OL-PSG (0-0, 4 tab à 3) : tempête en Coupe, t’en chies en C1 ?

f4da9e1d-6e12-439c-950c-8498eac61653

FEMININES. L’OL a remporté la neuvième Coupe de France de son histoire en venant à bout du PSG aux tirs au but (0-0, 4 tab à 3). Les Lyonnaises peuvent encore viser le triplé, mais il faudra retrouver de la spontanéité et surtout de l’efficacité à deux semaines du quart de C1 face au Bayern.

 

Dimanche 9 août 2020, finale de Coupe de France

À Auxerre, Stade de l’Abbé-Deschamps

Olympique Lyonnais – Paris Saint-Germain 0-0 (4 tab à 3).

Tirs au but : Majri, Marozsan, Renard, Le Sommer (arrêté par Endler), Bronze pour l’OL ; Nadim, Däbritz, Bruun, Endler (barre), Khelifi (arrêt de Bouhhaddi) pour le PSG.

Avertissements : Dudek (18e), Katoto (28e) pour le PSG, Le Sommer (90e+1) à l’OL.

OL : Bouhaddi – Bronze, Buchanan, Renard (cap.), Bacha (Le Sommer, 61e) – Henry (Björk Gunnarsdottir, 75e), Kumagai – D. Cascarino (Van de Sanden, 75e), Marozsan, Majri – Parris (Taylor, 90e). Entr. : Jean-Luc Vasseur.

PSG : Endler – Lawrence (Khelifi, 90e+5), I. Paredes (cap.), Dudek, Morroni – Diani, Geyoro, Formiga (Däbritz, 57e), Baltimore (Bachmann, 74e)- Katoto (Bruun, 90e+5) – Huitema (Nadim, 74e). Entr. : Olivier Échouafni.

 

Il ne pleuvait ni à Lyon ni à Paris, mais il y avait de la pluie pour deux métropole à Auxerre, où se déroulait donc la finale de la Coupe de France. Deux ans après l’apocalyptique et absurde finale de Strasbourg, tout le monde a pensé très fort à un remake. Presque ! Mais cette fois les intempéries ont eu raison de l’électricité, et une panne d’éclairage obligera les championnes de France et leurs dauphines à un break d’un quart d’heure après seulement dix minutes de jeu.

Parris n’est pas magique

Jusque là, l’OL n’avait eu qu’une petite occasion sur une tête non cadrée de Wendie Renard (8e). Celle de Jordyn Huitema était plus dangereuse, mais connaissait le même sort (11e). Les Lyonnaises avaient toutefois l’ascendant et, après un beau retour de Grace Geyoro sur Amel Majri (23e), la menace s’intensifiait : Nikita Parris manquait d’abord d’éliminer Christiane Endler pour quelques centimètres sur une passe mal dosée de Paulina Dudek (35e), avant que la gardienne chilienne n’oblige l’attaquante anglaise à un crochet extérieur trop long sur une passe délicieuse de Dzsenifer Marozsan (41e). Ça virait à la déveine quand Delphine Cascarino se faisait contrer par Marie-Antoinette Katoto puis… Saki Kumagai sur la même action (42e).

Des interrogations avant le Bayern

Après un quart d’heure plus calme au retour des vestiaires, Endler s’en sortait en revanche toute seule face à Parris, décidément peu en verve. Mais Eugénie Le Sommer rentrait à la place de Selma Bacha, en difficulté face à Kadidiatou Diani. La jeune arrière gauche lyonnaise (19 ans) n’a pas marqué des points avant le Final 8 de la Ligue des champions au Pays basque. Sur le départ pour Manchester City, Alex Greenwood est toujours là, mais c’est Majri qui a glissé au poste de latérale, le sien lors des saisons précédentes, pour la fin de match. Une semaine après avoir retenté l’expérience de mettre sa gauchère en meneur faux pied à Guingamp, Jean-Luc Vasseur semble encore chercher la meilleure formule avant d’affronter le Bayern le 22 août à Saint-Sébastien. Mais comme Parris a a continué à arroser (70e) et que Cascarino n’a pas fait de grandes différences, l’ancien coach de Reims a d’autres incertitudes. Heureusement pour lui, il pourra aussi profiter de ses recrues en C1, alors que Griedge Mbock (tendon d’Achille) est forfait et que ce sera très serré pour Ada Hegerberg (ligament croisé)

Endler gâche son chef-d’œuvre

Incapable de peser dans la dernière demi-heure, l’OL a l’excuse du manque de rythme après n’avoir joué que la demie depuis le confinement. C’était à Guingamp (0-1), là où les Lyonnaises ont donc marqué leur seul but en 180 minutes, ce qui n’a pas beaucoup dû leur arriver au cours des quinze dernières saisons. Pas grave, elles ont encore la capacité de remporter des titres même sans cela. Certes, ça s’est joué à très peu de choses. Après avoir magnifiquement stoppé la tentative de Le Sommer, Endler a eu la gourmandise de vouloir donner l’avantage aux siennes, mais son contre-pied a tapé la barre de Sarah Bouhaddi, qui a fini le travail face à Léa Khelifi, pourtant rentrée à trois secondes de la fin rien que pour ça… La chance avait choisi son camp, mais il faudra un peu plus que ça en Coupe d’Europe.

P. M.

(Capture Eurosport)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>