Amiens – OL (2-2) : congélation picarde

ASCOL

LES NOTES. Trahi par des anciens qui n’ont plus grand-chose de glorieux, l’OL a concédé le nul dans les arrêts de jeu à Amiens (2-2). Malgré un doublé d’un Moussa Dembélé toujours aussi létal devant le but. Et à cause d’une performance dans le jeu inquiétante à l’aube d’échéances importantes et rapprochées.

Cinquième journée de Ligue 1, vendredi 13 septembre 2019

Amiens SC – Olympique Lyonnais 2-2

Buts : Jallet (7e) Bodmer (90e+2) pour Amiens ; Dembélé (9e et 34e) pour l’OL.

Avertissements : Diabaté (3e), Monconduit (85e) et Aleesami (88e) à Amiens ; Reine-Adélaïde (74e) et Tousart (90e+3) à l’OL.

Amiens : Gurtner (cap.) – Jallet, Lefort, Chedjou, Aleesami – Kakuta, Blin (Monconduit, 73e), Gnahoré, Diabaté – Konaté (Otero, 22e), Guirassy. Entr. : Luka Elsner.

OL : Lopes – Tete, Marcelo (Solet, 82e), Andersen, Dubois (cap.) – Reine-Adélaïde (Jean Lucas, 78e), Tousart, Aouar – Traoré, Dembélé, Terrier (Cornet, 85e). Entr. : Sylvinho.

Les notes : Lopes 4 – Tete 5, Marcelo 5, Andersen 4, Dubois 4 – Reine-Adélaïde 6, Tousart 3, Aouar 5 – Traoré 5, Dembélé 6, Terrier 3.

Votez pour le 
Jurynho d’Amiens-OL !

Au coup d’envoi, l’enjeu consiste à faire basculer le début de saison du bon côté, entre une trêve internationale qui a laissé mûrir quelques questions pendant 15 jours, une entrée en Ligue des Champions qui se profile et surtout un supposé cador à accueillir dimanche prochain. La première période n’apporte pas de grandes surprises par rapport au début de la saison : l’OL fait plutôt bien ce qu’il a appris à faire (le pressing) et ne fait plutôt pas ce qu’il n’a pas encore appris à faire (la construction offensive collective).

Côté pressing, la bonne coordination lors des premières secondes après la perte de balle permet de récupérer plusieurs ballons dangereux, permettant aux talents offensifs de profiter de l’espace et de la désorganisation de l’adversaire, sans aboutir toutefois à un but et sans non plus être étouffant. Côté construction, l’OL peine à se sortir de son triste U, même si on aperçoit quelques éléments encourageants liés au 4-3-3, avec un Aouar qui se balade entre les lignes et un Marcelo qui, en début de match, joue vertical et au sol. Les deux buts viennent en revanche plutôt de coups d’éclats individuels, entre slalom dans la surface de Reine-Adelaïde, centre précis de Traoré sans décalage, et conclusion chirurgicale de Dembélé, auteur, cette saison, de 5 buts sur 5 tirs cadrés.

La deuxième mi-temps est, elle, un tunnel où l’OL espère simplement ne pas perdre et où Amiens ne cherche pas vraiment à gagner. Mais sur un malentendu, ou plutôt en conséquence d’une tactique frileuse qui a vu les Lyonnais laisser le ballon aux Picards et camper devant le but de Lopes, Bodmer marque sur une passe décisive de Jallet. Fin de la blague. Et début des interrogations. Pourquoi une telle stratégie face à une équipe si faible ? Pourquoi attendre le dernier quart d’heure pour faire le premier changement ? Comment trouver d’autres ressorts alors que les premières grosses échéances approchent ? Avant le match, les Bad Gones avaient appelé à la patience et au soutien inconditionnel, signe en creux que la fébrilité pourrait rapidement gagner le club. Face aux doutes qui saisissent le staff, l’OL va pouvoir tester sa nouvelle organisation. Un président emblématique et un ancien joueur mythique, voilà a priori de quoi renverser l’humeur ambiante. C’est l’un des enjeux d’une semaine déjà décisive pour le nouvel OL.


Vincent G.

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>