, comment se sortir de cette spirale négative ? Pour l’ancien coach de QRM, la réponse est mentale. « Dès le départ, j’ai été frappé par la culture de travail de ce groupe-là. Qu’on s’entende bien, ça ne veut pas dire qu’il ne travaille pas. Ce sont des garçons qui bossent, mais qu’il faut toujours amener à bosser », détaille ainsi Da Costa en évoquant une nouvelle fois le concept parfois flou d’exigence. « Je parle de la volonté de faire des efforts, du goût de l’effort, de cette faculté à se mettre dans le rouge, à se surpasser, toutes ces petites valeurs-là qui font qu’aujourd’hui on est en difficulté. Parce que croyez-moi si on avait ces facteurs-là on serait une équipe très compliquée à jouer, c’est ce que je leur ai dit dans le vestiaire. Mais j’ai ce petit goût amer dans la bouche depuis mon arrivée, même si ça s’est amélioré. Heureusement d’ailleurs, sinon je ne servirais à rien. »

Et même si on préférerait l’entendre parler de jeu, l’entraîneur du SC Lyon assure toutefois qu’il n’a pas l’intention de mettre ce volet de côté, en blindant par exemple vendredi lors du déplacement périlleux à Laval. « Vous ne connaissez pas Manu Da Costa. Ce n’est pas que je mourrai avec mes idées, mais quand vous voulez exister dans ce championnat vous devez avoir un bon contenu. Vous ne pouvez pas tout faire à l’énergie. D’ailleurs il y a souvent des équipes surprises sur les premières journées, à l’énergie, à l’euphorie ou à la dynamique, mais dans la durée ce sont les équipes avec les meilleurs contenus qui sont là jusqu’à la fin. » Reste maintenant à savoir si le Sporting réussira aussi bien contre Laval que la Duchère (4 victoires, 1 nul et 1 défaite depuis la descente des Tangos en 2017).

On était à FC Latino – Antillais de Villeurbanne
(tour de cadrage de Coupe de France)

Hugo Hélin

(Photo Sporting Club de Lyon)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>