OL – Bordeaux (1-1) : cool mouillé

Tete

LES NOTES. L’OL était tout proche de compter neuf points après quatre journées et de s’offrir dix jours de trêve internationale relativement paisibles. Mais une trop grande timidité, un carton rouge de Thiago Mendes et un coaching gnangnan ont permis à Bordeaux de rester dans le match et d’égaliser (1-1).

Quatrième journée de Ligue 1, samedi 31 août 2019

Olympique Lyonnais – Football Club des Girondins de Bordeaux 1-1

Buts : Memphis (31e) pour l’OL ; Briand (67e) pour l’OL.

Expulsion : Mendes (62e).

Avertissements : Reine-Adélaïde (13e) Mendes (31e et 62e) Andersen (75e) à l’OL ; Hwang (14e) Kalu (40e) et Otavio (69e) à Bordeaux.

OL : Lopes – Tete, Andersen, Denayer (cap.), Dubois – Reine-Adélaïde (Tousart, 64e), Mendes, Aouar – Cornet (Traoré, 78e), Memphis (Jean Lucas, 87e), Terrier. Entr. : Sylvinho.

Bordeaux : Costil – Kwateng, Koscielny, Mexer, Benito – Otavio, Tchouameni (Adli, 72e) – Hwang (Benrahou, 74e), De Preville, Kalu – Briand (Maja, 85e). Entr. : Paulo Sousa.

Les notes : Lopes 4 – Tete 5, Andersen 3, Denayer 5, Dubois 3 – Reine-Adélaïde 6, Mendes 5, Aouar 6 – Cornet 2, Memphis 5, Terrier 5.

Votez pour
le Jurynho !

Ça aurait dû être l’occasion de se roder un peu, ce qui est loin d’être inutile pour l’OL actuel, et de tirer quelques enseignements, comme le fait que Melvin Bard qui a récemment signé son premier contrat pro ne soit pas encore un recours au poste d’arrière gauche (laissé en tribunes) ou que Memphis Depay semble le remplaçant attitré de Moussa Dembélé dans l’axe.

Ça l’a été, même si ce n’est pas forcément réjouissant. Trop timide en première période, l’OL contrôlait pourtant (trop ?) tranquillement un match où il avait ouvert le score grâce à une frappe en angle fermé de Memphis Depay après une galette de Martin Terrier (1-0, 31e) et où Bordeaux semblait pouvoir jouer des heures sans cadrer un tir.

Pas encore vraiment une équipe de pressing et pas non plus une équipe de possession, l’OL se cherche encore et celui se voit dans l’animation offensive, où le rôle du trio d’attaque ne semble encore pas défini (Memphis a beaucoup moins pris la profondeur que Dembélé – sauf sur le but – ce qui n’a pas contribué à écarteler le bloc bordelais) et où le manque de soutien des latéraux apparaît de plus en plus comme une rigidité inutile, qui prive de trop de solutions devant sans que la contrepartie derrière ne vaille le coup.

Une rigidité apparue encore plus cruellement à cause des circonstances, et de l’expulsion de Thiago Mendes (62e), la deuxième en quatre jours après celle de Youssouf Koné à Montpellier. Et comme mardi à la Mosson, l’abandon du milieu de terrain (avec la rentrée de Lucas Tousart à la place de Jeff Reine-Adélaïde, dont la sortie ou la non-entrée lors des moments d’infériorité numérique semble difficilement compréhensible vu sa polyvalence et sa capacité à remonter le ballon de plusieurs dizaines de mètres balle au pied) et un coaching frileux ont empêché de croire au miracle.

Et après un but de Jimmy Briand consécutif à un superbe arrêt qu’Anthony Lopes aurait pu s’éviter en laissant passer un centre contré plutôt qu’en l’envoyant sur un adversaire (1-1, 67e), l’OL a même failli se dire que le miracle était de grappiller un point contre un Bordeaux loin d’être un grand cru. Ça en fait tout de même sept en quatre matchs, avec quelques promesses et encore plus d’interrogations.

Hugo Hélin

(Photo Damien LG / OL)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>