OL – PSG (0-1) : pari est tragique

Koné

LES NOTES. Sylvinho avait dérogé à son 4-3-3, en mettant en place pour la réception du PSG (0-1) un 5-3-2 improvisé dans lequel l’OL n’a jamais réussi à mettre en danger les Parisiens. Et a d’ailleurs fini sans cadrer un seul tir.

6e journée de Ligue 1, dimanche 22 septembre 2019

Olympique Lyonnais – Paris Saint-Germain 0-1

But : Neymar (87e)

Avertissements : Koné (75e) à l’OL ; Diallo (33e) au PSG.

OL : Lopes – Dubois, Marcelo (Tete, 73e), Andersen, Denayer (cap.), Koné – Reine-Adélaïde (Tousart, 73e), Mendes (Traoré, 88e), Aouar – Dembélé, Memphis. Entr. : Sylvinho.

PSG : Navas – Meunier, Thiago Silva (cap.), Diallo, Bernat (Kimpembe, 73e) – Gueye, Marquinhos, Herrera (Verratti, 73e) – Di Maria, Choupo-Moting, Neymar (Kurzawa, 90e+1). Entr. Thomas Tuchel.

Les notes : Lopes 7 – Andersen 7, Marcelo 6, Denayer 6 – Dubois 4, Reine-Adélaïde 7, Mendes 7, Aouar 3, Koné 6 – Dembélé 4, Memphis 3.

Votez pour
le Jurynho !

Serait-on aussi sévères avec Sylvinho si Neymar n’avait pas réalisé son exploit de la 87e ? Le débat a commencé dès le coup de sifflet final sur le plateau de Canal+, mais l’accusation de tautologie semble sévère. Après tout, même à 0-0, l’OL n’aurait pas montré grand-chose de plus qu’une solidité défensive dont on ne sait pas trop si elle était due à la densité de joueurs devant le but de Lopes (qui n’a eu que deux gros arrêts à faire, sur une frappe de Neymar plein axe repoussée du pied gauche à la 22e et un coup franc du Brésilien claqué au-dessus de la transversale à la 41e), à une envie de gagner parisienne pas vraiment débordante ou à de vraies progrès collectifs défensivement.

Car si cette stratégie frileuse nous aura permis d’assister à plus de performances individuelles rassurantes que lors de la séance de possession stérile contre le Zénith (Andersen impressionnant dans la lecture du jeu, Mendes qui a prouvé qu’il devait être la sentinelle technique qu’on nous avait promis avant d’installer Tousart, Reine-Adélaïde toujours aussi doué pour gagner des mètres à chaque touche de balle), elle aura toutefois furieusement senti l’improvisation d’un point de vue offensif.

Incapable de tenir le ballon (en particulier dans un camp adverse qui n’aura pour une fois pas semblé être une terra incognita seulement pour les latéraux, mais pour toute l’équipe), l’OL s’est ainsi précipité vers l’avant à chaque récupération, chaque joueur faisant son numéro pour compenser des circuits de ressortie de balle inexistants. Et Reine-Adélaïde s’en est mieux sorti que Aouar, Memphis ou Dembélé, peu inspirés ce soir et pourtant restés sur le terrain jusqu’au bout contrairement à l’ancien Angevin.

Un coaching peu inspiré (on pourrait y rajouter Tete dribblé sur le but de Neymar après avoir remplacé Marcelo, mais le défenseur central brésilien était sans doute blessé) qui n’a depuis le début de saison même pas le mérite de cacher les erreurs initiales dans le plan de jeu ou un état de forme des troupes moins fringant que la saison passée. À deux semaines du Derby, Sylvinho n’est pas encore en danger. Mais son équipe doit rapidement montrer des signes de progrès, et supérieurs à 5% si possible.

Hugo Hélin

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>