OL-PSG : et surtout la santé, c’est le plus important

OL

AVANT-MATCH. Même si on préfère ne plus trop se bercer d’illusion sur cette saison (footballistique), c’est aussi celle des bonnes résolutions et des vœux, et on ne peut pas s’empêcher d’espérer que cette affiche, pour le premier match de 2022, amorce un redressement de l’OL.

> OL-PSG, ce dimanche à 20h45 (en direct sur Prime Video)

Enjeu. Le premier match de janvier, c’est toujours l’occasion de donner une impulsion positive à une nouvelle année. C’est particulièrement vrai pour cette saison, après la spirale désespérante des mois de novembre et décembre. L’OL a besoin de confiance, de points, mais aussi de trouver sa formule offensive en l’absence des trois attaquants partis jouer la CAN au Cameroun.

Spécificité 2022 : ça ne se jouera pas sur un terrain médiocre contre des semi-amateurs, mais contre le PSG. De quoi ajouter un peu de prestige à une possible belle performance, tout en réduisant malheureusement les chances qu’elle se produise.

Et même s’ils ne seront que 5000 au stade (enfin, un peu moins si l’on enlève les partenaires conviés en hospitalités, comme on dit), l’OL serait bien inspiré d’offrir à ses supporters quelques émotions positives dans ce début de deuxième partie de saison qui présente déjà des embryons de nouvelles galères possibles (Covid ? Départ important ou arrivée hasardeuse au mercato ? Blessure à la CAN?).

Compo. Entre les matchs non-joués, les absences, les éliminations sur tapis vert… les derniers matchs complets de l’OL datent, et on ne sait plus trop quelles sont les tendances solides dans la tête de Peter Bosz. On restera sur la défense à trois qui semblait s’être imposée sur la fin de 2021.

La composition probable de l’OL : Lopes – Da Silva, Boateng, Lukeba – Gusto, Caqueret, Guimaraes, Emerson – Paqueta, Aouar – Dembélé.

Le prono de la rédac. Même pas peur de partir sur un prono de victoire. Face à un PSG pas bien fringuant, l’OL souffre surtout des courses de Mbappé qui s’échappe une demi-douzaine de fois sur la première mi-temps. Maladroit ou mal assisté, il n’en transforme qu’une en but, via une passe pour Herrera (0-1, 35e).

On se rappelle de l’existence du mot « chance » quand on se rend compte que l’international français reste sur le banc au retour des vestiaires, apparemment touché à la cuisse. L’OL, qui avait alterné le bon et le moins bon jusque là, prend le dessus. Dembélé (1-1, 49e), Paqueta (2-1, 59e) et Guimaraes (3-1, 71e) concrétisent cette tendance, alors que Marquinhos fait planer le doute pour les dernières minutes en marquant sur corner (3-2, 83e).

N2, U19, U17 : le onze de la première