Monaco – OL (0-3) : ordre et progrès

Memphis

LES NOTES. Pelouse affreuse et adversaire qui n’a que son agressivité à faire valoir : ce n’est jamais évident d’aller se coltiner à la première journée une équipe destinée à jouer le maintien. L’OL s’est pourtant sorti tranquillement du piège monégasque en marquant rapidement et en passant une grande partie du match en supériorité numérique. Et si le scénario fausse forcément tout, l’équipe a fait naître quelques promesses pour la première de Sylvinho.

Association Sportive de Monaco – Olympique Lyonnais 0-3

Buts : Dembélé (5e), Memphis (36e) et Tousart (80e)

Expulsion : Fabregas (30e)

Avertissements : Benaglio (sur le banc, 33e) et Ballo-Touré (54e) à Monaco ; Aouar (33e) et Dubois (63e) à l’OL.

Monaco : Lecomte – Aguilar, Glik (cap.), Panzo, Ballo-Touré – Henrichs (A. Traoré, 73e), Jemerson, Fabregas – Martins, Foster (Boschilia, 46e), R. Lopes (Sylla, 80e). Entr. : Leonardo Jardim.

OL : Lopes – Dubois, Andersen, Denayer (cap.), Koné (Tete, 86e) – Mendes, Tousart, Aouar (Jean Lucas, 77e) – Traoré (Cornet, 82e), Dembélé, Memphis. Entr. : Sylvinho.

OL : Lopes 6 – Dubois 5, Andersen 5, Denayer 7, Koné 6 – Mendes 7, Tousart 8, Aouar 6 – Traoré 7, Dembélé 9, Memphis 7.

 

C’était un match qui faisait naître quelques angoisses. La faute à l’identité de l’adversaire, dont le nom et l’effectif ont de quoi faire oublier la piteuse saison dernière. Et la faute surtout à la préparation de l’OL, où la fébrilité défensive et la lourdeur physique affichée lors des matchs amicaux dessinaient le portrait d’une équipe pas prête dès le premier jour.

Les doutes n’auront finalement duré que cinq minutes, le temps pour Moussa Dembélé de s’élever au-dessus de tout le monde sur un corner de Bertrand Traoré. Cela n’aura pour autant pas signifié que l’OL ne se sera plus fait peur par la suite, quelques offrandes de Léo Dubois, Joachim Andersen ou Traoré (encore lui, mais dans l’autre sens) faisant passer des frissons dans une arrière-garde lyonnaise qui aura encore besoin de temps avant d’être totalement rassurante.

Un coup de semelle de Cesc Fabregas sur le mollet de Dubois (enfin, surtout l’intervention du VAR) et un coup de canon de Memphis Depay (enfin, surtout l’intervention de Benjamin Lecomte) auront toutefois permis à l’OL de faire le break. Et de vivre une rencontre tranquille, sorte de prolongement inattendu et appréciable à la préparation, après avoir marqué deux fois sur ses deux premiers tirs cadrés.

C’est donc devenu un match qui fait naître quelques promesses. Celle de voir Dembélé continuer dans la lignée de sa dernière demi-saison, et même encore mieux lorsqu’il rend dangereux chaque ballon comme sur celui anodin qui aboutit au but de Lucas Tousart. Celle justement d’un milieu où Tousart et Thiago Mendes se sont parfaitement complétés. Celle d’un Koné qui a bien tenu son couloir pour sa première, même si les consignes ont empêché de voir ce qu’il avait dans le ventre offensivement à onze contre dix.

C’est même devenu un match qui fait renaître quelques sentiments tout simples qu’on avait presque oubliés. Le plaisir de contempler une équipe coordonnée et disciplinée en phase de transition défensive par exemple, ou celui de voir des coups de pied arrêtés offensifs dangereux. Et même si l’on n’oublie pas que le scénario parfait a facilité les choses et qu’on est assez grands pour savoir que les amours du mois de juillet n’aboutissent pas toujours à quelque chose à long terme, ça ne fait quand même jamais de mal de rêver un peu après une longue relation plan-plan.

Votez pour
le Jurynho !

Hugo Hélin

(Photo Damien LG / OL)

2 Comments

  1. Philou Passe

    10 août 2019 at 5:18

    Très satisfaisante, cette recrue sur l’aile droite, il a fait oublier le Bertrand Traoré de l’an dernier.

  2. Aouaretamanger

    10 août 2019 at 12:43

    Ce qui fait vraiment plaisir, c est qu’on a l’impression pour la 1ère fois depuis longtemps de comprendre ce que font les joueurs sur le terrain. De comprendre ce qui a été travaillé à l’entraînement et ce qui ne l’a pas été ou pas encore. Et donc de voir aussi quelles sont les pistes futures.
    Si on divise de façon schématique le football en 5 phases : placement défensif, transition défensive/pressing, phase de possession, transition offensive, jeu offendit. On voit que les 3 premiers point d ont été travaillés. Les joueurs savaient se placer à la perte du ballon en position haute, se former en bloc lors des attaques adversaires et on a vu également des circuits de relance très patients avec beaucoup de redoublement de passes des défenseurs jusqu’à trouver un appui verticale qui accéleraient le jeu.
    A voir ce que ça donnera quand on devra faire face à un pressing adverse et lorsque les combinaisons offensives auront été plus travaillés.

    Dans ses 5 phases de jeu, on voit également des paliers. Je vais prendre l’exemple des latéraux pour illustrer, ce sera plus clair. On a tous vu que les latéraux ne sont pas montés, certains commençant à s en inquiéter. Selon moi, avis personnel, cela est un faux débat.
    Car la montée des latéraux entraînent un déséquilibre dans le bloc, c est d’ailleurs, le seul poste dans ce cas.
    Ce déséquilibre n’est pas mauvais mais il doit être compensé, notamment au pressing, et c est un énorme boulot.
    Cela veut par exemple dire si le latéral perd le ballon en position haute (ex kone), qu’ il devra presser à la place dépay, dépay devant alors presser a la position d’aouar et aouar à la position de kiné. C’est un exemple mais c est pour faire comprendre le travail de coulissante que ça implique.
    Or, dans un premier temps, faut que l’équipe intègre les nouveaux préceptes défensifs et de pressing ‘en position fixe’avant d’apprendre à compenser.
    D’ailleurs certes, Monaco était à 10 et faudra voir contre Angers, mais si l’équipe arrivait à être suffisamment bien organisés pour que l’on n’ai plus l’impression qu’à chaque contre adverse, il suffisait de 2 passes pour transpercer notre bloc, cela serait un énorme progrès.

    De plus, la montée des latéraux ne sera que bonifier lorsque le jeu offensif aura lui aussi été travaillé.

    Bref, on voit le programme de travail, c edt un énorme chantier, mais cela annonce la saison vraiment excitante. Et cela ne veut pas dire que silvinho ne se trompera pas, mais on perçoit les lignes directrices, et on pourra mesurer son travail et la progression de l’équipe. Cela laisse beaucoup d’espoir.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>