National 2 : Cris, promotion surprise, relégation en vue ?

Cris

NATIONAL 2. L’OL a concédé sa 11e défaite en 21 matchs de National 2 et n’a désormais gagné que 2 de ses 15 dernières rencontres. Une dynamique qui fait planer le spectre d’une relégation de la réserve et qui met forcément sur la sellette l’entraîneur Cris.

 

Tout avait parfaitement commencé. 6 victoires lors des 6 premiers matchs de National 2. De quoi lever quelques doutes sur Cris, promu à la tête de la réserve de l’OL après une saison ratée en tant qu’entraîneur des U19 (10e, 9 victoires, 8 nuls et 9 défaites en 26 matchs). Même si le jeu n’était pas encore très affriolant, les résultats avaient au moins le mérite d’être là.

Et tout s’est délité depuis. Après ses 6 victoires initiales, l’OL a perdu 11 de ses 15 matchs suivants, en n’en remportant que 2 (la dernière victoire datant déjà du 16 décembre). Contre Épinal ce samedi, les Gones méritaient sans doute mieux que la défaite 0-1 qu’ils ont concédé sur un coup franc repris de la tête à dix minutes de la fin. Mais les mauvais résultats s’accumulent et le choix de nommer Cris interroge.

La zone rouge n’est plus qu’à deux points et une relégation en National 3 ferait forcément mauvais genre pour la Formidable Académie. Même si cette génération n’est peut-être pas la plus douée sortie ces dernières années, et que les convocations récurrentes de Myziane Maolida ou Amine Gouiri dans le groupe pro (où ils jouent peu) n’aident pas, l’OL ne devrait pas se trouver dans une situation aussi tendue et surtout pas en montrant aussi peu dans le jeu.

Respecter les glorieux anciens est tout à l’honneur de l’OL, à condition que cela ne se fasse pas au détriment des nouveaux. D’autant que les jeunes ne sont pas les seules victimes de cette nomination surprise : Armand Garrido s’est retrouvé nommé entraîneur-adjoint pour apporter un peu d’expérience à Cris et ses qualités de formateur (peut-être le meilleur de France) s’expriment sans doute moins à ce poste qu’à celui d’entraîneur des U17 qu’il occupait jusque-là. L’expérience est peut-être très formatrice pour Cris, mais pas sûr que ce soit ce à quoi l’on pense quand on dit que l’OL est un grand club formateur…

 

Chasselay et Toko Edimo en pleine bourre

Seul autre club rhodanien à avoir joué ce week-end (le derby entre Villefranche et Saint-Priest ayant été reporté), Chasselay a de son côté continué à s’éloigner de la zone rouge. Le club des Monts d’Or reste sur quatre matchs sans défaite en National 2 : trois victoires et un nul 0-0. Une bonne forme que Chasselay doit en grande partie à son buteur Christian Toko Edimo, plus que jamais leader du classement du Soulier d’or du Libéro et buteur lors des trois victoires en question, dont celle de ce week-end, un 0-1 bien payé à Moulins.

Hugo Hélin

(Photo OLweb)

(fff.fr)

(fff.fr)

Les résultats des clubs du Rhône

OL – Épinal 0-1
Yzeure – Chasselay 0-1 (Toko Edimo)

 

Le programme

Samedi 10 mars 2018

Andrézieux – OL (17h00)
Chasselay – Schiltigheim (18h00)
Saint-Louis Neuweg – Saint-Priest (18h00)
PSG – Villefranche (18h00)

 

Le soulier d’or du Libéro

1. Christian Toko Edimo (Chasselay) 9 buts

2. Maxime Blanc (Villefranche) 7 buts

3. Willem Geubbels (OL), Souleiman Djabour (Villefranche) 6 buts

5. Daniel Gbaguidi (Saint-Priest) 5 buts

6. Ali M’Madi (Villefranche), Mohamed Boussaid, Jessim Mahaya (Saint-Priest) 4 buts

9. Alan Dzabana, Clément Grenier, Gédéon Kalulu, Myziane Maolida (OL), Adama Camara (Chasselay), Cédric Goncalves (Saint-Priest), Arnold Lemb, Jonathan Mambu (Villefranche) 3 buts

17. Yann Benedick, Maxime Jasse (Villefranche), Zakariya Abarouai, Jean-Bryan Boukaka, Eric Mathieu, Evan Rouvière (Saint-Priest), Thomas Antoinat, Arnaud Farras, Hakim Kadima, Damien Ogier (Chasselay), Timothé Cognat, Pape Cheikh Diop, Amine Gouiri, Yann Kitala (OL) 2 buts

31. Romain Barbet, Steed Malbranque, Ludovic Paratte, Thomas Poulignier (Chasselay), Mouctar Diakhaby, Yoann Martelat, Théo Ndicka, Elisha Owusu, Bertrand Traoré (OL), Jeannot Koffi, Ange Mavitidi, Alexandre Millot, Adrien Valente (Saint-Priest), Edwin Quarshie, Jérémy Romany (Villefranche) 1 but

One Comment

  1. gege

    6 mars 2018 at 1:46

    Heureusement pour Cris, une place pourrait se libérer sur le banc de l’équipe pro.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>