National : Villefranche repasse devant le SC Lyon, les deux restent dans la zone rouge

Bouet

NATIONAL. Passer quatre heures d’affilée devant du National n’est sans doute pas un programme très tentant pour la majorité des gens, mais on a plutôt passé un bon moment devant Villefranche-Orléans (1-0) et Boulogne – SC Lyon (1-1).

>>> Metz – OL : nos idées pour pallier la suspension de Rudi Garcia

Villefranche : Bouet – Lauray, Renaut, Flégeau – Fleurier, Taufflieb (R. Lacazette, 79e), Sergio, Pagerie – Blanc – Garita, Segbe (Ahoure, 26e). Entr. : Alain Pochat.

Le terrain pourri d’Armand-Chouffet n’a en effet pas empêché les transitions de se succéder, et le ballon d’aller d’un côté à l’autre. Une situation qui a d’ailleurs confirmé que Villefranche n’était pas forcément l’équipe que ses statistiques brutes, et notamment ses six petits buts marqués en quinze journées, indiquent. Plutôt joueur, avec un Adrien Pagerie qu’on a beaucoup vu en piston gauche et un trio du milieu de terrain Rémi Sergio – Timothée Taufflieb – Maxime Blanc capable de belles choses techniquement, le FCVB n’est en effet pas toujours payé de ses efforts.

Il a cette fois réussi à remporter son troisième succès de la saison (ce qui est pour le coup bien payé par rapport au nombre de buts inscrits !) grâce au premier but de la saison d’Arnold Garita (1-0, 61e), un coup de boule conforme à ce que son gabarit massif et son passage par Plymouth Argyle et la League Two peuvent laisser croire. Garita n’est pourtant pas qu’un pivot, et est loin d’être inutile dans le petit jeu, mais personne à Villefranche ne se plaindra s’il arrive à utiliser son mètre 89 pour reprendre les ballons qui arrivent si souvent dans la surface. Qu’ils viennent des côtés (le centre arrivait cette fois du piston droit Romain Fleurier) ou de combinaisons axiales.

National041220

SC Lyon : Hautbois – Gbellé, Seguin, Dekoke, Ngwabije – Fadhloun, Jacob – Araujo (Ayari, 86e), Ezikian, Tounkara (Rivas, 66e) – Botella (Nomel, 78e). Entr. : Manu Da Costa.

La saison du SC Lyon aurait pu être résumée dans ces trois première minutes, où tout a semblé aller dans le mauvais sens. Nicolas Seguin avait marqué sur une action confuse après un coup franc, s’était retourné pour vérifier le drapeau n’était pas levé, et avait fêté son but avec son équipe. Mais une discussion entre l’arbitre et son assistant annulait finalement cette ouverture du score (2e)… avant qu’elle n’arrive quelques secondes plus tard de l’autre côté, alors que Maxime Hautbois avait fait un premier arrêt et que Garland Gbellé aurait peut-être pu repousser la frappe sans glissade (1-0, 3e).

Mais l’ex Duchère a su aller au-delà de ce manque de réussite, peut-être un symbole d’une nouvelle phase qui s’ouvre dans sa saison. Le pressing se met en place et permet parfois d’asphyxier vraiment les équipes adverses, même s’il a été dur à tenir sur la durée du match ce vendredi et que la verticalité de Boulogne (et notamment de ses véloces Saïd Id Azza et Teddy Okou, très en vue ce vendredi) a fait peser une menace constante à la perte de balle (d’autant que la défense lyonnaise se cherche toujours, avec un défenseur central de formation et un milieu axial sur les ailes). Le talent individuel offensif est clairement là, comme sur ce but quasiment marqué à deux contre toute la défense par Oumare Tounkara et Ivann Botella (1-1, 36e). Et Matthieu Ezikian fait toujours office de cheat code sur coups de pied arrêtés, avec du danger à chaque fois et un corner qui aurait pu offrir la victoire au SC Lyon si la tête de Mohamed Fahdloun avait terminé quelques centimètres plus bas (90e+3). Finalement, le match a bien été à l’image de ce début de saison : ça commence mal, c’est plutôt prometteur ensuite, mais ça a toujours du mal à se concrétiser.

Hugo Hélin

(Photo archive Léo Calistri)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>