Amiens – OL : pas encore au Zénith

Dembélé

AVANT-MATCH. Avant de commencer sa campagne européenne mardi prochain contre Saint-Pétersbourg, l’OL se déplace sur la pelouse d’Amiens pour lancer un petit marathon de sept matchs en vingt-quatre jours qui devrait en apprendre plus sur la cuvée lyonnaise 2019/20.

> Amiens – OL, ce vendredi à 20h45 (en direct sur Canal+ Sport)

Enjeu. C’est l’époque des grandes découvertes à l’OL. Le groupe lyonnais découvre ainsi de nouveaux principes de jeu, ou des principes de jeu tout courts si vous êtes taquins. Et si le secteur défensif, avec ses consignes presque trop bien appliqués et ses latéraux qui ne dépassent la ligne médiane qu’après autorisation signée par la préfecture, a concentré les débats du début de saison, le secteur offensif n’est pas en reste.

Car malgré les dénégations de Sylvinho après Bordeaux (1-1) concernant d’éventuels soucis avec le ballon (« On a marqué neuf buts dans les deux premiers matches. On a des attaquants qui savent marquer, qui ont du talent. Ce qui nous pénalise, c’est de ne pas tuer le match. »), l’OL doit encore produire plus offensivement et ne pas oublier que ces neuf buts venaient de 2,33 expected goals. Et selon l’algorithme d’Understat, le club lyonnais n’est même que le 13e créateur d’xG en Ligue 1 sur les quatre premières journées (et le 15e en terme de xG concédés). La marge de progression se situe donc des deux côtés du terrain, et les trois prochaines semaines permettront d’étalonner un peu mieux cet OL.

Elles permettront aussi à Sylvinho de découvrir la Ligue des Champions et l’enchaînement des matchs qui va avec, puisque l’OL jouera tous les trois ou quatre jours jusqu’au Derby à Geoffroy-Guichard le 6 octobre, dernier match avant la prochaine trêve internationale. De quoi pousser l’entraîneur brésilien à prononcer l’expression « mentalité de groupe » une bonne centaine de fois lors de sa conférence de presse de mercredi (on exagère, pas la peine de vérifier, les fact-checkeurs), puisque cette mentalité et ce groupe seront eux aussi forcément mis au banc d’essai par l’enchaînement des matchs.

Et puisque le match le plus important est toujours le prochain, Sylvinho a juré ne pas encore penser à la Ligue des Champions qui débutera mardi avec la réception du Zénith, en plaisantant d’ailleurs de lui-même au passage. « Je vais vous répondre avec l’expression du jour : mentalité de groupe. Tous les matchs sont importants. Là, on est concentrés sur Amiens, car je peux dire que eux ils nous attendent. Les joueurs doivent avoir le désir de jouer tous les matchs. On est professionnels, on est responsables, on a un public qui vient nous voir, on a des objectifs. »

Le nouveau coach lyonnais découvrira aussi au passage le stade de la Licorne, où l’OL a parfaitement pris ses marques. Les Gones se sont ainsi toujours imposés dans l’enceinte inaugurée en 1999 (6 matchs, 6 victoires) : sur la route du succès en Coupe de la Ligue en 2001, contre le RC Lens en 2015 lorsque les Sang et Or y étaient délocalisés, en championnat il y a deux ans pour la première saison de l’ASC dans l’élite, et dans les trois compétitions nationales l’an dernier.

Le groupe de l’OL : Lopes, Tatarusanu – Tete, Dubois, Andersen, Marcelo, Solet, Rafael, Bard – Aouar, Tousart, Jean Lucas, Reine-Adélaïde, Caqueret – Traoré, Cornet, Memphis, Dembélé, Terrier.

Compo. Dur d’anticiper le turn-over, étant donné qu’on s’apprête aussi à découvrir peu à peu les habitudes de Sylvinho dans le domaine.

À Amiens, une bonne partie du turn-over sera toutefois forcée. Youssouf Koné et Thiago Mendes sont suspendus après leur carton rouge, Jason Denayer est revenu de sélection blessé à un pied. Cela devrait faire le bonheur de Kenny Tete (par jeu de chaises musicales qui devrait pousser Léo Dubois à gauche), de Lucas Tousart et de Marcelo.

Sylvinho a aussi confié s’interroger sur Memphis Depay, « qui a disputé deux fois 90 minutes en intégralité » avec les Pays-Bas. Le numéro 11 de l’OL pourrait donc souffler un peu avant la Ligue des Champions, en laissant l’aile gauche à Martin Terrier.

La composition probable : Lopes – Tete, Marcelo, Andersen, Dubois – Reine-Adélaïde, Tousart, Aouar – Traoré, Dembélé, Terrier.

Le prono de la rédac. Match sans grand intérêt face à un Amiens diminué (Saman Ghoddos, Bakaye Dibassy, Prince-Désir Gouano, Stiven Mendoza et Chadrac Akolo sont notamment absents). Mais match qui permet à l’OL de prendre trois points grâce à une ouverture du score rapide de Moussa Dembélé (0-1, 7e), un but du break de Martin Terrier avant la pause (0-2, 38e) et une gestion tranquille par la suite. Maxence Caqueret et Melvin Bard ont même le droit à leurs premiers pas en Ligue 1, histoire de donner un peu de piment à la dernière demi-heure.

Hugo Hélin

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>