OL – Nice (1-1) : l’OL ne perd papier

OL

LES NOTES. L’OL a souffert et a failli perdre gros face à une équipe de Nice qui lui était supérieure pendant une bonne partie du match. Tout était loin d’être parfait, certes, et certains choix de Bruno Génésio pourront être remis en question. Mais cet OL a du cœur et sait se battre jusqu’au bout. A 10 contre 11, grâce à une charnière impassable et à un Lacazette encore en état de grâce, les Gones ont arraché un nul au goût de victoire face à un de leurs principaux concurrents (le principal ?) à la deuxième place.

 

Vendredi 15 Avril 2016, 34e journée de Ligue 1.

Olympique Lyonnais – OGC Nice 1-1

Buts :  Lacazette (83e) pour l’OL, Germain (18e) pour Nice

Avertissements : Lacazette (45e) et Ghezzal (90e) pour l’OL, Le Marchand (21e) et R. Pereira (88e) pour Nice

Exclusion : Cornet (24e)

OL : Lopes – Jallet (Fékir 84e), Yanga-Mbiwa, Umtiti, Bedimo – Darder (Valbuena 35e), Gonalons, Ferri (Tolisso 61e) – Ghezzal, Lacazette, Cornet. Entr. : Bruno Génésio.

Nice : Cardinale – R. Pereira, Le Marchand, Baysse, Pied  – N. Mendy, Koziello (Walter 90e), Seri, Ben Arfa – Plea (Hult 76e), Germain (A. Mendy 90e). Entr. : Claude Puel.

OL Nice

À la vingt-cinquième minute de ce match, nombreux sont ceux qui ont abandonné tout espoir de voir l’OL accrocher la deuxième place du championnat. Nice mène 1-0, l’OL est sous l’eau depuis le début de la rencontre et Maxwel Cornet est sévèrement exclu pour un tacle offensif dangereux mais pas foncièrement méchant sur Yoan Cardinale. Face à une équipe de Nice affamée, supérieure en tous points, le sort du match paraissait scellé, et l’OL semblait condamné à jouer la troisième place contre Monaco à l’avant-dernière journée. C’était sans compter sur le Parc OL et son joyeux bordel. Poussés par 55.744 spectateurs et une pluie de petits papiers qui ont interrompu la rencontre pendant 5 grosses minutes, les Lyonnais sont allés chercher au fond de leurs tripes l’énergie pour retourner cette équipe de Nice, arracher le nul et se payer le luxe de terminer la rencontre avec quelques regrets. L’Olympique Lyonnais qui s’écroulait en supériorité numérique face à La Gantoise ou l’OM semble bien loin. Ces Gones-là du coeur et des couilles, comme le grand Lyon de la belle époque. Pourvu que ça dure.

Totalement abandonné par Henri Bedimo, Anthony Lopes ne peut pas grand chose sur le but niçois. Le portier des Gones a ensuite livré une nouvelle prestation solide, avec notamment une belle double-parade face à Pléa à la 54e. Pour le reste, c’est surtout la maladresse des Niçois que le Portugais peut remercier. Auteurs de seulement 2 tirs cadrés, les Aiglons ont, malgré leur domination, laissé Anthony Lopes relativement tranquille. Le gardien de l’OL a été plus inquiété par la pluie de papiers sur son but que par les frappes niçoises.

Ohé, ohé les côtés abandonnés

Les matches s’enchaînent et la charnière défensive de tient toujours bon. Cela fait des années que l’OL n’avait pas eu un axe central aussi serein et aussi solide. Il n’est pas nécessaire de souligner la nouvelle performance de classe de Samuel Umtiti. Le Fossoyeur de Ménival a notamment sauvé l’OL par un double sauvetage devant Germain à la 93e minute. Même constat pour Mapou Yanga-Mbiwa, malgré la traditionnelle Yanga-Mbiwade à la 54e minute après une tentative de roulette dans la surface face à Pléa. Comme son compère, l’ancien Montpelliérain a été le principal artisan de la survie lyonnaise dans les temps forts des Aiglons.

Sur le côté droit de la défense, Christophe Jallet continue sa campagne visant à s’offrir des vacances cet été plutôt que d’aller à l’Euro. Pendant 90 longues minutes, le Divin Chauve a pris un bouillon monstrueux face à Ricardo Pereira. Rafael, vite. Sans qu’on comprenne trop pourquoi, c’est Nabil Fékir qui a remplacé Christophe Jallet à la 84e. A l’actif de Nabilon, un coup-franc au-dessus, et c’est à peu près tout.

