6 août 2004, Nice-OL (0-1) : Giovane Élber lève la malédiction de la première journée

Élber

ÉPHÉMÉRIDE. C’était une mauvaise habitude prise par l’OL. C’était surtout une stat qui se remarque plus à la première journée que lors de la seizième ou la vingt-septième, et qui est rappelée tellement souvent qu’elle hante peut-être les têtes au point de devenir auto-prophétique.

But : Élber (76e)

Nice: Grégorini – Traoré, Pamarot, Cobos (cap.), Varrault – Bigné (Dié, 88e), Pitau, Echouafni, Roudet (Fauconnier, 81e) – Linz, Meslin (Vahirua, 59e). Entr. : Gernot Rohr.

OL : Coupet – Réveillère, Caçapa (cap.), Abidal, Berthod – Govou (Balmont, 79e), Essien, Juninho, Malouda – Frau (Ben Arfa, 69e), Élber (Bergougnoux, 85e). Entr. : Paul Le Guen.

Car depuis sa victoire grâce à un doublé de Sima Nikolic lors de la réception de Nancy le 24 juillet 1981 (2-0), l’OL n’a plus remporté son premier match de la saison en Division 1 (ou Ligue 1 comme on l’appelle alors depuis deux ans et le changement de nom en 2002). Certes, le club lyonnais a connu entre-temps une relégation et six années en deuxième division, mais cela fait tout de même 16 saisons dans l’élite sans remporter la rencontre inaugurale du championnat. Et ce alors que l’OL vient tout de même de remporter trois titres !

Avant l'ouverture de la Ligue 1 2002/03 à Guingamp. L'OL mène 1-3 à deux minutes de la fin... avant de concéder deux buts de Cédric Bardon (89e) et Didier Drogba (90e+4) !

Avant l’ouverture de la Ligue 1 2002/03 à Guingamp. L’OL mènera 1-3 dans ce match et pensera mettre fin à la malédiction… avant de concéder deux buts de Cédric Bardon (89e) et Didier Drogba (90e+4) ! 3-3 score final.

La malédiction, qui devient un marronnier rappelé avant chaque première journée, sera finalement levée au vieux stade du Ray le 6 août 2004. Ce soir-là, Hatem Ben Arfa fait ses débuts en pro en remplaçant Pierre-Alain Frau à vingt minutes du terme. Mais le vrai événement est le but de Giovane Élber quelques minutes plus tard, qui permet à l’OL de ramener un court succès après un match disputé (0-1). Le Brésilien, qui débute sa deuxième saison en France et a marqué contre le PSG lors du Trophée des Champions la semaine précédente (1-1, victoire lyonnaise 7-6 aux tirs au but), ne le sait pas encore mais il vient d’inscrire son dernier but sous le maillot de l’OL.

Resté dans la mémoire collective comme un flop de manière un peu excessive, Élber aura pourtant eu à Lyon des statistiques honorables (17 buts en 43 rencontres) et un apport dans le jeu lors de sa seule saison pleine qui contribuera grandement à faire briller son binôme d’attaque Peguy Luyindula. Mais le transfuge du Bayern Munich, chipé sur le fil au Monaco de Didier Deschamps qui devra donc se contenter de Fernando Morientes, n’aura jamais vraiment réussi à faire oublier Sonny Anderson parti en 2003, l’été où son compatriote débarque à l’OL.

La greffe n’a jamais pris, comme le prouveront quelques commentaires peu amènes de l’international auriverde sur le championnat de France quelques années plus tard. Et l’histoire prend fin de façon abrupte au bout d’un an. Deux semaines après cette fameuse ouverture du championnat à Nice, le numéro 9 de l’OL est en effet victime d’une grave blessure à Metz. Il ne portera plus jamais le maillot lyonnais. Et ne réussira d’ailleurs jamais à s’en relever, disputant seulement cinq matchs au Borussia Mönchengladbach et une belle dernière saison au Brésil (16 buts en 33 matchs avec Cruzeiro en 2006) avant que son corps et la perte de son père ne lui fassent dire stop.

L’OL arrivera quand même à remporter un quatrième titre d’affilée sans lui, en devant même attendre la 22e journée et un doublé de Matt Moussilou à Villeneuve-d’Ascq pour connaître sa première défaite en championnat (2-1). Mais les Lyonnais les plus superstitieux pourront malgré tout dire merci à Elber, qui a totalement levé la malédiction : depuis 2004, l’OL n’a en effet jamais perdu en ouverture du championnat… et a même presque toujours gagné (13 victoires et 3 nuls, contre Le Mans en 2009, Monaco en 2010 et Lorient en 2015).

Hugo Hélin

(Photo archive OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>