OL – Bastia (2-1) : entre les gouttes…

OL

LES NOTES. L’OL s’est imposé pour la deuxième fois d’affilée en Ligue 1 (avec un nul au Juventus Stadium au milieu, excusez du peu). Mais la victoire des Lyonnais n’a pas convaincu grand monde tant les circonstances étaient favorables…

 

Samedi 5 novembre, 12e journée de Ligue 1

Olympique Lyonnais – SC Bastia 2-1

Buts : Lacazette (37e sp) et Bengtsson csc (86e) pour l’OL, Crivelli (90e+2) pour Bastia

Avertissements : Fekir (3e) pour l’OL, Danic (1e), Diallo (41e) et Cahuzac (66e) pour Bastia

Expulsion : Leca (47e) et Cahuzac (74e) pour Bastia

OL : Lopes – Gaspar, Mammana, Diakhaby, Morel – Ghezzal (Darder, 68e), Gonalons (cap.), Tolisso (Grenier, 84e), Cornet (Ferri, 75e) – Fekir, Lacazette. Entr. : Bruno Genesio.

Bastia : Leca – Keita, Peybernes (Mostefa, 21e), Marange, Bengtsson – Cahuzac (cap.), Coulibaly – Danic, Diallo (Charruau, 48e), Saint-Maximin (Nangis, 46e) – Crivelli. Entr. : François Ciccolini.

Lopes 5 – Gaspar 6, Mammana 6, Diakhaby 6, Morel 6 – Ghezzal 6, Gonalons 6, Tolisso 6, Cornet 3 – Fekir 3, Lacazette 5

 

On essaye de vous le faire dans l’ordre : la blessure d’un défenseur central, un penalty, l’expulsion sévère de leur gardien de but, l’expulsion sévère de leur capitaine, un but contre-son-camp. Voilà l’extraordinaire bingo qu’a réussi le SC Bastia. Heureusement que les Corses ont marqué un but chanceux en toute fin de match, sinon ils pourraient se sentir énervés…

François Ciccolini peut pourtant s’estimer heureux de n’avoir perdu que d’un but. Pendant la première partie du match, son équipe a été totalement dominée et n’a dû qu’à la maladresse des attaquants lyonnais de ne pas repartir avec une valise.

Rachid Ghezzal a, comme à Turin, été le moins pire. Ce qui suffit à situer le niveau. Alexandre Lacazette a été assez actif mais, au choix, pas trouvé par ses coéquipiers ou peu inspiré. Maxwel Cornet a livré un condensé de Maxwel Cornet. L’ancien Messin est très doué pour prendre les espaces grâce à sa vitesse. Dommage qu’il faille jouer avec ce ballon qui l’embête tant. Sa glissade face au gardien restera malgré tout comme le meilleur moment du match.

Revenu de blessure il y a déjà plusieurs semaines, Nabil Fekir ne semble plus avoir ce petit coup de rein qui faisait tant de différences auparavant. Ronaldo avait réussi à se réinventer après ses blessures à répétition à l’époque Inter Milan : moins de longs slaloms individuels, plus de courses courtes pour faire la différence sur quelques pas et un enchaînement contrôle-dribble-frappe. Fekir ne fera peut-être pas l’économie d’une telle réflexion.

 

Captain Maxxx : The Winter Soldier

Au milieu, Maxime Gonalons a prouvé après Toulouse et Turin (où il avait réalisé deux transversales parfaites du pied gauche !) qu’il était de retour à son meilleur niveau. On l’imaginait moins à son aise dans un 4-4-2 à plat qu’en sentinelle dans un 4-3-3, mais le capitaine lyonnais s’est parfaitement adapté. Il récupère, se projette à bon escient et s’est même permis d’envoyer une frappe lointaine du gauche sur l’équerre. Marty, sors la DeLorean du garage, on est de retour en 2014. Les comparaisons avec Steven Gerrard arrivent.

La défense a peu été mise à contribution… jusqu’au moment où les Bastiais se sont retrouvés en infériorité numérique. La vie est parfois étrange. Jordy Gaspar a fait un match plutôt propre et a confirmé qu’il pouvait tout à fait rentrer dans la rotation au poste de latéral. On ne devrait donc plus le revoir jusqu’à ce qu’il soit impossible de faire autrement…

Emanuel Mammana et Mouctar Diakhaby ont pris le pouvoir en charnière centrale et sont bien disposés à ne pas le rendre. L’opposition était faible, mais les deux ont fait du bon boulot. Et le Français se montre toujours aussi dangereux sur coups de pied arrêtés offensifs. Son premier but en pro ne devrait pas tarder.

Taulier de la défense, Jérémy Morel a fait une nouvelle fois un bon match. Est-ce le 4-4-2 à plat qui lui rappelle Lorient et Christian Gourcuff ? Le Breton apporte offensivement (même s’il pourrait encore faire mieux) et sait parfaitement gérer les transitions défensives dans ce système. Le Lib’héros improbable de la semaine.

Reste maintenant à savoir si le 4-4-2 résistera à la trêve internationale. Pas évident à deviner tant Bruno Genesio est capable de dire tout et son contraire quand il parle de tactique (et que les blessures à l’OL sont un facteur susceptible de tout changer à n’importe quel moment, avouons-le). Si ce système permet de voir les forces offensives de l’OL sur le terrain et à leurs meilleurs postes, le manque de maîtrise au milieu pourrait vite s’avérer problématique.

Un intervenant de l’indispensable podcast Vu du banc proposait d’aligner Sergi Darder à gauche. Évidemment pas dans un rôle de vrai ailier bouffeur de craie, mais en joueur capable d’apporter du soutien au centre quand il le faut tout en ayant la qualité technique suffisante pour éliminer ou trouver des angles de passe. La solution est séduisante. Et aurait le mérite de s’épargner le crève-cœur de laisser l’Espagnol sur le banc.

Hugo Hélin

(Capture d’écran beIN Sports)

One Comment

  1. Vincent

    6 novembre 2016 at 6:32

    Darder peut effectivement être une bonne solution à gauche, tout comme Grenier s’il se retrouve ou Tolisso. Ce serait d’autant plus intéressant que ça laisserait de la place à Tousart et Kemen à la récup’.
    Cornet et Kalulu gagneraient je pense à entrer dans la rotation avec Lacazette et Fékir. Valbuena pourrait faire la rotation avec Ghezzal, je le trouve souvent meilleur à droite qu’à gauche.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>