Qui es-tu Odessa ? Revue de web

NIKOLAÏ GOOGLE. Qui peut décemment prétendre connaitre le Tchernomorets Odessa ? Personne. Pourtant, Zénon Zadkine, armé d’un moteur de recherche, a relevé le défi.

L’homme est décidemment le plus ingénieux des animaux. En plus d’être le seul à utiliser un outil pour s’essuyer les fesses (une prouesse technologique souvent un peu oubliée), il est aussi le seul à avoir Internet. Et pourtant, quel don de Dieu. N’importe qui peut désormais avoir un avis et des connaissances sur tout et n’importe quoi. La preuve avec cette revue de web sur l’inconnu Tchernomorets Odessa.

Une ville entre modernité et tradition

En plus des banalités habituelles (la ville organise tous les ans un festival de musique yiddish néo- eurodance, elle est jumelée avec Saint-Etienne, elle accueille un musée de la housse de couette), Internet nous permet tout d’abord de nous pencher avec gourmandise sur la riche histoire d’Odessa. Pas de longs blablas dans ce modeste exposé, contentons-nous de poster un bref récapitulatif en dix dates trouvé dans un vieux numéro du Routard.

01

Fort de ces bonnes bases historiques, le visiteur (nous pensons notamment aux quelques supporters lyonnais qui ont fait le voyage) est maintenant prêt à découvrir la ville, armé des conseils de son guide Lonely Planet.

02

 

Un club entre modernité et tradition

Mais penchons nous un peu plus sur le club de football et son histoire. Après tout, nous sommes avant tout des gros boeufs décérébrés de supporters. Notre premier réflexe est donc d’aller sur wikipedia. Pourtant, les informations y sont comme souvent assez parcellaires.

03

Heureusement, des passionnés contribuent à faire revivre sur Internet les moments les plus pittoresques de l’histoire du football. C’est le cas du fantastique site Old School Panini.

 

04

Des joueurs entre modernité et tradition

Enfin, pour ne pas être pris au dépourvu jeudi soir, il convient de se pencher un peu sur les joueurs adverses. Et là, ça devient compliqué de trouver quelque chose sur le web français. Tout au plus un extrait des Cartons des Dé-managers sur les Cahiers du Football évoque Franck Dja Djédjé. On y reconnait les métaphores subtiles:, la connaissance du football et l’amour de sa propre plume de Christophe Kuchly.

05

 

Il faut donc se tourner vers le web ukrainien, et notamment le « Marin d’Odessa », site d’un célèbre quotidien local, pour en apprendre plus sur le parcours mouvementé d’une des jeunes pousses du Tchernomorets, Yevhen Zubeyko (merci à Google Traduction).

06

En conclusion, nous pouvons dire que nous n’en savons pas plus qu’avant sur le Tchernomorets Odessa. Mais que eux non plus ne doivent pas connaitre notre équipe réserve qui les affrontera ce jeudi soir. Et c’est sans doute ça le plus flippant.

Zénon Zadkine


One Comment

  1. NicolasSch

    20 février 2014 at 1:56

    « L’homme […] est aussi le seul à avoir Internet » :

    http://www.pbfingers.com/wp-content/uploads/2011/11/dog-on-internet_thumb.jpg