Paqueta, 45 minutes plutôt positives pour la suite avec le Brésil… et l’OL

Paqueta

VEILLE. Entré à la pause contre le Venezuela, le milieu de l’OL Lucas Paqueta a honoré sa 12e cape avec le Brésil lors de la troisième victoire de la Seleção en trois matchs de qualification à la Coupe du monde 2022 (1-0) après avoir remplacé Philippe Coutinho dans le groupe. Bruno Guimarães, lui aussi initialement appelé en espoirs et qui avait rejoint le groupe des A dix jours après son coéquipier (suite au test Covid positif de Casemiro), est lui resté sur le banc et n’a toujours pas porté le maillot des A.

Brésil : Ederson – Danilo, Marquinhos, Thiago Silva (cap.), Renan Lodi (Alex Telles, 90e+6) – Everton Ribeiro, Allan, Douglas Luis (Lucas Paqueta, 46e) – Gabriel Jesus (Everton, 77e), Richarlison (Pedro, 77e), Roberto Firmino. Sél. : Tite.

Pas sûr que le spectacle ait totalement valu le manque de sommeil si vous avez, comme nous, veillé pour voir les matchs sud-américains de la nuit. On partage tout de même l’ouverture du score exceptionnelle d’Arturo Vidal dans le Clásico del Pacífico entre le Chili et le Pérou (2-0) pour ceux qui ont fait le choix plus raisonnable de dormir.

Le seul but de Brésil-Venezuela aura été moins jouissif, un ballon poussé au fond en renard par Roberto Firmino dans les six mètres à la 67e. La concrétisation plutôt logique d’une deuxième période archi-dominée par des Brésiliens qui ont campé dans la moitié de terrain du Venezuela (très stérilement néanmoins, avec seulement 3 tirs dans le deuxième acte contre 8 dans le premier) après avoir été (un poil) plus ballottés en première période. Plutôt positif pour Paqueta d’un simple point de vue chronologique, puisque le milieu de l’OL est entré à la pause et a donc participé à cela en tant que relayeur gauche dans une sorte de 4-3-3 où Allan ne s’est jamais éloigné de sa défense et où Everton Ribeiro avait une liberté offensive qui en faisait souvent un numéro dix derrière le trio Firmino – Richarlison – Gabriel Jesus.

Il aura montré à ce poste proche de ce qu’il connaît à l’OL une personnalité qui a souvent manqué à ce match sans folie, en tentant toujours de jouer vers l’avant. Que ce soit en se projetant pour tenter un une-deux dans l’axe, en se proposant sur le côté pour dédoubler, ou en envoyant depuis le demi-espace gauche un bon centre suite auquel toujours très peu efficace VAR sud-américain a passé cinq minutes à décider s’il fallait ou non siffler main sur une tête en retrait où le ballon a rebondi à bout portant sur le bras d’un défenseur à la lutte aérienne et de dos (non, évidemment). Et le Lyonnais a aussi pris soin d’être positif dans l’attitude, en encourageant ou allant relever ses coéquipiers et en étant toujours disponible.

Pas grand-chose de dingue (avec d’ailleurs 8 pertes de balle en 50 ballons touchés) dans une équipe qui n’a pas déroulé face à un Venezuela qui a concédé sa troisième défaite en autant de matchs lors de ces éliminatoires, mais peut-être de quoi installer un peu Paqueta en Seleção. Le milieu de 23 ans n’avait en effet jusque-là connu que des sélections en matchs amicaux, à l’exception d’une entrée de 5 minutes contre le Paraguay en quarts de finale de la Copa America 2019, et n’avait plutôt porté le maillot auriverde depuis presque un an (contre la Corée du Sud le 19 novembre 2019). Et du point de vue du supporter lyonnais resté éveillé jusqu’à 3h30, voir un joueur de l’OL tenter des choses pour transpercer un bloc bas plutôt que de sombrer dans la semi-léthargie ambiante est aussi quelque chose de plutôt sympathique.

Hugo Hélin

(Photo Lucas Figueiredo / CBF)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>