De l’autre côté du terrain, Henri Bedimo a également coulé. Complètement fautif sur le but niçois où il abandonne Valère Germain comme un labrador sur le bord de l’autoroute en juillet, le Camerounais a essayé d’apporter offensivement sans jamais parvenir à distiller un centre correct. Le chantier des latéraux au mercato est plus que jamais prioritaire.

 

Jordan fait rire

Peu de choses à dire sur le match de Maxime Gonalons : Captain Max a globalement correct, mais a manqué de lucidité à quelques moments, à l’image de cette perte de balle inutile à 35m des ses buts à la 53e minute après une serie de dribbles inutiles. Pour le reste, le capitaine lyonnais a su tenir la baraque en fin de match lorsque l’OL jouait dans un absurde 4-1-4.

Au milieu de terrain, c’est l’incompréhension qui a dominé quand Sergi Darder a cédé sa place après l’exclusion de Maxwel Cornet. L’Espagnol, sorti en colère à la 34e, semblait pourtant juste et bien en jambes sur la première demi-heure. Vu la prestation de Jordan Ferri au milieu de terrain, pas sûr que le coaching de Bruno Génésio ait été judicieux sur ce coup-là. Le numéro 12 de l’OL n’a jamais vraiment influé sur la rencontre et a pris l’eau face au duo Koziello-Seri, bien au-dessus de lui techniquement. Entré en jeu à sa place à la 60e minute, Corentin Tolisso a été décisif en obtenant d’abord le coup-franc puis en envoyant une déviation décisive de la tête pour Lacazette sur l’égalisation.

 

Petit Velo’v pédale enfin

Entré en jeu à la 34e minute pour compenser l’exclusion de Maxwel Cornet, Mathieu Valbuena n’a presque pas été sifflé. Déjà intéressant en tant que remplaçant à Lorient, l’ancien Marseillais aurait pu être le sauveur de l’OL si son coup-franc n’avait pas tapé la barre avant de retomber sur Tolisso puis Lacazette. Petit Vélo a (légèrement) gommé ses tares habituelles, à savoir les douze touches de balles et les incessantes chutes à chaque ballon touché. Avec l’exclusion de Maxwel Cornet et la suspension qui va avec, le Libournais aura probablement une opportunité en or de prouver qu’il peut être plus qu’un simple remplaçant. À lui de faire mentir ses détracteurs.

Difficile de parler du match de Maxwel Cornet. L’ancien Messin n’a joué que 24 minutes avant d’être exclu pour un trop plein d’engagement en voulant se jeter sur le ballon face à Cardinale. Avant cela, l’OL n’avait pas vraiment eu l’occasion de se porter vers l’avant. Sur l’aile droite, Rachid Ghezzal a réalisé un nouveau match discret, au point de ne même pas tenter de Ghezzal®, sa spéciale enroulée lucarne opposée. Après deux mois de folie, Rachon finit peut-être la saison sur les rotules. Espérons simplement que ce ne soit pas un retour à la normale pour l’Algérien.

Alexandre Lacazette a visiblement décidé de faire regretter ses choix à Didier Deschamps. Depuis sa nouvelle non-sélection pour les matches face à la Russie et les Pays-Bas, le buteur lyonnais est inarrêtable. C’est encore une fois le gigantesque travail de l’attaquant lyonnais au pressing et à la récupération qui a permis à l’OL de retourner le match et d’étouffer les Niçois en seconde période malgré l’infériorité numérique. Non content de se sacrifier pour l’équipe, Alexandre Lacazette y est allé de son petit but façon renard des surfaces en reprenant un ballon qui traînait dans le paquet devant le but à la 84e minute. L’attaquant des Gones est désormais seul deuxième meilleur buteur de Ligue 1 avec 17 buts, et s’accroche de toutes ses forces aux maigres chances qu’il lui reste de disputer l’Euro. Avec la non-sélection annoncée de Karim Benzema, l’espoir est permis.

 

Charly M.

(Photo Philippe Lecoeur / Panoramic)

2 Comments

  1. -Twist-

    16 avril 2016 at 3:53

    Globalement d’accord avec ce qui est dit, même si je tique là-dessus :

    « Maxwel Cornet est sévèrement exclu pour un tacle offensif dangereux mais pas foncièrement méchant sur Yoan Cardinale »

    Vu du stade, c’était vraiment impressionnant. On peut revoir les ralentis et les ralentis, il n’empêche que le geste est violent, pas du tout maitrisé. Expulsion totalement méritée.

    • Charly M.

      16 avril 2016 at 7:55

      En attendant, Ocampos fait la même sur Lopes y a un an et personne dit rien. Il touche le ballon avant, il joue le ballon, y a aucune volonté de faire mal. C’est vrai, c’est dangereux, c’est impressionnant, il y a bien faute, jaune même, rouge peut-être. Ca reste sévère.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>